LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un événement historique à Ighil Imoula
60e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale
Publié dans Liberté le 01 - 11 - 2014

Ighil Imoula, village haut perché de Tizi n'Tletta, dans la daïra des Ouadhias, berceau de la révolution, se prépare à fêter, à l'instar de toutes les localités du pays et de la Kabylie profonde, le 60e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale car, ici, le 1er novembre 1954 est une date historique inscrite en lettres d'or par ses meilleurs enfants. On citera le chahid Mohamed Zamoum, dit colonel Si Salah, son frère Ali Zamoum, Kacer Mouloud, Lounas Amar, Dris Ahmed, Idir Rabah, Halliche Hocine, Mohammedi Saâd, Si Yahia Mohand Ouali, Iraten Mouloud, Mohand Akli Benchaâbane, Tabet Ahmed, Tabet Chabane, Halli Ahmed, Achour Ali Benmohamed... et la liste est longue. En cette occasion historique, les villageois rappellent encore avec beaucoup de fierté les conditions dans lesquelles avait été imprimé "l'appel du 1er Novembre 1954", ce document historique qui allait mobiliser toutes les forces vives de la nation autour de l'armée de Libération nationale sous la bannière du FLN, où toutes les tendances avaient été enfin regroupées pour déclencher cette lutte armée tant attendue depuis la création de l'Etoile Nord-Africaine jusqu'au PPA, puis au MTLD et l'UDMA sans oublier d'autres partis. Si la majorité des initiateurs de ce déclenchement révolutionnaire ne sont plus de ce monde car, pour la plupart, tombés au champ d'honneur, d'autres auront survécu et goûté aux joies de l'indépendance pour lesquelles ils avaient sacrifié les plus belles années de leur jeunesse. Soixante ans après cet évènement historique, Mohand Akli Benchabaâne est encore fier d'avoir acheminé, le 28 octobre 1954, une valise pleine de documents portant proclamation du déclenchement de la guerre de Libération nationale, d'Ighil Imoula jusqu'à Alger, pour être ensuite distribués sur tout le territoire national. "C'est une longue histoire", nous dira d'emblée Dda Mohand Akli Benchaâbane qui, à 84 ans, garde encore sa lucidité d'antan et sa mémoire intacte.
Il est vrai qu'à Ighil Imoula, gros village perché sur les hauteurs des Ouadhias, il y avait déjà un noyau de militants prêt pour l'insurrection. Les anciens du village diront que c'est un militant de l'Etoile Nord-Africaine rentré de France, le nommé Iraten Mouloud, après une longue maladie, qui imprégna les jeunes du village de l'esprit nationaliste. C'était une fierté d'appartenir à ce noyau, et chaque famille avait un jeune enrôlé dans le mouvement patriotique.
Bien avant le déclenchement du 1er Novembre, les militants de la région avaient reçu une formation politique et paramilitaire puisqu'ils apprirent à fabriquer des engins explosifs destinés à des sabotages de ponts, de routes, de poteaux téléphoniques, quelques mois déjà avant le déclenchement de la lutte armée. Au village d'Ighil Imoula, les citoyens, jeunes et moins jeunes, laissent apparaître de gros sentiments de fierté et de nationalisme en ce jour de gloire bien ancré dans l'histoire de l'Algérie indépendante, et les anciens du village et les moudjahidine du douar recommandent vivement aux parents de parler de la révolution algérienne et de sa glorieuse guerre de Libération nationale à leurs enfants afin d'ancrer dans leur mémoire les faits d'armes héroïques et les sacrifices des moudjahidine pour libérer la patrie du joug colonialiste, tout en invitant les instituteurs à enseigner à leurs élèves l'histoire authentique de leur pays.
Aujourd'hui, la maison d'Idir Rabah, qui avait abrité, à l'époque, les travaux de tirage clandestin de la proclamation du 1er Novembre 1954, a été érigée en musée, et la machine à écrire tout comme la ronéo manuelle utilisée par le journaliste Mohamed Laichaoui trônent au milieu de nombreux objets, photos et documents historiques.
En quittant Tizi n'Tletta, nos regards restent figés sur les portraits placardés côte à côte de feu Ali Zamoum, homme juste, militant convaincu de la cause nationale, de la démocratie et du recouvrement de l'identité algérienne et berbère dans sa globalité, et celui d'une autre grande figure, le regretté Matoub Lounès, lui aussi défenseur des droits de l'homme, de la démocratie et de l'amazighité. C'est là, en tout cas, une louable initiative de la part de l'association Tagmats de Lyon, qui a rendu récemment un vibrant hommage à ces deux "combattants de la liberté", un idéal pour lequel les villageois d'Ighil Imoula tout comme des millions d'Algériens et d'Algériennes ont sacrifié leur vie et leur destin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.