Ryad veut un "cadre de coopération" Opep/non Opep à long terme    La Russie retire ses militaires d'Afrine, en Syrie    Mahrez signe son 8e but en Premier League !    Ils revendiquent de meilleures conditions de vie: Des retraités de l'ANP bloqués aux portes d'Alger    Paiement en ligne: Algérie Poste lance sa nouvelle plateforme monétique    Présidentielle, trafic de drogue, montage de véhicules…: Les réponses d'Ouyahia    Le syndrome de Stockholm appliqué à la politique    Selon The Guardian: Al-Qaïda recrute au sein des affiliés de Daech    Chlef: L'affichage sauvage irrite le wali    FAF - Réunion du Bureau fédéral: Un face-à-face décisif entre Zetchi et Kerbadj    USM Harrach: La victoire de l'espoir    Alger: Vol de véhicules, 5 arrestations    Sour El Ghozlane: Quatre personnes sauvées d'une asphyxie au gaz    Boat-people    La Turquie "va" attaquer l'enclave kurde d'Afrine    Contraintes et réalité du terrain    Exposition photographique chinoise    L'envoyé de l'ONU met en garde contre un statu quo    Des crimes de guerre sont commis par les depuis trois ans    Le logement promotionnel aidé (LPA) très convoité    La Poste doit jouer un rôle «central» dans la vie économique des nations africaines    Concert-anniversaire d'El Mossiliya    Voyage sous tension pour Mike Pence    L'accord n'est pas viable sans les Etats-Unis    La maintenance du parc roulant sera assurée    67 investisseurs mis en demeure    «Je ne serai pas candidat à la présidentielle de 2019 contre le président Bouteflika»    Derby maghrébin à haute facture    Main-mise des lutteurs des Ligues d'Alger et d'Oran    La bonne opération de l'USB et l'USMH    L'ASAM et le MOB s'imposent, le CABBA sur le podium    Mourinho ne veut pas de Ronaldo    Du kif à peu de frais    Le parti de Djaballah craint de disparaître    C'est le pourrissement    Les paramédicaux reconduisent leur grève    Deux éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés à Oran et Sétif    Sept mairies toujours bloquées à Tizi Ouzou    Le wali écarte tout recours à la force publique    Ouyahia pour l'application de la peine de mort aux narcotrafiquants    Zahir Ihaddaden est décédé à 89 ans    La classe politique est appelée à changer les mentalités    La commission chargée d'élaborer la liste installée    La musique classique contemporaine s'invite à Alger    Les ambitions cachées de Luc Besson en Algérie    Exposition de mangas à la galerie Ezzou'Art    Visiter la Casbah à dos d'âne    Zahir Iheddaden tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manga Old School : les rois oubliés
#LibertéVENDREDI
Publié dans Liberté le 15 - 12 - 2017

« Je vous parle d'un temps que les moins de vingt-ans ne peuvent pas connaître » Cette réplique d'Aznavour reflète assez bien cet article, même si les années 2000 sont l'époque ou le manga a vraiment gagné en popularité, l'époque des années quatre-vingt jusqu'au début des années quatre-vingt-dix est toujours considérée comme l'âge d'or du manga en voici quelques grands noms :
Berserk (1989-aujourd'hui)
Premier Manga de cette liste, Berserk est un Seinen (Manga pour adultes) écrit et illustré par Kentaro Miura, doté un dessin d'une finesse remarquable et d'un magnifique Univers « Dark Fantasy », Berserk se démarque vraiment par son ambiance sombre et la gravité des thèmes abordés tel que la pédophilie, l'inceste, l'infanticide, cannibalisme etc. Âmes sensibles s'abstenir.
Autre chose qui fait de l'œuvre de Miura un manga si magique, l'effet produit par son personnage principal Guts (ou Gatts), ancien mercenaire au passé agité et en quête de vengeance, tout en étant hanté par des démons, durant ses nuits, Brute cruelle et froide, emplie de haine, la quête de Guts le mènera vers bon nombre de places sordides montrant des histoires plus lugubres les unes les autres, mais pas que, il rencontrera plusieurs personnes d'une bonté qui vient à bout, peu à peu, de sa terrible douleur.
Récit montrant le coté le plus sombre de l'âme humaine ; Berserk n'en demeure pas moins un manga a l'histoire passionnante et sympathique contenant quelques traits d'humour. Il y a aussi l'attachement que ressent le lecteur pour les personnages qu'ils soient antagoniste ou protagoniste car souvent ces personnes ont un passé tragique et souvent le dégoût ressentit se transforme en empathie pour ses âmes tristes.
JoJo's Bizarre Adventure (1986-2004)
Jojo's Bizarre Adventure est un des mangas les plus originaux qui aient existé que ce soit à son époque ou la notre. L'œuvre de Hirohiko Araki est un superbe Shonen remplis de combats, haut en couleurs et généreux en moments touchants et a inspiré au fil du temps nombre de célèbres mangaka.
Le manga suit les descendants de la famille Joestar sur plusieurs générations en commençant en Angleterre à l'époque victorienne puis différente partie du monde au fil du récit, les protagonistes ayant des noms commençant par jo ce qui fait qu'ils reçoivent le surnom jojo d'où le nom du manga et qui chacun leurs tours font face à de nombreux événement bizarres et tragiques. D'ailleurs une des particularités du manga c'est d'avoir su briser les clichés répandus à l'époque, tel que les héros sont toujours nobles et invincibles, les personnages principaux sont immortels, dans JoJo's Bizarre Adventure la fin justifie les moyens les héros ont souvent recours a la triche et à la ruse pour parvenir a leurs fins à quelques exceptions près. tel : Jonathan, premier héro de la série. Personne n'est sûr de survivre, l'imprudence et la témérité sont souvent sanctionnées dans le manga.
Jojo's Bizarre Adventure est un manga une riche en aventure que je vous conseille vivement et pour les fans d'anime qui sont sceptiques quant à la qualité vu l'ancienneté de l'œuvre sachez qu'un Remaster d'excellente qualité est disponible depuis 2012.
Hokuto No Ken (1983-1988)
Ecrit par le scénariste Burnson et illustré par Tetsuo Hara, de par son univers post-apocalyptique Hokuto No Ken est une référence claire à Mad Maxest. Avec ses 100 millions de copies vendu, le manga s'installe comme étant une des plus grandes référence du manga.
Le personnage principal en la personne de Kenshiro est un disciple du Hokuto Shinken, un art martial ancestrale qui permet de tuer son ennemi en lui infligeant des dégâts interne et d'ailleurs les ennemi ne sont au courant de leurs lugubre destin qu'au moment ou Kenshiro le leur révèle et c'est là où est née sa célèbre phrase fétiche "Omae Wa Shindeiru". «Je suis un homme triste car mon amour est plus profond qu'un autre» cette réplique résume bien le héro de ce manga qui tout au long de sa vie a subit de nombreuses pertes, et qui, au cours de sa route, se révèlera être l'espoir d'une humanité vivant en plein chaos.
Hokuto No Ken aura marqué plus d'une génération grâce ses combats plus épiques les uns les autres, mais cela est aussi du à sa narration de haut vol qui, pleine de rebondissement, ne manquera pas de plaire au lecteur, d'ailleurs nombreux sont les personnages principaux qui meurent rivalisant ou même dépassant un certain Game Of Thrones.

Ruroni Kenshin (1994-1999)
Plus connu sous le nom de Kenshin le vagabond, Ruroni Kenshin est un manga basé sur la culture japonaise écrit par Nobuhiro Watsuki. L'œuvre a connu un grand succès durant les années 2000 cela est dû en partie au thème du manga montrant un japon traditionnel en pleine transition et à son côté humain très marquant.
Le manga se déroule quelques années après la guerre civile qui a mené a la fin du règne des shoguns et donc la fin de l'ère Edo. Le protagoniste Kenshin Shimura est un ancien assassin ayant opéré durant la guerre, Kenshin tentant réparer ses erreur passé, il jura de cesser de tuer et devint vagabond, aidant durant son errance les personnes dans le besoin qu'il rencontra, il fût rattraper par son lourds passé quand son pays en danger eu besoin son de lui. Kenshin fait alors face à un dilemme, aider a préserver une paix déjà fragile mais briser son serment ou bien garder sa volonté de ne pas tuer et en payer le prix.
L'œuvre de Watsuki mets en avant la rédemption et le prix de cette dernière, le manga malgré son thème profond ne manque pas de légèreté grâce à un humour de bon goût.
Yanis OUAAD
(Partenariat Réd-DIG-"Liberté" (#RDL)/Alumni (HEC) )


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.