Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    Le renard des prétoires    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    Ce lait infantile qui manque tant...    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Une expo de peintres algériens de renommée    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Basket/Championnat d'Afrique masculin U18: l'Algérie bat le Bénin (90-54) et termine 7ème    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plaidoyer pour la filialisation des contrats
Premières assises nationales de l'industrie automobile
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2017

La présidente de l'Upiam, Latifa Turki-Liot, a révélé que 70% de l'activité industrielle automobile est externalisée par les donneurs d'ordres, les sous-traitants et les équipementiers.
Les professionnels du secteur de l'automobile et de la mécanique ont plaidé, hier, lors des premières assises nationales de l'industrie automobile, pour un contrat de filières basé sur une feuille de route sectorielle partagée, des indicateurs de suivi industriels et mesurables et des engagements des partenaires et des opérateurs qui s'investissent dans ce secteur.
Organisées par l'Union des professionnels de l'industrie et de la mécanique (Upiam), ces assises, qui se sont déroulées au siège de la SNVI, se veulent une initiative visant à bousculer les codes et donner un nouveau cap à ce secteur névralgique.
Dans son intervention, la présidente de l'Upiam, Latifa Turki-Liot, a révélé que 70% de l'activité industrielle automobile est externalisée par les donneurs d'ordres, les sous-traitants et les équipementiers. "Il est temps de bouger les lignes. Ces assises visent à instaurer un débat franc, sans polémique et constructif. C'est une filière prioritaire à laquelle nous devons associer tous les intervenants pour diversifier notre économie", a indiqué Mme Turki-Liot, affirmant que "l'urgence est d'établir une cartographie nationale des sous-traitants qui existent déjà". Révélant que quelque 4 900 opérateurs constituent le panorama de la sous-traitance en Algérie, l'oratrice a estimé que l'industrie automobile est essentiellement constituée de 50% dans la fabrication de l'acier et du métal et de 50% dans les filières en mécanique générale, le plastique et l'aciérie.
"Les structures qui existent en Algérie sont de petite et moyenne tailles qui ne peuvent pas répondre au besoin des constructeurs. Il faudra les développer et parer aux insuffisances. Aujourd'hui, les coûts des intrants importés sont inestimables alors qu'on peut les fabriquer en Algérie", a encore développé Mme Turki-Liot.
Celle-ci plaidera également pour une hiérarchie chez les donneurs d'ordres qui drainent des sous-traitants et des fabricants à tous les niveaux pour tisser une toile autour de cette industrie naissante. "Ce n'est pas en deux ans qu'on peut construire une industrie automobile. Nous n'avons pas d'équipementiers en Algérie. Il ne faut pas lier uniquement les avantages fiscaux et parafiscaux octroyés pour l'amélioration du taux d'intégration. D'où la nécessité d'aller très vite vers un contrat de filières avec une meilleure visibilité sur le plan juridique, mais aussi d'organiser ces assises chaque six mois", enchaînera encore la présidente de l'Upiam.
De son côté, le représentant du ministère de l'Industrie et des Mines, Abdelkader Rahla, a révélé que "selon une récente étude réalisée sur la diversification de l'économie nationale, l'industrie automobile a été présélectionnée comme filière prioritaire. C'est une filière d'entraînement autour de laquelle gravitent plusieurs activités, notamment les services, le commerce, la sous-traitance".
Dans son intervention, M. Rahla a indiqué que son département a défini cinq axes stratégiques, dont le développement de la sous-traitance, l'assemblage et l'intégration progressive, la régulation du marché, le soutien à cette filière et l'encouragement à l'exportation. "Ceux qui ne respectent pas la stratégie du gouvernement vont cesser d'activer dans cette industrie. Pour les constructeurs qui exercent déjà, nous leur accordons un délai pour s'y conformer", dira M. Rahla. Celui-ci a également révélé que 12 projets sont en attente de validation au ministère et s'inscrivent en droite ligne du programme du gouvernement qui fixe à l'horizon 2022 un volume de production global de près de 400 000 unités, dont 25% de véhicules utilitaires.
FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.