Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    Le Polisario bombarde la zone de Guerguerat    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Les saillies d'une réforme prévue "avant la fin de l'année"    La terre a tremblé à Batna et Tizi-Ouzou    227 nouveaux cas et 2 décès en 24h    Timides avancées et grandes désillusions    Arsenal : La réaction d'Arteta au départ d'Özil    Tournoi de l'UNAF (U17): l'Algérie valide son billet pour la CAN 2021    Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Toujours pas de conclusions    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    "Nous avons gagné la guerre, nous ne sommes pas demandeurs d'excuses..."    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    La pâleur d'une façade    Vingt-cinq doses de vaccin Covid-19    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS y va pour "provoquer le changement"
élections législatives et locales
Publié dans Liberté le 11 - 12 - 2016

La direction du parti explique la participation à ces deux prochaines échéances électorales par son souci de "mobiliser davantage de militants afin de provoquer le changement tant attendu".
Le Front des forces socialistes (FFS) décide officiellement de prendre part aux prochaines élections législatives et locales, prévues respectivement en avril et octobre 2017. C'est une résolution du Conseil national, réuni ce week-end, et dont les membres ont dit "oui", à l'unanimité, à cette deuxième participation consécutive après celle de 2012, ont fait savoir, hier, en conférence de presse, le premier secrétaire, Abdelmalek Bouchafa, et les quatre membres restants du présidium du parti, après l'exclusion de Rachid Halet, en l'occurrence Aziz Baloul, Mohand Amokrane Chérifi, Ali Laskri et Saïda Ichallamene. En fait, c'est la tendance qui prévalait depuis déjà quelque temps au FFS qui rompt, du coup, avec sa politique de boycott par laquelle le FFS s'était, à maintes reprises, distingué du temps de son chef charismatique, feu Hocine Aït Ahmed. Si la décision de convoiter des sièges à l'Assemblée nationale peut s'expliquer par les contraintes imposées aux partis dans le nouveau code électoral, elle semble rendue plus facile à prendre après "l'assainissement" des rangs du parti, notamment l'éjection du membre du présidium du FFS, Rachid Halet. Une exclusion que la direction tente de justifier par un "écart de discipline" de ce militant qui avait déjà par le passé claqué la porte du parti. "Halet avait déjà quitté le parti en 1996 avant de revenir. Finalement, un repenti reste toujours un repenti", l'a accusé ouvertement Aziz Baloul en lui reprochant d'avoir notamment trahi la mémoire de feu Hocine Aït Ahmed concernant la supposée offre que lui aurait faite Khaled Nezzar pour prendre en main les destinées du pays. Pour les membres du présidium qui veulent réduire l'exclusion de ce membre de la direction à un "non-événement", Rachid Halet était un militant et ne devait donc pas bénéficier de l'impunité. "Au FFS, personne ne bénéficie de l'impunité ; tous les militants se doivent de respecter le règlement intérieur et les statuts du parti", ont insisté les membres du présidium du FFS, visiblement embarrassés par ce énième départ du parti. "Au FFS, nous ne mangeons pas nos enfants ; ceux qui ont quitté l'ont fait de leur propre chef", a martelé M. Baloul rappelant, au passage, la fameuse image du défunt Hocine Aït Ahmed qui comparait le FFS à un train qui, à chaque gare, voit des gens embarquer et d'autres débarquer. Dans la foulée, les membres du présidium écartent la possibilité de remettre en cause l'actuelle composante de la direction du parti et encore moins son mode de gestion. Pour eux, si un changement doit intervenir, ce ne sera pas avant le congrès ordinaire du parti prévu légalement en 2018. En revanche, décident-ils, le secrétariat national sera remanié et réorganisé dès la semaine prochaine à l'occasion d'une session extraordinaire du conseil national prévue le 16 décembre. Sans transition, les membres de la direction collégiale expliquent, par ailleurs, la participation de leur parti aux prochaines échéances électorales par son souci de "mobiliser davantage de militants afin de provoquer le changement tant attendu" qui, selon eux, passe par la construction "d'un consensus national". Comme première activité de précampagne électorale, le FFS a d'ores et déjà programmé la tenue d'un meeting populaire le 24 décembre à Alger, soit une journée après la conférence des élus coïncidant avec le premier anniversaire du décès, le 23 décembre 2015, du chef charismatique du parti, Hocine Aït Ahmed.
Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.