Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Bejaïa    Championnats d'Afrique de Cyclisme sur piste : trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Handball / CAN-2020 : l'Algérie domine le Congo et assure la qualification au 2e tour    La mobilisation pour le changement continue    PRATIQUES COMMERCIALES : Défaut d'affichage des prix à Mostaganem    LA FIRME ‘'ALPHYT'' EN COLLABORATION AVEC LA SRPV DE MOSTAGANEM : Journée de sensibilisation sur le traitement d'hiver des arbres fruitiers    AADL : Distribution de 155 000 logements en février    Règlement de la crise libyenne: une participation accrue à la conférence internationale dimanche à Berlin    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Tebboune recevra, mardi, une délégation de médias    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Djamel Ould Abbas de nouveau à la barre    CORRUPTION DANS UNE BANQUE PUBLIQUE : Arrestation de 11 personnes impliquées à Constantine    TLEMCEN : Saisie de 117 bouteilles de spiritueux à Remchi    BEDRABINE EL MOKRANI (SIDI BEL ABBES) : Un ouvrier communal écrasé par une benne tasseuse    VOL ET BRAQUAGE DE CITOYENS A ORAN : Un groupe de motocyclistes sème la terreur    Le fils d'Amirouche porte plainte à cause de Mehenni    Manchester United: le coût d'un licenciement de Solskjaer est connu    La FAF s'oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune occupée    Le moudjahid Mohamed Kechoud n'est plus    L'Algérie et l'Italie conviennent de renforcer la coordination et la concertation concernant la situation en Libye    Protection civile d'Alger: le nombre des interventions en "léger" recul en 2019    ENIEM/difficultés financières: les discussions avec le CPE "sur la bonne voie"    Archives nationales: un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    La pièce GPS du TNA primée au Festival du Théâtre arabe 2020    L'Algérie, la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres dans le dossier libyen    Batna : Ouverture du Café culturel "Thaziri" en présence de nombreux intellectuels de la ville    Lille: Ghoulam dans le viseur    «Les deux clubs sont dans les mêmes conditions»    Le président Tebboune multiplie les consultations    «Vous défendez la souveraineté de la Nation et assurez la stabilité du peuple»    Ils contestent le régime fiscal imposé par la LF 2020    Réviser le découpage des zones industrielles et les lois régissant l'investissement    Spike Lee président du jury 2020    Ligue 1-MC Alger: Almas, 10e président en 7 ans    Accidents de la route : 4 morts et un blessé en 24 heures    Le pétrole algérien a perdu près de 7 dollars en 2019    Les tribunaux paralysés hier    Le ministre camerounais des Sports favorable    Le Premier ministre italien aujourd'hui à Alger    égypte : quatre employés d'une agence de presse turque arrêtés    La Protection civile fait son bilan 2019    ACTUCULT    L'ONM exige l'application de la loi    APOCE: appel à la prise de mesures urgentes pour améliorer le niveau de vie    UNPEF: «L'urgence est de répondre aux préoccupations des enseignants du primaire»    Le Premier ministre confirme la tenue d'élections le 8 février    La société civile s'implique    Le Conseil des ministres avancé à samedi    Ghiless Amzal anime un concert à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise syrienne : une équation à plusieurs inconnues
L'accord de trêve russo-américain compromis avant sa mise en œuvre
Publié dans Liberté le 15 - 02 - 2016

La conclusion d'un accord de trêve, âprement négocié à Munich, entre la Russie et les Etats-Unis n'a amené ni le silence des armes en Syrie ni apaisé les tensions entre les partisans du président Bachar al-Assad et les soutiens à l'opposition armée, en guerre contre le régime de Damas depuis cinq ans.
Entre les appels des Etats-Unis aux Russes, pour cesser leurs présumés bombardements de l'opposition dite modérée, et l'insistance de l'Arabie saoudite à intervenir au sol contre l'organisation autoproclamée Etat islamique (Daech), l'armée turque a lancé, depuis samedi, une série de frappes aériennes contre les quartiers sous contrôle des Kurdes syriens, dans la province d'Alep, frontalière avec la Turquie. Ces frappes turques ont été condamnées par les autorités syriennes. "Les attaques répétées de la Turquie à l'encontre (...) de l'intégrité territoriale de la Syrie" sont considérées par Damas comme une atteinte à la souveraineté de ce pays, où plusieurs puissances occidentales et du Proche-Orient se livrent une guerre par procuration. Dans cette guerre syrienne, qui bouclera dans un mois cinq années, chaque partie a fait le choix des groupes à classer sur la liste des mouvements terroristes qu'il faudrait exterminer pour aider la Syrie à retrouver sa stabilité politique et contribuer par-là à l'apaisement de l'ensemble de la région du Proche-Orient.
Pour la Turquie, les Kurdes syriens sont aussi dangereux que ses Kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan.
Ankara considère les Kurdes des Unités de protection du peuple comme des terroristes qu'il faut combattre, ajoutant de l'huile sur le feu au brasier syrien. Pour Bachar al-Assad, tous ceux qui ont pris les armes pour le chasser du pouvoir, que ce soient ceux de l'opposition dite modérée ou ceux qui ont rejoint Daech ou encore Al-Qaïda. Si l'Etat islamique constitue le seul ennemi commun, que toutes les parties combattent sans susciter la moindre dissension, les autres mouvements armés opérant en Syrie sont appréciés selon leur proximité avec certains acteurs extérieurs régionaux et internationaux. Ces derniers apportent leur soutien à ces mouvements et coalitions politico-armées hétéroclites au gré des intérêts géopolitiques du moment.
Il en est de même pour l'Arabie saoudite et ses alliés au sein du Conseil de coopération du Golfe. Le soutien politique et financier au Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et à d'autres groupuscules islamistes qui lui sont proches, n'est pas une illusion de l'esprit, l'ennemi commun étant Bachar al-Assad que le royaume wahhabite veut évincer du futur processus de transition en Syrie. Cette position est fortement soutenue par la France qui a fait du départ d'Al-Assad un préalable politique pour l'entame de toute discussion du régime de Damas avec l'opposition, sous l'égide de l'ONU, avant de revoir ses urgences, en classant Daech à la tête de sa liste de priorités.
Du côté de Moscou, Daech est une menace avérée pour les intérêts russes en Syrie, un pays stratégique pour maintenir son influence dans la région. Mais, sur un terrain miné, personne n'empêchera les avions russes de cibler les positions d'une opposition syrienne, dont la "définition est extrêmement floue", comme l'a affirmé le politologue François Burgat, dans l'entretien qu'il a accordé à Liberté hier (voir notre édition d'hier en page 15). Une telle confusion ne peut qu'alimenter le scepticisme général qui a suivi l'annonce de l'accord de trêve de Munich.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.