Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Blida en bref    24 heures    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    Isolation thermique des bâtiments: La solution «Airium» de LafargeHolcim validée    L'opposition piégée ?    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    MC Oran - Réunion demain avec Hyproc: Est-ce la fin du suspense ?    JS Kabylie 21: L'équilibre enfin retrouvé    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Un taux de plus de 56% selon l'Intersyndicale: Suivi mitigé de la grève dans l'Education    Un phénomène inquiétant selon le conseil de l'ordre: L'exode des médecins algériens vers l'étranger s'accélère    Notre photographe Benhalima porté disparu en mer    Le rêve et la chaloupe    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    L'économie administrée est en échec    Coupe d'Algérie (8es de finale) : ESS-USMA et NAHD-MCA éclipsent tout    Le TP Mazembe se souviendra du pont suspendu de Constantine    Qualification méritée pour les «Sang et Or»    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    Ouverture des travaux des Assises nationales du tourisme à Alger : Tout pour valoriser l'image de l'Algérie    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    Y a-t-il un lien avec l'affaire el-Bouchi ?    Un instituteur devant la justice à Sétif    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    «L'Algérie signifie clairement qu'elle se construit dans la démocratie»    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Un assortiment de poèmes déclamés en ouverture de la manifestation    ACCORD MAROC-UE: Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    La démarche prudente de Ali Benflis    L'épopée d'un roi bâtisseur    Plusieurs réserves levées    Création prochaine d'un orchestre amazigh    Fatima Rachedi lauréate du concours national    "Nous avons d'autres hémorragies, comme la fuite des cerveaux"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG du CHU Mustapha minimise l'impact
Boycott des gardes par les médecins résidents
Publié dans Liberté le 20 - 05 - 2018

Un petit tour dans certains services suffit pour battre en brèche l'argumentaire du DG. L'impact de la grève a influé sur plusieurs services.
L'hôpital Mustapha-Pacha ne semble pas être trop perturbé par le mouvement de grève des médecins résidents. À entendre le directeur général du CHU, le débrayage des futurs spécialistes, qui dure depuis sept mois, et la suspension des gardes n'ont aucunement influé sur "les performances" de l'établissement. Ces "performances" sont vérifiables, selon lui, au niveau des urgences médicales et médicochirurgicales. Pour lui, ce ne sont pas tous les médecins résidents qui sont en grève ou qui ont arrêté d'assurer les gardes. "Il n'y a que 45% des résidents de l'hôpital qui ont répondu au mot d'ordre du Camra. Les gardes n'ont pas été totalement abandonnées. Nombreux sont ceux qui continuent de les assurer", indiquera Bennana Abdeslam, directeur général de l'hôpital Mustapha-Pacha.
La direction générale a pris, dit-il, au lendemain du début de la grève, les mesures "idoines" pour pallier l'absence des résidents au niveau des UMC. C'est dire que la direction s'est uniquement inquiétée de la vitrine de l'hôpital : "Les urgences médicales et médicochirurgicales". "L'urgence ne pardonne pas, on a ainsi mis le paquet au niveau des UMC. Alors, on a pensé à renforcer nos effectifs par 35 médecins. On a, d'ailleurs,
recruté 17 généralistes", précisera-t-il. Des médecins généralistes sont "mobilisés" pour assurer les urgences. "Plus de 20 000 consultations ont été assurées durant le mois de mars au niveau des urgences médicales et plus de 9 000 autres consultations au niveau des urgences chirurgicales", soutiendra-t-il, avant de rappeler que "le service des UMC regroupe plusieurs spécialités médicales et chirurgicales, telles que l'orthopédie-traumatologie, la neurochirurgie, la chirurgie générale et la chirurgie thoracique". Cependant, M. Bennana ne s'inquiète pas, semble-t-il, outre mesure, des activités des autres services. Des activités de froid, selon le jargon médical, sont reléguées au second plan. La situation dans laquelle s'empêtrent les patients dans les urgences est totalement différente par rapport au nombre de consultations recencées par la direction des activités médicales. En effet, les 1 223 résidents en grève, qui représentent 62% des effectifs, sont remplacés par 236 médecins (généralistes et spécialistes). Autrement dit, l'essentiel des prestations est assuré par les résidents. Ce constat n'est pas spécifique à l'hôpital Mustapha, puisque le système national de santé est basé sur les résidents dans les CHU. Un petit tour dans certains services suffit pour battre en brèche l'argumentaire du DG. L'impact de la grève a beaucoup influé sur plusieurs services. Les spécialistes affectés aux urgences ont laissé un vide dans les autres services de soins. "La prestation médicale et chirurgicale est réduite de plus de la moitié", reconnaissent-ils. L'on ne donne d'ailleurs pas de rendez-vous pour les consultations ni pour les opérations. "Les assistants sont dépassés par le flux incessant de malades", fulminera un résident, qui conclut que la direction générale a préféré s'investir dans la "médecine populiste".
Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.