Le Président Tebboune préside une séance de travail au siège du MDN    Entre indifférence et inconscience    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Un webinaire interactif pour la région Mena    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Manchester City : Mahrez victime d'un cambriolage à plus de 500 000 euros    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    Mila : 73 enfants victimes de violences depuis le début de l'année    On vous le dit    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Levée des restrictions sur les comptes devises
Implications de la dernière note de la banque d'Algérie
Publié dans Liberté le 14 - 12 - 2017

Les banques commerciales seront appelées à prêter des devises.
La dernière note de la Banque d'Algérie sur l'utilisation de la devise par les banques ouvre de nouvelles perspectives aux banques commerciales dans l'utilisation de la devise déposée par la clientèle, qu'il s'agisse des particuliers ou d'entreprises. "C'est une note positive, attendue depuis fort longtemps", commente Farid Bourennani, spécialiste de l'économie réelle. La nouveauté pour les particuliers et les entreprises qui ont des comptes devises, c'est que leur argent en monnaie étrangère sera mieux rémunéré, alors qu'il rapporte aujourd'hui moins de 1% , ajoute-t-il. Quant à l'inquiétude sur la disponibilité de leur argent quand ils en auront besoin, pas de souci, la Banque d'Algérie est garante de cette disponibilité ou de cette liquidité en devises. Cela dit, en clair, un nouveau marché de la devise s'ouvre pour les banques commerciales. Les banques de dépôt, publiques ou privées, peuvent, désormais, à partir de janvier prochain, utiliser les comptes devises des déposants : particuliers à hauteur de 70%, les 30% sont déposés à la Banque d'Algérie. Auparavant, la totalité était déposée à la Banque d'Algérie.
Ce qui limitait l'activité des banques commerciales en matière d'utilisation de la devise. Les banques vont devoir se prêter entre elles sur le marché interbancaire : celle qui a besoin de devises emprunte sur ce marché des devises auprès d'autres banques en situation d'excédent.
La course à la devise des exportateurs
Nouveauté essentielle : les banques commerciales à partir de devises contenues dans les comptes des particuliers ou des entreprises vont pouvoir prêter aux opérateurs des devises. Imaginez des importateurs qui, à cause des restrictions aux importations, ne peuvent domicilier leurs opérations pour l'importation de biens car inscrits sur la liste des produits soumis aux licences d'importation.
Ils peuvent désormais emprunter des devises pour leurs importations soumises à restrictions. Les banques joueront ainsi leur rôle d'intermédiation. Elles collectent de la devise auprès de particuliers et d'entreprises et transforment ces montants en monnaie étrangère déposés en prêts en devises. Tout cela a pour conséquence que les dépôts en devises seront mieux rémunérés qu'aujourd'hui : probablement entre 3 et 5% contre 0,5% actuellement. Des taux attractifs. Les taux d'intérêts des prêts en devises pourraient être portés entre 5 et 7%.
Autre avantage de cette note : les devises déposées par les exportateurs peuvent être utilisées par les banques commerciales.
Il faut savoir que sur une opération d'exportation, l'exportateur bénéficie de 50% du montant de l'exportation en devises qu'il dépose dans un compte devises en Algérie, le reste étant attribué à la Banque d'Algérie.
L'argent en devise de l'exportateur sera, dans la logique de cette note, mieux rémunéré qu'actuellement.
Du coup, les banques seront mises dans une véritable situation de concurrence. "Elles seront en course pour attirer l'argent en devises des exportateurs. À qui drainera le plus d'exportateurs ? Ce qui ne pouvait se faire auparavant", explique Farid Bourennani.
Un petit bémol cependant, cette note apporte une solution parcellaire au manque de devises. Il faudra la compléter par d'autres textes qui libèrent la politique de change du pays. Par exemple, inciter les Algériens résidant à l'étranger à déposer leurs devises en Algérie, en leur proposant une rémunération supérieure à celle pratiquée en France ou en Europe, suggère Farid Bourennani.
K. Remouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.