L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sous-traitance automobile : la colère des équipementiers locaux
APRÈS LES JOURNEES TECHNIQUES ORGANISEES À ALGER
Publié dans Liberté le 14 - 03 - 2018

Le fameux répertoire incluant seulement 121 sous-traitants et distribué aux 500 participants a fait beaucoup de mécontents. Décryptage d'une rencontre pas comme les autres.
Les Journées techniques sur la sous-traitance véhicule (JTSV), tenues les 5 et 6 mars à Alger, ont montré les limites de l'industrie automobile naissante en Algérie, caractérisée par un manque de proximité entre constructeurs et les sous-traitants, dont le rapprochement et l'échange incontournable pour augmenter le taux d'intégration et contribuer efficacement au développement de cette activité. "Qu'ils nous le disent directement que nous ne sommes pas capables de développer des équipements ! Nous avons tout compris durant ces deux journées, sauf l'exclusion des équipementiers locaux qui fabriquent des pièces, des sièges, des batteries, des autoradios, des équipements technologiques et autres matières en plastique et verre", a affirmé un opérateur, contacté par nos soins. Notre interlocuteur, visiblement en colère et désemparé, estimé que "ces journées devaient être salvatrices pour tout le monde. Aujourd'hui, nos partenaires étrangers, avec lesquels nous avons signé des engagements, s'interrogent sur l'intérêt de venir s'installer en Algérie alors que nous les avons convaincus de venir en leur garantissant le cadre et l'environnement pour s'y installer, produire et exporter".
D'autres professionnels déplorent "le manque de communication avec les constructeurs". C'est le cas de cet opérateur privé spécialisé dans la production de panneaux en composite utilisés dans l'industrie automobile, aéronautique et navale. "Ce n'est pas normal que des sociétés de montage continuent d'importer le même type de produits qu'il fabrique depuis plusieurs années à des prix compétitifs et en quantité suffisante." De son côté, la présidente de l'Union professionnelle de l'industrie automobile et mécanique (Upiam), Latifa Turki Liot, a relevé "le manque d'informations qui constitue souvent une entrave au développement du tissu industriel, dont la filière de la sous-traitance automobile. Le plus important est de comprendre le positionnement de l'Algérie à l'échelle régionale, alors qu'il ne faut pas perdre de vue l'émergence, aujourd'hui, de deux plateformes opérationnelles de délocalisation pour les opérateurs étrangers, qui sont le Maroc et la Tunisie".
Pour cette responsable, il est plus que jamais impératif pour que le gouvernement réfléchisse à une stratégie pluriannuelle qui tienne compte de la position de l'Algérie à l'échelle régionale, continentale et internationale.
Du coup, il est nécessaire à la fois de mobiliser les équipementiers de premier rang et de travailler sur le moyen et long termes pour mettre en place un système de contrat de filière automobile, à l'instar de ce qui se fait à travers le monde. "Ce type de contrat devrait regrouper le gouvernement, les donneurs d'ordre et les sous-traitants pour décider ensemble des actions à entreprendre et les moyens pour y parvenir, et ce, sans omettre de mettre en place des indicateurs industriels", a encore révélé Mme Liot.
Un autre opérateur estime que "le gouvernement devra protéger les équipementiers locaux qui se sont engagés avec leurs partenaires, d'autant qu'ils ont investi des sommes colossales et ont créé des emplois. Il n'est pas normal que le répertoire distribué aux 500 participants n'inclue que 121 sous-traitants ! La SNVI, à elle seule, compte 288 sous-traitants". "Pourquoi cette exclusion alors que nous avons répondu présent à tous les évènements et nous avons répondu aux exigences du gouvernement ?", s'interroge notre interlocuteur. En attendant la promulgation du cahier des charges régissant la fabrication de la pièce de rechange et des équipements automobiles, les sous-traitants locaux retiennent leur souffle...
F. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.