Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Les écuries d'Augias    Le général-major à la retraite Kamel Abderrahmane dépose plainte contre l'ancien chef de la Garde républicaine    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    MO Béjaia : Réunion des actionnaires aujourd'hui    MC Alger : La liste des libérés pas encore établie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Ibn Sina et Descartes : A bas bruit    Ecole supérieure de la Gendarmerie nationale de Zéralda : sortie de 7 promotions d'officiers    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Pression et répression à Hong Kong    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Sahraouis exigent la "libération immédiate des prisonniers"
Dans un appel demandant à la communauté internationale d'intervenir
Publié dans Liberté le 23 - 03 - 2017

Le procès des 25 prisonniers sahraouis du groupe de Gdeïm Izik était, hier, à Alger, au centre des discussions entre le président de la Commission sahraouie des droits de l'homme, Abba Hussein, et les médias nationaux.
Lors de la conférence de presse qu'il a animée au Centre d'information sahraoui, en présence de l'ambassadeur de la RASD en Algérie, l'intervenant a appelé à "la libération immédiate de tous les prisonniers sahraouis", dont ceux de Gdeïm Izik. M. Hussein a rappelé ce que les Sahraouis ont enduré depuis 42 ans d'occupation. Le territoire du Sahara occidental, dira-t-il, est inscrit sur la liste des "territoires non autonomes", donc éligible à l'application de la résolution 1514 de l'ONU relative à l'octroi de l'indépendance aux pays colonisés. Quant au procès du groupe de Gdeïm Izik, "il ne respecte ni le droit international humanitaire, ni les traités internationaux, ni les Conventions de Genève, qui sont ratifiées par le Maroc", a déclaré le conférencier, en appelant l'ONU, notamment le Conseil de sécurité, ainsi que l'Union africaine, l'Union européenne et les ONG, à intervenir et à faire cesser ces "atteintes aux droits humains" et autres "dérapages" à la procédure.
Plus loin, le responsable s'est demandé comment la communauté internationale et les organisations mondiales peuvent "accepter" toutes ces violations dirigées contre un peuple dont le seul tort est de revendiquer son "droit à l'autodétermination et à l'indépendance". MM Abba Hussein est ensuite revenu sur la genèse de l'affaire Gdeïm Izik, une protestation pacifique organisée à la fin 2010 au campement de Gdeim Izik (à près de 12 km d'El-Ayoun, la capitale sahraouie occupée), qui s'est terminée par le démantèlement "violent" du camp et l'arrestation de Sahraouis. Il a fait état des condamnations à des "peines lourdes" allant de 20 ans à la perpétuité, sans que le tribunal militaire ait pu prouver l'implication des accusés dans la mort de policiers marocains.
Sept ans après, le procès des 25 militants sahraouis (devant un tribunal militaire au début, puis un tribunal civil depuis décembre 2016) a été reporté plusieurs fois, sans réduire cependant les "mauvais traitements" sur les détenus sahraouis ni les "pressions" sur ces derniers et leurs familles. La destruction de ce camp était destinée, selon lui, à "faire pression" sur les négociateurs sahraouis.
Mais, poursuivra-t-il, le procès sera encore reporté car "il s'est transformé en un procès de l'occupation" et parce que le Maroc veut éviter de se faire taper sur les doigts, en mai prochain, par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Au cours du débat, l'animateur et l'ambassadeur sahraoui se sont exprimés sur l'absence du Maroc à la réunion récente du Conseil de sécurité et de paix de l'UA sur la question du Sahara occidental, malgré l'invitation officielle qui lui a été envoyée.
D'après eux, ce "premier test" confirme "les mauvaises intentions" de l'occupant marocain. Ils ont aussi parlé du "parti-pris" de la France qui, outre ses "ingérences" au Conseil de sécurité avec menace d'user de son droit de veto, vient d'afficher un soutien sans équivoque dans une affaire déjà tranchée par la Cour de justice de l'UE concernant l'accord commercial UE-Maroc.
H. Ameyar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.