Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Le RND affiche son total soutien    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ce que préconisent les dirigeants africains
Paix et sécurité dans le continent
Publié dans Liberté le 23 - 12 - 2015

Le sommet d'Oran a souligné l'impérative nécessité d'une coordination soutenue entre le Conseil de sécurité de l'Union africaine et les A3, à travers une série d'actions concrètes.
Comme convenu, le 3e Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique s'est achevé, hier, à Oran, par la présentation d'un certain nombre de recommandations visant à consolider les positions africaines communes sur les questions de paix et de sécurité sur le continent, notamment dans le cadre du processus de prise de décision du Conseil de sécurité des Nations unies. Autrement dit, le Sénégal et l'égypte - qui siègeront à partir de 2016 au Conseil de sécurité de l'ONU, en tant que membres non permanents, au côté de l'Angola - ont, d'ores et déjà, une "feuille de route" à défendre lorsqu'il s'agira de débattre des conflits africains et de prendre des résolutions au sein d'une instance onusienne qui n'a pas toujours été juste et équitable et qui, selon Lakhdar Brahimi, a vu sa crédibilité affaiblie, y compris par la faute des grandes puissances. Ce processus s'inscrit dans l'esprit de l'"appropriation des problèmes du continent par les Africains eux-mêmes", préconisé lors de la 2e édition du séminaire qui s'est tenue, il y a une année, à Oran.
Outre la "formation et l'information" des A3 (pays africains siégeant au CS de l'ONU) sur la situation réelle et les besoins de l'Afrique, le sommet d'Oran a souligné l'impérative nécessité d'une coordination soutenue entre le Conseil de sécurité de l'Union africaine et les A3, à travers une série d'actions concrètes (rapports, réunions, partage d'informations réguliers...), et une coopération plus étroite entre le CS de l'UA et le CS des Nations unies, notamment à travers des réunions consultatives annuelles ou l'organisation de missions conjointes dans les zones de conflits et de crises. Le tout afin d'étudier les voies et moyens à mettre en œuvre pour, autant que faire se peut, apporter des solutions aussi concrètes que rapides aux multiples conflits qui minent le continent africains.
Les participants au séminaire se sont, par ailleurs, penchés sur la mise en œuvre des recommandations des éditions 2014 et 2013, et "reconnu les progrès accomplis" comme la création du groupe africain à New York, l'interaction entre le Conseil de paix de sécurité de l'UA et l'A3, le renforcement des compétences d'analyse au sein du processus de prise de décision du CPS de l'UA, et appelé à déployer les efforts afin de mettre en œuvre les points pendants.
Des présentations détaillées ont également été faites sur les situations qui prévalent dans un certain nombre de pays africains tels que le Sahara occidental, le Mali (qui vient de réinstaurer l'état d'urgence), la Libye, la République centrafricaine, le Burundi ou encore le Darfour, et fait le point sur la lutte contre le terrorisme notamment contre le groupe Boko Haram par la faute de qui plus d'un million d'enfants du Nigeria, Cameroun, Niger et Tchad, ne vont plus à l'école, selon l'Unicef.
Pour rappel, à l'ouverture, dimanche, du 3e séminaire de haut niveau, les dirigeants, qui sont intervenus (le ministre algérien des AE, Ramtane Lamamra, ses homologues du Burundi, Alain Aime Nyamitwe, du Rwanda, Louise Mushikiwabo, du Nigeria, Khadija Abba B. Ibrahim, et le commissaire pour la paix et la sécurité, Smaïl Chergui), ont reconnu que, malgré les avancées enregistrées en termes de résolution des conflits, l'Afrique reste le continent le plus touché par les violences et les fléaux.
Le prochain séminaire aura lieu en décembre 2016 à Oran.
S.O.A


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.