La passion algérienne.    Real Madrid: Llorente part à l'Atletico (officiel)    Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Louisa Hanoune reste en prison    Réouverture du dossier de l'autoroute Est-Ouest    À bas l'oligarchie !    La grande embrouille !    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    Petits rappels à l'attention lacrymale des Bekkayate d'ici !    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    Proposition de sortie de crise    Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité    Que le spectacle commence !    Des referees européens pour superviser la VAR à partir du deuxième tour    Des finales disputées    Le procès Kamel Chikhi ajourné au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    L'affaire Tahkout devant la Cour suprême    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    sortir... ...sortir... ...sortir...    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    A votre bon cœur !    La taule à gogo    Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Une bien triste leçon égyptienne    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS y va pour "provoquer le changement"
élections législatives et locales
Publié dans Liberté le 11 - 12 - 2016

La direction du parti explique la participation à ces deux prochaines échéances électorales par son souci de "mobiliser davantage de militants afin de provoquer le changement tant attendu".
Le Front des forces socialistes (FFS) décide officiellement de prendre part aux prochaines élections législatives et locales, prévues respectivement en avril et octobre 2017. C'est une résolution du Conseil national, réuni ce week-end, et dont les membres ont dit "oui", à l'unanimité, à cette deuxième participation consécutive après celle de 2012, ont fait savoir, hier, en conférence de presse, le premier secrétaire, Abdelmalek Bouchafa, et les quatre membres restants du présidium du parti, après l'exclusion de Rachid Halet, en l'occurrence Aziz Baloul, Mohand Amokrane Chérifi, Ali Laskri et Saïda Ichallamene. En fait, c'est la tendance qui prévalait depuis déjà quelque temps au FFS qui rompt, du coup, avec sa politique de boycott par laquelle le FFS s'était, à maintes reprises, distingué du temps de son chef charismatique, feu Hocine Aït Ahmed. Si la décision de convoiter des sièges à l'Assemblée nationale peut s'expliquer par les contraintes imposées aux partis dans le nouveau code électoral, elle semble rendue plus facile à prendre après "l'assainissement" des rangs du parti, notamment l'éjection du membre du présidium du FFS, Rachid Halet. Une exclusion que la direction tente de justifier par un "écart de discipline" de ce militant qui avait déjà par le passé claqué la porte du parti. "Halet avait déjà quitté le parti en 1996 avant de revenir. Finalement, un repenti reste toujours un repenti", l'a accusé ouvertement Aziz Baloul en lui reprochant d'avoir notamment trahi la mémoire de feu Hocine Aït Ahmed concernant la supposée offre que lui aurait faite Khaled Nezzar pour prendre en main les destinées du pays. Pour les membres du présidium qui veulent réduire l'exclusion de ce membre de la direction à un "non-événement", Rachid Halet était un militant et ne devait donc pas bénéficier de l'impunité. "Au FFS, personne ne bénéficie de l'impunité ; tous les militants se doivent de respecter le règlement intérieur et les statuts du parti", ont insisté les membres du présidium du FFS, visiblement embarrassés par ce énième départ du parti. "Au FFS, nous ne mangeons pas nos enfants ; ceux qui ont quitté l'ont fait de leur propre chef", a martelé M. Baloul rappelant, au passage, la fameuse image du défunt Hocine Aït Ahmed qui comparait le FFS à un train qui, à chaque gare, voit des gens embarquer et d'autres débarquer. Dans la foulée, les membres du présidium écartent la possibilité de remettre en cause l'actuelle composante de la direction du parti et encore moins son mode de gestion. Pour eux, si un changement doit intervenir, ce ne sera pas avant le congrès ordinaire du parti prévu légalement en 2018. En revanche, décident-ils, le secrétariat national sera remanié et réorganisé dès la semaine prochaine à l'occasion d'une session extraordinaire du conseil national prévue le 16 décembre. Sans transition, les membres de la direction collégiale expliquent, par ailleurs, la participation de leur parti aux prochaines échéances électorales par son souci de "mobiliser davantage de militants afin de provoquer le changement tant attendu" qui, selon eux, passe par la construction "d'un consensus national". Comme première activité de précampagne électorale, le FFS a d'ores et déjà programmé la tenue d'un meeting populaire le 24 décembre à Alger, soit une journée après la conférence des élus coïncidant avec le premier anniversaire du décès, le 23 décembre 2015, du chef charismatique du parti, Hocine Aït Ahmed.
Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.