Activation du plan de lutte contre les feux de forêts à Alger à partir du début juin    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Les habitants réclament leur réouverture    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS y va pour "provoquer le changement"
élections législatives et locales
Publié dans Liberté le 11 - 12 - 2016

La direction du parti explique la participation à ces deux prochaines échéances électorales par son souci de "mobiliser davantage de militants afin de provoquer le changement tant attendu".
Le Front des forces socialistes (FFS) décide officiellement de prendre part aux prochaines élections législatives et locales, prévues respectivement en avril et octobre 2017. C'est une résolution du Conseil national, réuni ce week-end, et dont les membres ont dit "oui", à l'unanimité, à cette deuxième participation consécutive après celle de 2012, ont fait savoir, hier, en conférence de presse, le premier secrétaire, Abdelmalek Bouchafa, et les quatre membres restants du présidium du parti, après l'exclusion de Rachid Halet, en l'occurrence Aziz Baloul, Mohand Amokrane Chérifi, Ali Laskri et Saïda Ichallamene. En fait, c'est la tendance qui prévalait depuis déjà quelque temps au FFS qui rompt, du coup, avec sa politique de boycott par laquelle le FFS s'était, à maintes reprises, distingué du temps de son chef charismatique, feu Hocine Aït Ahmed. Si la décision de convoiter des sièges à l'Assemblée nationale peut s'expliquer par les contraintes imposées aux partis dans le nouveau code électoral, elle semble rendue plus facile à prendre après "l'assainissement" des rangs du parti, notamment l'éjection du membre du présidium du FFS, Rachid Halet. Une exclusion que la direction tente de justifier par un "écart de discipline" de ce militant qui avait déjà par le passé claqué la porte du parti. "Halet avait déjà quitté le parti en 1996 avant de revenir. Finalement, un repenti reste toujours un repenti", l'a accusé ouvertement Aziz Baloul en lui reprochant d'avoir notamment trahi la mémoire de feu Hocine Aït Ahmed concernant la supposée offre que lui aurait faite Khaled Nezzar pour prendre en main les destinées du pays. Pour les membres du présidium qui veulent réduire l'exclusion de ce membre de la direction à un "non-événement", Rachid Halet était un militant et ne devait donc pas bénéficier de l'impunité. "Au FFS, personne ne bénéficie de l'impunité ; tous les militants se doivent de respecter le règlement intérieur et les statuts du parti", ont insisté les membres du présidium du FFS, visiblement embarrassés par ce énième départ du parti. "Au FFS, nous ne mangeons pas nos enfants ; ceux qui ont quitté l'ont fait de leur propre chef", a martelé M. Baloul rappelant, au passage, la fameuse image du défunt Hocine Aït Ahmed qui comparait le FFS à un train qui, à chaque gare, voit des gens embarquer et d'autres débarquer. Dans la foulée, les membres du présidium écartent la possibilité de remettre en cause l'actuelle composante de la direction du parti et encore moins son mode de gestion. Pour eux, si un changement doit intervenir, ce ne sera pas avant le congrès ordinaire du parti prévu légalement en 2018. En revanche, décident-ils, le secrétariat national sera remanié et réorganisé dès la semaine prochaine à l'occasion d'une session extraordinaire du conseil national prévue le 16 décembre. Sans transition, les membres de la direction collégiale expliquent, par ailleurs, la participation de leur parti aux prochaines échéances électorales par son souci de "mobiliser davantage de militants afin de provoquer le changement tant attendu" qui, selon eux, passe par la construction "d'un consensus national". Comme première activité de précampagne électorale, le FFS a d'ores et déjà programmé la tenue d'un meeting populaire le 24 décembre à Alger, soit une journée après la conférence des élus coïncidant avec le premier anniversaire du décès, le 23 décembre 2015, du chef charismatique du parti, Hocine Aït Ahmed.
Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.