Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Le sélectionneur de l'Egypte Queiroz évoque l'Algérie    Profil bas    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Bouira: Une victime du monoxyde de carbone secourue    Discussions ministère-syndicat: La grève du Cnapeste se poursuit en attendant...    Longue chaîne létale    En hommage au Pr Hadj Miliani: Des «journées littéraires» du 8 au 24 décembre    «Retour de l'argent sale à la faveur des alliances»    Haaland peste contre l'arbitrage    Pochettino sous forte pression    Première défaite pour Xavi    Dans le flot de la contestation    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    L'UGTT réclame un «dialogue national»    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Ces «maquisards» du prêt-à-porter    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    L'écrivain Pierre Rabhi n'est plus    Le FFS fait son bilan    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Le FLN increvable    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    Le procès du président du MDS reporté à dimanche prochain    Une ambition technologique de l'Algérie : l'hydrogène sera le gaz naturel en 2030    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La direction demande le report de la rencontre face à l'USMA    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    "Notre participation a été un succès"    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tizi Ouzou : une zone industrielle réduite de moitié
En raison de l'opposition de nombreux agriculteurs de la région
Publié dans Liberté le 03 - 04 - 2017

Le projet de la zone industrielle tant attendu et qui devait être implanté sur les territoires des communes limitrophes de Draâ El-Mizan et de Tizi Gheniff, au sud de la wilaya de Tizi Ouzou, sur une superficie totale de 111 ha, a été finalement amputé de plus de la moitié de sa superficie initiale.
En effet, suite à des oppositions foncières émanant notamment des agriculteurs de la région, le comité interministériel chargé du dossier a finalement décidé de déclasser cette zone en la subdivisant en deux zones d'activité, soit 21 ha pour Draâ El-Mizan et 27 ha pour
Tizi Gheniff ; ce qui représente 63 hectares de moins que l'assiette initiale sous prétexte que "ce sont des terres à potentialités agricoles productives".
Pour les habitants de cette région dont la population est composée d'un grand nombre de jeunes au chômage, cette décision vient leur couper tout espoir de déboucher sur d'éventuels emplois et de voir aussi le développement local prendre un nouvel essor. "Sincèrement, nous avions investi beaucoup d'espoirs dans ce projet de zone industrielle mais, finalement, notre rêve s'est transformé en cauchemar car il faut savoir qu'il y a une grande différence entre une zone industrielle et une zone d'activité. Leur statut n'est pas le même et leur impact économique est moindre car une zone industrielle attire de gros investisseurs pour créer de la richesse et de l'emploi à grande échelle pour toute la région", estime un jeune diplômé d'une grande école préparatoire.
Pour notre interlocuteur, il suffit de voir l'état des zones d'activité créées depuis des décennies pour avoir une idée précise sur l'avenir de ces deux nouvelles zones qui viennent d'être accordées à la région, et ce, sans aucun délai de réalisation. "Cela est toujours dans l'absolu puisque l'échéance de leur lancement n'a pas été arrêté. C'est encore du noir sur du blanc, sans plus !", ajoute le même interlocuteur.
À Draâ El-Mizan, la zone de 57 ha répartie en 37 lots n'attire même pas de promoteurs en raison de tous les manques de commodités, ni gaz, ni eau, ni routes dignes de ce nom. Au jour d'aujourd'hui, pratiquement sur les 15 lots affectés aux "investisseurs", deux ou trois sont en place sinon les autres sont en jachère, alors que 14 autres n'ont même pas trouvé preneurs. Pour les six lots restants, apprend-on d'une source locale, quatre sont réservés aux
équipements de la zone et deux ne sont pas
cessibles.
On croit savoir que 34 ans après sa création, cette importante assiette foncière ne possède même pas encore son permis de lotir. C'est dire que ces zones d'activité que les pouvoirs publics voudraient pourtant redynamiser pour booster l'économie locale et créer de la richesse et de l'emploi ne sont pas un pari
gagné en raison de toutes les entraves
auxquelles sont confrontés les investisseurs
potentiels.
Aussi, même si dernièrement, le wali de Tizi Ouzou avait insisté auprès des autorités locales et des responsables habilités à gérer ces zones comme il se doit pour retirer les lots non exploités et les affecter à d'autres postulants, rien n'a été fait même si on apprend que la Sogi a déjà mis en demeure quelques bénéficiaires de lots dans les différentes zones de la wilaya pour les exhorter à lancer leurs projets sous peine d'annulation de leur décision
d'attribution. Cela étant, les deux nouvelles zones d'activité de Draâ El-Mizan et de Tizi Gheniff ne verront pas le jour de sitôt, et ce, au grand désespoir des investisseurs dignes de ce nom !
O. Ghilès


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.