«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un événement historique à Ighil Imoula
60e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale
Publié dans Liberté le 01 - 11 - 2014

Ighil Imoula, village haut perché de Tizi n'Tletta, dans la daïra des Ouadhias, berceau de la révolution, se prépare à fêter, à l'instar de toutes les localités du pays et de la Kabylie profonde, le 60e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale car, ici, le 1er novembre 1954 est une date historique inscrite en lettres d'or par ses meilleurs enfants. On citera le chahid Mohamed Zamoum, dit colonel Si Salah, son frère Ali Zamoum, Kacer Mouloud, Lounas Amar, Dris Ahmed, Idir Rabah, Halliche Hocine, Mohammedi Saâd, Si Yahia Mohand Ouali, Iraten Mouloud, Mohand Akli Benchaâbane, Tabet Ahmed, Tabet Chabane, Halli Ahmed, Achour Ali Benmohamed... et la liste est longue. En cette occasion historique, les villageois rappellent encore avec beaucoup de fierté les conditions dans lesquelles avait été imprimé "l'appel du 1er Novembre 1954", ce document historique qui allait mobiliser toutes les forces vives de la nation autour de l'armée de Libération nationale sous la bannière du FLN, où toutes les tendances avaient été enfin regroupées pour déclencher cette lutte armée tant attendue depuis la création de l'Etoile Nord-Africaine jusqu'au PPA, puis au MTLD et l'UDMA sans oublier d'autres partis. Si la majorité des initiateurs de ce déclenchement révolutionnaire ne sont plus de ce monde car, pour la plupart, tombés au champ d'honneur, d'autres auront survécu et goûté aux joies de l'indépendance pour lesquelles ils avaient sacrifié les plus belles années de leur jeunesse. Soixante ans après cet évènement historique, Mohand Akli Benchabaâne est encore fier d'avoir acheminé, le 28 octobre 1954, une valise pleine de documents portant proclamation du déclenchement de la guerre de Libération nationale, d'Ighil Imoula jusqu'à Alger, pour être ensuite distribués sur tout le territoire national. "C'est une longue histoire", nous dira d'emblée Dda Mohand Akli Benchaâbane qui, à 84 ans, garde encore sa lucidité d'antan et sa mémoire intacte.
Il est vrai qu'à Ighil Imoula, gros village perché sur les hauteurs des Ouadhias, il y avait déjà un noyau de militants prêt pour l'insurrection. Les anciens du village diront que c'est un militant de l'Etoile Nord-Africaine rentré de France, le nommé Iraten Mouloud, après une longue maladie, qui imprégna les jeunes du village de l'esprit nationaliste. C'était une fierté d'appartenir à ce noyau, et chaque famille avait un jeune enrôlé dans le mouvement patriotique.
Bien avant le déclenchement du 1er Novembre, les militants de la région avaient reçu une formation politique et paramilitaire puisqu'ils apprirent à fabriquer des engins explosifs destinés à des sabotages de ponts, de routes, de poteaux téléphoniques, quelques mois déjà avant le déclenchement de la lutte armée. Au village d'Ighil Imoula, les citoyens, jeunes et moins jeunes, laissent apparaître de gros sentiments de fierté et de nationalisme en ce jour de gloire bien ancré dans l'histoire de l'Algérie indépendante, et les anciens du village et les moudjahidine du douar recommandent vivement aux parents de parler de la révolution algérienne et de sa glorieuse guerre de Libération nationale à leurs enfants afin d'ancrer dans leur mémoire les faits d'armes héroïques et les sacrifices des moudjahidine pour libérer la patrie du joug colonialiste, tout en invitant les instituteurs à enseigner à leurs élèves l'histoire authentique de leur pays.
Aujourd'hui, la maison d'Idir Rabah, qui avait abrité, à l'époque, les travaux de tirage clandestin de la proclamation du 1er Novembre 1954, a été érigée en musée, et la machine à écrire tout comme la ronéo manuelle utilisée par le journaliste Mohamed Laichaoui trônent au milieu de nombreux objets, photos et documents historiques.
En quittant Tizi n'Tletta, nos regards restent figés sur les portraits placardés côte à côte de feu Ali Zamoum, homme juste, militant convaincu de la cause nationale, de la démocratie et du recouvrement de l'identité algérienne et berbère dans sa globalité, et celui d'une autre grande figure, le regretté Matoub Lounès, lui aussi défenseur des droits de l'homme, de la démocratie et de l'amazighité. C'est là, en tout cas, une louable initiative de la part de l'association Tagmats de Lyon, qui a rendu récemment un vibrant hommage à ces deux "combattants de la liberté", un idéal pour lequel les villageois d'Ighil Imoula tout comme des millions d'Algériens et d'Algériennes ont sacrifié leur vie et leur destin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.