Gaïd Salah réitère: L'Armée n'a aucune ambition politique    Les «Forces de l'alternative démocratique» appellent à un dialogue «sérieux»    En rangs dispersés    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe C : Sénégal - Algérie, aujourd'hui à 18h00: Une rude bataille tactique en vue    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Groupe C : Kenya - Tanzanie, aujourd'hui à 21h00: Faux pas interdit pour les deux équipes    Syndicat autonome du secteur de la Solidarité nationale: «On est les prisonniers du système»    Le wali insiste sur l'application du principe de la gratuité des plages: Démantèlement des solariums illicites à la plage «Les Dunes»    Route nationale n°13: Saisie de plus de 7 tonnes de chocolat impropre par les gendarmes    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Le chef de l'Etat examine avec le Premier ministre les mécanismes de relance du processus électoral    La justice suit son cours    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Les trois auteurs du cambriolage d'une bijouterie neutralisés à Yellel    L'évolution de la consommation de drogue est «préoccupante»    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Nécessité de donner une base académique à la musique Malouf    Sort des Groupes appartenant aux hommes d'affaires emprisonnés    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Proposition d'un plan de paix    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Attention à l'anarchie profitable aux conservateurs    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Inventions Serge Armel Njidjou, inventeur d'une couveuse made in Cameroon interactive    Khamenei assure : L'Iran ne capitulera jamais devant les Etats-Unis    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Pas de révision des prix    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Hanane Ashrawi dénonce    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le porteur de la "valise historique" d'Ighil-Imoula se souvient
Mohand Akli Benchabane relate en détail son acte héroïque
Publié dans Liberté le 01 - 11 - 2014

Rencontré dans un café de Tizi n'Tleta, où il nous attendait déjà, emmitouflé dans son burnous marron, Dda Mohand Akli Ben Chabane, nous raconte dans l'impeccable français de la vieille école tous les détails de cette journée du 27 octobre où la Proclamation du 1er Novembre fut tirée à la ronéo dans le village historique d'Ighil Imoula.
Il venait de fêter ses 24 ans lorsqu'il avait assumé, conscient de la dangerosité de la tâche qui lui a été confiée, une responsabilité historique dont il se souvient encore, comme si cela datait d'hier. Lui c'est Mohand Akli Ben Chabane, l'homme qui a transporté, sur Alger, et donc vers le reste du monde, la valise qui contenait des dizaines de milliers d'exemplaires de la Proclamation du 1er Novembre 1954. Soixante ans plus tard, le digne fils d'Ighil Imoula qui vient de célébrer ses 84 ans, il y a à peine quelques jours, nous livre un témoignage aussi poignant qu'émouvant sur cet épisode fondateur de l'Algérie indépendante.
Rencontré dans un café de Tizi n'Tleta, où il nous attendait déjà, emmitouflé dans son burnous marron, Dda Mohand Akli Ben Chabane, nous raconte dans l'impeccable français de la vieille école tous les détails de cette journée du 27 octobre où la Proclamation du 1er Novembre fut tirée à la ronéo dans le village historique d'Ighil Imoula. "Le 27 octobre 1954, Krim Belkacem a fait venir d'Alger le journaliste Laïchaoui Mohamed qui n'était pas, je dois le souligner, venu de son propre gré mais qui, j'ose dire, a été enlevé. Il a été conduit par le colonel Ouamrane jusqu'à Tizi Ouzou avant qu'il ne soit remis à Ali Zamoum et Mohamedi Saad qui l'ont accompagné jusqu'à Ighil Imoula. Ils l'ont fait passer par Tizi Ouzou, Maâtkas et Aït Abdelmoumène et de là ils ont poursuivi le chemin à pied jusqu'au village", se souvient Dda Mohand Akli qui se rappelle encore que durant tout le long du chemin, Laïchaoui a essayé de connaître les noms des villages mais seulement ses accompagnateurs lui ont donné de faux noms.
En arrivant au village, le journaliste a été d'abord conduit vers la maison de Hocine Slimane, un membre du CRUA avant de le transférer vers la maison de Ben Ramdani Omar où, initialement, allait se dérouler le tirage, précise notre témoin. "Dans la matinée de cette journée du 27 octobre, la ronéo, qu'on dit aujourd'hui appartenir à Abane Ramdane, a été ramenée d'Aït Abdelmoumène, par Ben Ramdani Omar et Mohamedi Saad", souligne-t-il encore.
A son arrivée dans la maison, poursuit-il, Laïchaoui essayait de taper sur le stencil mais la lumière de la bougie ne suffisait pas, d'où alors le déplacement vers la maison d'un autre militant, à savoir Idir Rabah, l'épicier du village. "Au moment où Laïchaoui allait commencer à taper, il avait relevé sur le brouillon de la Proclamation du 1er novembre une erreur de français qu'il fallait rectifier. Mais Ali dit "non" et qu'il fallait la reproduire telle qu'elle. Laïchaoui a insisté en expliquant que si c'était un tract destiné à être distribué dans la région, c'est rien, mais comme c'est un tract qui est appelé à être distribué plus loin il fallait rectifier. Ali Zamoum demande alors d'attendre son retour d'Aït Abdelmoumène où il devait consulter Krim Belkacem, qui s'est réfugié dans la maison de Moh N'Amar", détaille Dda Mohand Akli ajoutant qu'au retour, avec l'accord de rectification donné par Krim, les trois étaient déjà installés dans une chambre à l'étage de la maison d'Idir Rabah qui était raccordée à l'électricité dans ce village à l'époque. "Dans cette chambre, il y avait donc Laïchaoui, Idir Amar et moi. Ali Zamoum m'a chargé de surveiller Laïchaoui Ali, il m'a fait signe : ‘Approche ! Attention ! Ne le laisse pas sortir sous aucun prétexte.' C'était là que j'ai compris que Laïchaoui a été enlevé et qu'il n'était pas venu de son propre gré", affirme cet acteur du moment avant de poursuivre : "Lorsqu'il a fini de taper sur le stencil, il l'a monté sur la ronéo mécanique, il a mis de l'encre et il a commencé à tourner la manivelle, ensuite on se relayait jusqu'à 3h10." Ce qui confirme donc que la ronéo utilisée était manuelle.
Cependant, à l'extérieur, les autres faisait du bruit, du vacarme, devant la maison où une tombola fut alors organisée pour ne pas attirer les soupçons sur ce qui se passait dans la maison. "En revenant à 3h, Ali m'a donné l'ordre de remplir une valise de tract. Un autre tas est resté à côté pour le distribuer localement. Ali m'a demandé de partir sur Alger tout en m'expliquant ce qu'il fallait y faire en arrivant", dit-il. Sauf qu'à cette heure-ci, poursuit l'ancien maquisard, c'était déjà trop tard pour arriver à l'endroit où prendre le bus qui passait à 4h du matin.
Dda Mohand Akli prend alors le bus de 13h de ce 28 octobre. Il pose la valise derrière le chauffeur et s'assoit au fond. "Pour que si jamais il y a contrôle, la valise n'est pas à moi", explique-t-il. Arrivé au Bastion, Dda Mohand Akli prend un taxi vers Belcourt où, dans un café au rideau à moitié baissé, il rencontre, vers 18h, l'homme à qui il devait remettre la valise bourrée de ce tract qui a proclamé le début de la révolution pour l'indépendance de l'Algérie.
Après une nuit dans un hôtel algérois, après cette mission historique accomplie, Mohand Akli Ben Chabane regagne son village d'Ighil Imoula, où il participe même aux premiers actes de sabotage économique décidés par les chefs de la Révolution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.