JM Oran-2022: prise en charge par le MJS des programmes de préparation de 325 athlètes    Manchester City: Elu homme du match, Mahrez buteur face à Wolverhampton (Vidéo)    Ces habitudes nocturnes qui vous font prendre du poids    Man City : Guardiola ne tarit pas d'éloges à l'égard de Mahrez : "Il est exceptionnel"    Radiothérapie: de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Le chantier des 120 logements LSP d'Arzew à l'arrêt depuis 16 ans: Protestation des souscripteurs devant la direction du logement    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Renforcement des capacités digitales dans l'enseignement supérieur: Lancement officiel hier du projet européen [email protected]    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Tout est sous contrôle    10.000 logements à la clé    Une femme égorgée à son domicile    Une Fédération pour les énergies renouvelables    La 2A devient GIG-Algeria    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une stratégie continentale contre Boko Haram
elle sera au cœur du sommet de l'UA
Publié dans Liberté le 29 - 01 - 2015

Devenue une grande source d'insécurité pour le Nigeria et ses voisins, l'organisation terroriste Boko Haram fera l'objet d'un intérêt particulier du sommet de l'Union africaine demain et après-demain, alors que l'Africom et l'ONU jugent nécessaire d'aider Abuja pour juguler ce fléau. Le 24e sommet de l'Union africaine, qui se tiendra les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, aura comme un des principaux thèmes à son ordre du jour la lutte contre le groupe armé nigérian Boko Haram, a indiqué un responsable de l'UA. Ce dernier a précisé que cette organisation terroriste, qui ne cesse d'étendre son influence ces derniers mois, constitue désormais une menace pour toute la sous-région. Le secrétaire général de la Commission de l'UA, Jean Mfansoni, a affirmé, lors d'un point presse au siège de l'organisation panafricaine, qu'un des principaux objectifs du sommet serait "la mise en place d'une stratégie continentale pour contrer Boko Haram". Selon un diplomate d'un pays de l'Afrique centrale, cité par des médias, "cela fait des mois que l'armée nigériane n'arrive plus à lutter contre Boko Haram. Il faut qu'elle soit soutenue". Il faisait allusion aux récents massacres perpétrés dans la région de Baga, dans le nord-est du Nigeria, et les incursions meurtrières du groupe armé dans le nord du Cameroun. Plus de 13 000 personnes ont été tuées depuis 2009 au Nigeria dans les attaques de Boko Haram et les opérations militaires de l'armée, et près de 1,5 million d'habitants sont déplacés par les violences. De son côté, la présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, a appelé à "une action africaine collective contre Boko Haram" lors des débats entamés à Addis-Abeba de la 26e session du Conseil exécutif (Conseil des ministres des Affaires étrangères) de l'UA. Elle s'est dit profondément horrifiée par la tragédie que le groupe armé Boko Haram continue d'infliger à la population africaine, même si les efforts de l'UA en faveur de la paix, de la sécurité et de la consolidation de la démocratie et de la bonne gouvernance commencent à payer. "Je suis profondément horrifiée par la tragédie que Boko Haram continue d'infliger à nos populations, enlevant des jeunes filles dans des écoles, incendiant des villages, terrorisant des communautés entières et tuant gratuitement", a-t-elle déclaré. Cette inquiétude de l'Union africaine est partagée par l'envoyée spéciale de l'ONU pour la région, Hiroute Gebré-Sellassié, qui a estimé que le Nigeria, berceau du mouvement, ne peut plus agir seul, et le Sahel est à son tour sous la menace. "Il est temps de passer à l'action et de prendre conscience du danger que représente Boko Haram pour l'ensemble du continent africain", a expliqué le responsable onusien, tout en appelant le Nigeria à être "mieux disposé" vis-à-vis de la force militaire régionale créée fin 2014 par six pays de la région.
Cette force peine à être opérationnelle en raison de dissensions entre Abuja — qui en a perdu récemment le commandement au profit de N'Djamena — et ses voisins (Cameroun, Tchad, Niger et Bénin). "Le Nigeria ne peut plus s'atteler au problème tout seul", a estimé l'envoyée spéciale de l'ONU, qui a ajouté : "Boko Haram n'est plus seulement confiné au Nigeria. Nous voyons un déferlement de réfugiés vers le Niger, le Cameroun et même le Tchad." "Le Sahel est de plus en plus impacté", a-t-elle indiqué, évoquant un "camp d'entraînement" de Boko Haram dans le nord du Mali. Par ailleurs, le commandant des forces américaines en Afrique, le général Rodriguez, a estimé, mardi à Washington, qu'il faudra "un gros effort international" pour lutter contre le groupe islamiste armé Boko Haram au Nigeria. "Je pense qu'il va falloir un gros effort international et multinational pour changer une situation qui continue d'évoluer dans la mauvaise direction", a-t-il déclaré en évoquant notamment le nombre "sidérant" de personnes déplacées. "Le gouvernement du Nigeria et les militaires nigérians vont devoir vraiment améliorer leurs capacités pour faire face, et ils vont avoir besoin d'aide", a poursuivi le général
Rodriguez, qui s'exprimait devant le centre de réflexion CSIS (Center for strategic and international studies). "J'espère qu'ils vont nous laisser les aider de plus en plus", a poursuivi le général.
M.T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.