Le RND appelle Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE 2019 : Les Algériens appelés à voter le 18 avril    JOURNEE NATIONALE DE LA COMMUNE : Les maires appelés à s'éloigner de la bureaucratie    Aux Algériens de décider.. !    Un remake de 2014 en cours: l'Algérie hors du temps    HABITAT : Temmar lance un projet de 2000 logements à Oran    SIDI BEL ABBES : ‘'La numérisation, c'est pour la fin mars''    CNAS : Les arrêts de travail ont coûté 16 milliards de DA    BECHAR : Arrestation de 2 dealers sur motocycle    LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISME : Plus de 8000 analphabètes recensés à Mostaganem    MAZAGRAN : Un berger découvert mort    Un citoyen arrêté par la police pour avoir réclamé ses droits à Batna    En bref…    CAN U-20 : Début du contrôle médical des joueurs    Cross-country à la mémoire de Abdou Seghouani demain à Bouchaoui    Boudebouz intéresse Bologne    Le hasard selon Amari    Mohamed Chafa Ouzzani Des œuvres flamboyantes    Amar Amarni, un artiste complet    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Le réseau électrique renforcé    USMA-NAHD (4-1) et CSC-CABBA (1-0)    «L'enquête achevée et le dossier transmis à la justice»    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ighil Imoula, patrimoine national
Haut lieu de l'histoire
Publié dans El Watan le 23 - 11 - 2008

Quelques jours avant la réunion de Betrouna, j'avais reçu de Krim Belkacem un texte que je devais reproduire en milliers d'exemplaires. A Tizi Ouzou, je reçus un journaliste, Laïchaoui Mohamed, envoyé par l'organisation, qui était chargé d'imprimer ce document à la ronéo.
Je l'ai emmené de nuit jusqu'à notre village en taxi (...). Là, je lui ai montré le texte qu'il fallait taper sur stencil. Il se rendit compte alors du contenu des deux pages qu'il était venu reproduire. C'était la proclamation au peuple algérien, aux militants de la cause nationale… » Le document évoqué par feu Ali Zamoum dans son livre Tamurt Imazighen, mémoires d'un combattant algérien, 1940-1962, n'est autre que la proclamation du 1er Novembre 1954 qui a vu le jour à Ighil Imoula. Après sa dactylographie sur stencils dans la maison du moudjahid Benramdani Omar, cet appel aux armes sera tiré dans la demeure du chahid Idir Rabah située au-dessus d'un café.
Tout s'est passé de nuit, en catimini. Pour couvrir le bruit de la vieille machine et tromper la vigilance de l'ennemi, des clients ont simulé un jeu de tombola au rez-de-chaussée créant un grand tapage. Plus d'un demi-siècle après, l'habitation où a été imprimée cette déclaration est encore debout. A l'initiative de la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou, une visite guidée sur le site a été organisée le 30 octobre dernier. Sur le fronton de la maison flotte l'emblème national. A l'intérieur, l'appel à la guerre y est reproduit sur du cuivre en trois langues : tamazight, arabe et français. Le « musée » est géré par les propres moyens du village. Pour immortaliser ce lieu de mémoire et d'histoire, une stèle financée par des dons a été érigée en 1988.
Selon des témoignages, l'ancien président du Haut comité d'Etat (HCE), Mohamed Boudiaf, assassiné le 29 juin 1992, s'était rendu dans ce lieu historique au printemps 1992. Il fut accueilli par son compagnon de lutte Ali Zamoum. Non loin de là, on découvre une placette (ancienne caserne) qui avait servi de poste de commandement à Si Mohamed Lamdjed Ben Abdelamalek dit Chérif Boubaghla. Ce dernier disposait d'un deuxième PC au lieudit Oujaâfroun. Ce résistant fut l'initiateur d'une révolte populaire qui porte son nom contre la colonisation française dans la région du Djurdjura. Il dirigea cette insurrection jusqu'à sa mort le 26 décembre 1854.
« De 1851 à 1854, Boubaghla établit son PC ici d'où il organisa avec les combattants d'Ighil Imoula et ceux de la Kabylie une résistance armée de quatre ans contre l'occupation coloniale », nous explique un membre de l'association du village. En 1887, l'Etat colonial choisit cette forteresse pour y construire l'une des premières écoles en Kabylie que fréquentèrent tous les militants du mouvement national d'Ighil Imoula depuis l'Etoile nord africaine, l'UDMA, le PCA, le PPA/MTLD jusqu'au déclenchement de la guerre de Libération nationale. En 2000, un centre historique et culturel est érigé sur ce site. Sans statut, l'infrastructure est gérée par les villageois.
« L'APC de Tizi N'tleta l'a transféré à la direction de la culture de Tizi Ouzou dans l'espoir d'obtenir un statut juridique, en vain », déplore un membre de l'association. Il ajoutera : « On n'a pas à construire un centre que l'Etat ne peut pas prendre en charge. » Pour sauvegarder les repères historiques d'Ighil Imoula, la direction locale de la culture compte introduire un dossier auprès de la tutelle pour demander leur classement comme patrimoine culturel national. Cette opération concernera les 2 PC de Boubaghla et les maisons où ont eu lieu la rédaction et le tirage de la proclamation du 1er Novembre 1954.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.