Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Le chantier des 120 logements LSP d'Arzew à l'arrêt depuis 16 ans: Protestation des souscripteurs devant la direction du logement    Renforcement des capacités digitales dans l'enseignement supérieur: Lancement officiel hier du projet européen [email protected]    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La défense réclame la présence des accusés    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    10.000 logements à la clé    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Tout est sous contrôle    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La solution africaine comme riposte à Boko Haram
Alors que le déploiement d'une force multinationale tarde à voir le jour
Publié dans Liberté le 21 - 01 - 2015

Pour faire face à Boko Haram, les pays de l'Afrique centrale, qui sont directement concernés par la menace que représente ce groupe, ont finalement opté pour la solution de partenariat avec les Européens, aux dépens d'une intervention étrangère dont il était question depuis l'année dernière. C'est dans ce sillage, d'ailleurs, que s'inscrit la formation d'une force régionale, destinée à lutter contre Boko Haram, qui serait discutée lors du prochain sommet de l'Union africaine à la fin du mois. Le président ghanéen John Dramani Mahama, dont le pays n'est pas directement menacé par Boko Haram, a, depuis Berlin, estimé que "l'Afrique est capable de fournir des troupes à cette force régionale". Mais, a-t-il ajouté, "il est très important que nos partenaires puissent participer à travers un soutien financier". Cette solution qui se dessine chaque jour davantage au gré des exactions du groupe Boko Haram est soutenue par les instances internationales, notamment les partenaires de l'Afrique qui seront appelés à y contribuer financièrement. Lors d'une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président ghanéen soulignera dans ce cadre le vœu des Africains de bénéficier de tout soutien logistique ou d'une autre forme que ses partenaires européens apporteront. Le président ghanéen a ajouté qu'il ne lui semblait pas nécessaire "dans l'immédiat" de déployer des troupes européennes contre Boko Haram. Mme Merkel a d'ailleurs salué la proposition de son homologue ghanéen, affirmant qu'elle étudiera avec l'UE les possibilités d'y contribuer dans le cadre du partenariat entre l'Union européenne et l'Union africaine. Aux Nations unies, les 15 membres du Conseil de sécurité encouragent également, dans une déclaration, les pays d'Afrique centrale à accélérer les préparatifs afin de mettre en route de manière "durable, viable et effective" une force multinationale.
Ils leur suggèrent d'"identifier les moyens et les modalités du déploiement envisagé, particulièrement dans les domaines du partage des renseignements et des opérations communes". Si cette question envisagée depuis l'année dernière a été retardée en raison des divergences concernant l'ampleur et l'étendue de ses opérations, elle paraît plus que jamais d'actualité. Le déploiement de l'armée tchadienne dans le nord du Cameroun constitue en ce sens l'élément précurseur. Le Tchad a annoncé vouloir "progresser" lundi en direction des insurgés nigérians, dont les attaques au Cameroun ont atteint un point d'orgue avec l'enlèvement de plusieurs dizaines de personnes ce week-end. Le Tchad, menacé directement par Boko Haram, a déployé 400 véhicules militaires à Maltam, à l'ouest de Kousseri, près de la frontière tchadienne. Ce déploiement est salué par le Nigeria, le Cameroun ainsi que par le chef du Bureau régional des Nations unies pour l'Afrique centrale (Unoca), Abdoulaye Bathily, qui a encouragé tous les Etats du bassin du lac Tchad et ceux d'Afrique centrale à renforcer leur coopération "afin d'apporter une réponse régionale et coordonnée à ce fléau".
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.