Gaïd Salah réitère: L'Armée n'a aucune ambition politique    Les «Forces de l'alternative démocratique» appellent à un dialogue «sérieux»    En rangs dispersés    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe C : Sénégal - Algérie, aujourd'hui à 18h00: Une rude bataille tactique en vue    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Groupe C : Kenya - Tanzanie, aujourd'hui à 21h00: Faux pas interdit pour les deux équipes    Syndicat autonome du secteur de la Solidarité nationale: «On est les prisonniers du système»    Le wali insiste sur l'application du principe de la gratuité des plages: Démantèlement des solariums illicites à la plage «Les Dunes»    Route nationale n°13: Saisie de plus de 7 tonnes de chocolat impropre par les gendarmes    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Le chef de l'Etat examine avec le Premier ministre les mécanismes de relance du processus électoral    La justice suit son cours    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Les trois auteurs du cambriolage d'une bijouterie neutralisés à Yellel    L'évolution de la consommation de drogue est «préoccupante»    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Nécessité de donner une base académique à la musique Malouf    Sort des Groupes appartenant aux hommes d'affaires emprisonnés    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Proposition d'un plan de paix    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Attention à l'anarchie profitable aux conservateurs    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Inventions Serge Armel Njidjou, inventeur d'une couveuse made in Cameroon interactive    Khamenei assure : L'Iran ne capitulera jamais devant les Etats-Unis    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Pas de révision des prix    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Hanane Ashrawi dénonce    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ighil Imoula, patrimoine national
Haut lieu de l'histoire
Publié dans El Watan le 23 - 11 - 2008

Quelques jours avant la réunion de Betrouna, j'avais reçu de Krim Belkacem un texte que je devais reproduire en milliers d'exemplaires. A Tizi Ouzou, je reçus un journaliste, Laïchaoui Mohamed, envoyé par l'organisation, qui était chargé d'imprimer ce document à la ronéo.
Je l'ai emmené de nuit jusqu'à notre village en taxi (...). Là, je lui ai montré le texte qu'il fallait taper sur stencil. Il se rendit compte alors du contenu des deux pages qu'il était venu reproduire. C'était la proclamation au peuple algérien, aux militants de la cause nationale… » Le document évoqué par feu Ali Zamoum dans son livre Tamurt Imazighen, mémoires d'un combattant algérien, 1940-1962, n'est autre que la proclamation du 1er Novembre 1954 qui a vu le jour à Ighil Imoula. Après sa dactylographie sur stencils dans la maison du moudjahid Benramdani Omar, cet appel aux armes sera tiré dans la demeure du chahid Idir Rabah située au-dessus d'un café.
Tout s'est passé de nuit, en catimini. Pour couvrir le bruit de la vieille machine et tromper la vigilance de l'ennemi, des clients ont simulé un jeu de tombola au rez-de-chaussée créant un grand tapage. Plus d'un demi-siècle après, l'habitation où a été imprimée cette déclaration est encore debout. A l'initiative de la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou, une visite guidée sur le site a été organisée le 30 octobre dernier. Sur le fronton de la maison flotte l'emblème national. A l'intérieur, l'appel à la guerre y est reproduit sur du cuivre en trois langues : tamazight, arabe et français. Le « musée » est géré par les propres moyens du village. Pour immortaliser ce lieu de mémoire et d'histoire, une stèle financée par des dons a été érigée en 1988.
Selon des témoignages, l'ancien président du Haut comité d'Etat (HCE), Mohamed Boudiaf, assassiné le 29 juin 1992, s'était rendu dans ce lieu historique au printemps 1992. Il fut accueilli par son compagnon de lutte Ali Zamoum. Non loin de là, on découvre une placette (ancienne caserne) qui avait servi de poste de commandement à Si Mohamed Lamdjed Ben Abdelamalek dit Chérif Boubaghla. Ce dernier disposait d'un deuxième PC au lieudit Oujaâfroun. Ce résistant fut l'initiateur d'une révolte populaire qui porte son nom contre la colonisation française dans la région du Djurdjura. Il dirigea cette insurrection jusqu'à sa mort le 26 décembre 1854.
« De 1851 à 1854, Boubaghla établit son PC ici d'où il organisa avec les combattants d'Ighil Imoula et ceux de la Kabylie une résistance armée de quatre ans contre l'occupation coloniale », nous explique un membre de l'association du village. En 1887, l'Etat colonial choisit cette forteresse pour y construire l'une des premières écoles en Kabylie que fréquentèrent tous les militants du mouvement national d'Ighil Imoula depuis l'Etoile nord africaine, l'UDMA, le PCA, le PPA/MTLD jusqu'au déclenchement de la guerre de Libération nationale. En 2000, un centre historique et culturel est érigé sur ce site. Sans statut, l'infrastructure est gérée par les villageois.
« L'APC de Tizi N'tleta l'a transféré à la direction de la culture de Tizi Ouzou dans l'espoir d'obtenir un statut juridique, en vain », déplore un membre de l'association. Il ajoutera : « On n'a pas à construire un centre que l'Etat ne peut pas prendre en charge. » Pour sauvegarder les repères historiques d'Ighil Imoula, la direction locale de la culture compte introduire un dossier auprès de la tutelle pour demander leur classement comme patrimoine culturel national. Cette opération concernera les 2 PC de Boubaghla et les maisons où ont eu lieu la rédaction et le tirage de la proclamation du 1er Novembre 1954.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.