CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Dans ce livre, il est question d'amour"
Rencontre autour de l'ouvrage "Mohammed Dib, un écrivain de lumière"au Sila
Publié dans Liberté le 04 - 11 - 2017

L'écrivain Yahia Belaskri, les poètes Amin Khan et Hubert Haddad ont animé une rencontre au stand Sédia (éditeur du recueil) pour parler de cet "écrivain de l'éblouissement" dont "l'écriture lumineuse" a "traversé" plusieurs auteurs.
Les éditions Sédia qui mettent à l'honneur des écrivains algériens, viennent de publier un ouvrage collectif intitulé "Mohammed Dib, un écrivain de lumière". Réalisé sous la direction de l'écrivain Yahia Belaskri, ce livre a réuni une quinzaine de contributeurs, entre poètes, universitaires, auteurs... qui ont écrit des "textes intimes" sur l'écrivain. Afin de présenter ce nouveau-né fort intéressant, une rencontre a été organisée dans le cadre du 22e Salon international du livre d'Alger (Sila), au stand de l'éditeur, et ce, en présence de Yahia Belaskri, Amin Khan et Hubert Haddad.
Lors de cette rencontre modérée par la journaliste Sara Kharfi, les intervenants sont revenus sur la naissance de "Mohammed Dib, un écrivain de lumière", sa poésie ainsi que l'impact de ses œuvres sur leur écriture. Questionné sur la publication de cet ouvrage, Belaskri a indiqué que "c'est une idée des éditions Sedia, qui met à l'honneur quelques écrivains algériens, notamment un ouvrage sur Assia Djebar. Au début, j'ai eu quelques hésitations car je n'ai pas eu la chance de connaître Dib personnellement. Je l'ai rencontré à sa mort, paradoxalement le décès m'a amené à Dib". Alors, il a "accepté pour ce recueil. Et me suis dit que c'est là que je vais le rencontrer". À cet effet, l'écrivain a "redécouvert" Mohammed Dib, et ce,en lisant un "certain nombre de ses œuvres". "Enfant, j'ai lu la trilogie algérienne, mais pas les autres." D'ailleurs, grâce cet ouvrage, l'orateur a annoncé avoir eu "l'occasion de découvrir sa poésie, qui a été réunie aux éditions ‘La Différence'". Pour la réalisation du recueil, il a précisé avoir fait appel à des "amis" romanciers, poètes, universitaires. "Je leur ai dit : vous avez été amoureux de Mohammed Dib. Alors, nous allons écrire Dib. Il est question d'amour", a-t-il souligné. Et d'ajouter : "Il est question d'aimer cet homme, cet écrivain, son œuvre. Il n'est pas question de faire œuvre d'universitaires ou d'experts. Nous sommes des écrivains et poètes, et nous avons chacun exploré un côté sensible de Dib."
Sur le choix du titre "Ecrivain de lumière", Yahia Belaskri a répondu : "Je me revendique de la lignée de Kateb et Dib, c'est grâce à eux, que je suis aujourd'hui écrivain. La lumière car cet homme est lumineux. Quand nous lisons ses textes, la lumière revient souvent." Et de renchérir à ce propos : "Quand j'ai fait appel à mes amis, je ne savais pas ce qu'ils allaient proposer. Je leur ai demandé votre perception de l'écrivain et de son œuvre, et j'ai constaté que cette question de lumière traverse tous les textes. C'est évident que tous ces créateurs étaient traversés par la poésie de Dib."
Pour sa part le poète Amin Khan estime avoir écrit un "texte un peu bizarre" intitulé "Au café avec un poète de la cité des Anges". "Dib est avant tout un poète. La poésie à mon sens c'est le fond de notre humanité. La poésie dans sa forme écrite exprime notre rapport au monde, notre rapport aux autres, et notre sensibilité au monde et aux autres", a-t-il confié. Et de poursuivre : "Des grands écrivains comme Kateb et Dib, on reconnaît dans leur écriture romanesque, le fait que ce sont des poètes y compris sur le point littéraire." Car, Dib, à un certain âge, a exprimé "une grande liberté qui est à l'essence de ce qu'il est dans son écriture, cette marque de la capacité à être libre sous cette forme-là, pour moi c'est une confirmation de sa qualité primordiale de poète". Selon M. Khan, Mohammed Dib, le poète, "pouvait écrire de différentes façons, il pouvait produire un impact poétique. La trilogie algérienne est l'émergence d'un discours des Algériens à une époque où ils étaient inaudibles, à mon sens c'est un acte politique majeur". Tout en concluant au sujet de Kateb et Dib : "Pour moi ce sont les phares de la littérature algérienne, et de l'Algérie." Interrogée sur le plan de la langue et du style, l'écrivain Hubert Haddad a soutenu que "c'est un écrivain qui a vécu le drame de la colonisation, elle se présentait comme une conscience, la conscience d'un poète". Tout en précisant : "Un écrivain n'est pas un serviteur, il n'a qu'une seule aspiration, la liberté pour tous. Le poème s'est manifesté dans toutes ses œuvres, même dans ses romans." Durant son intervention, il a appuyé le fait que "Dib aurait pu être célébré par des écrivains majeurs mais il est relativement connu en France, ça c'est les travers de l'édition de la francophonie c'est dommageable, car c'est un écrivain de langue française et qui peut avoir une incidence fondamentale sur la culture de l'époque", et ce, tout en le qualifiant comme un "écrivain de l'éblouissement". Pour les trois acolytes, ayant contribué à travers ce recueil à faire "revivre" Dib. "Il faut aller vers sa littérature", car "c'est un écrivain toujours à découvrir. Son œuvre littéraire est importante, et on ne pourra jamais achever sa lecture". Tout en concluant : "On continuera à écrire sur Mohammed Dib, car on aura jamais épuisé son mystère."
Hana Menasria


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.