Juventus : Un international brésilien dans le viseur    Chelsea : Giroud a pris une décision pour son avenir    Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise syrienne : une équation à plusieurs inconnues
L'accord de trêve russo-américain compromis avant sa mise en œuvre
Publié dans Liberté le 15 - 02 - 2016

La conclusion d'un accord de trêve, âprement négocié à Munich, entre la Russie et les Etats-Unis n'a amené ni le silence des armes en Syrie ni apaisé les tensions entre les partisans du président Bachar al-Assad et les soutiens à l'opposition armée, en guerre contre le régime de Damas depuis cinq ans.
Entre les appels des Etats-Unis aux Russes, pour cesser leurs présumés bombardements de l'opposition dite modérée, et l'insistance de l'Arabie saoudite à intervenir au sol contre l'organisation autoproclamée Etat islamique (Daech), l'armée turque a lancé, depuis samedi, une série de frappes aériennes contre les quartiers sous contrôle des Kurdes syriens, dans la province d'Alep, frontalière avec la Turquie. Ces frappes turques ont été condamnées par les autorités syriennes. "Les attaques répétées de la Turquie à l'encontre (...) de l'intégrité territoriale de la Syrie" sont considérées par Damas comme une atteinte à la souveraineté de ce pays, où plusieurs puissances occidentales et du Proche-Orient se livrent une guerre par procuration. Dans cette guerre syrienne, qui bouclera dans un mois cinq années, chaque partie a fait le choix des groupes à classer sur la liste des mouvements terroristes qu'il faudrait exterminer pour aider la Syrie à retrouver sa stabilité politique et contribuer par-là à l'apaisement de l'ensemble de la région du Proche-Orient.
Pour la Turquie, les Kurdes syriens sont aussi dangereux que ses Kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan.
Ankara considère les Kurdes des Unités de protection du peuple comme des terroristes qu'il faut combattre, ajoutant de l'huile sur le feu au brasier syrien. Pour Bachar al-Assad, tous ceux qui ont pris les armes pour le chasser du pouvoir, que ce soient ceux de l'opposition dite modérée ou ceux qui ont rejoint Daech ou encore Al-Qaïda. Si l'Etat islamique constitue le seul ennemi commun, que toutes les parties combattent sans susciter la moindre dissension, les autres mouvements armés opérant en Syrie sont appréciés selon leur proximité avec certains acteurs extérieurs régionaux et internationaux. Ces derniers apportent leur soutien à ces mouvements et coalitions politico-armées hétéroclites au gré des intérêts géopolitiques du moment.
Il en est de même pour l'Arabie saoudite et ses alliés au sein du Conseil de coopération du Golfe. Le soutien politique et financier au Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et à d'autres groupuscules islamistes qui lui sont proches, n'est pas une illusion de l'esprit, l'ennemi commun étant Bachar al-Assad que le royaume wahhabite veut évincer du futur processus de transition en Syrie. Cette position est fortement soutenue par la France qui a fait du départ d'Al-Assad un préalable politique pour l'entame de toute discussion du régime de Damas avec l'opposition, sous l'égide de l'ONU, avant de revoir ses urgences, en classant Daech à la tête de sa liste de priorités.
Du côté de Moscou, Daech est une menace avérée pour les intérêts russes en Syrie, un pays stratégique pour maintenir son influence dans la région. Mais, sur un terrain miné, personne n'empêchera les avions russes de cibler les positions d'une opposition syrienne, dont la "définition est extrêmement floue", comme l'a affirmé le politologue François Burgat, dans l'entretien qu'il a accordé à Liberté hier (voir notre édition d'hier en page 15). Une telle confusion ne peut qu'alimenter le scepticisme général qui a suivi l'annonce de l'accord de trêve de Munich.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.