Election d'un nouveau président mercredi prochain    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    FFS    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Une crise majeure se profile entre Riyad et ses alliés    Ghaza est au bord du précipice, selon un responsable de l'ONU    Zetchi optimiste    Six mois de suspension pour le président    Saaâdoune succédera à El Morro    L'OPGI peine à se faire payer    Une bombe à retardement à Draâ Errich    10 cas décelés en 2 jours à Sidi-Bel-Abbès    Comme un rendez-vous amoureux !    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Rentrée scolaire à Hassi Bahbah (Djelfa) : La surcharge des classes suscite l'inquiétude des parents d'élèves    Nouvelles d'Oran    ONU: Adoption d'une résolution pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    Pour qui paye Bouhadja ?    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Premiere sortie du nouveau wali sur le terrain    Des collectivités locales providences aux collectivités locales entreprises/manager    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    253 affaires traitées en septembre dernier    Défaite de Charles Quint à Alger    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    Salon international du tourisme et des voyages : La montagne attire les Algériens    Prix de l'or noir Le pétrole chute avec le bond des stocks américains    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    Kaouane appelle les journalistes à maîtriser les nouvelles technologies    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    Le MCA veut terminer sur la lancée    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    L'entraîneur Amrani accepte de rester    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG du CHU Mustapha minimise l'impact
Boycott des gardes par les médecins résidents
Publié dans Liberté le 20 - 05 - 2018

Un petit tour dans certains services suffit pour battre en brèche l'argumentaire du DG. L'impact de la grève a influé sur plusieurs services.
L'hôpital Mustapha-Pacha ne semble pas être trop perturbé par le mouvement de grève des médecins résidents. À entendre le directeur général du CHU, le débrayage des futurs spécialistes, qui dure depuis sept mois, et la suspension des gardes n'ont aucunement influé sur "les performances" de l'établissement. Ces "performances" sont vérifiables, selon lui, au niveau des urgences médicales et médicochirurgicales. Pour lui, ce ne sont pas tous les médecins résidents qui sont en grève ou qui ont arrêté d'assurer les gardes. "Il n'y a que 45% des résidents de l'hôpital qui ont répondu au mot d'ordre du Camra. Les gardes n'ont pas été totalement abandonnées. Nombreux sont ceux qui continuent de les assurer", indiquera Bennana Abdeslam, directeur général de l'hôpital Mustapha-Pacha.
La direction générale a pris, dit-il, au lendemain du début de la grève, les mesures "idoines" pour pallier l'absence des résidents au niveau des UMC. C'est dire que la direction s'est uniquement inquiétée de la vitrine de l'hôpital : "Les urgences médicales et médicochirurgicales". "L'urgence ne pardonne pas, on a ainsi mis le paquet au niveau des UMC. Alors, on a pensé à renforcer nos effectifs par 35 médecins. On a, d'ailleurs,
recruté 17 généralistes", précisera-t-il. Des médecins généralistes sont "mobilisés" pour assurer les urgences. "Plus de 20 000 consultations ont été assurées durant le mois de mars au niveau des urgences médicales et plus de 9 000 autres consultations au niveau des urgences chirurgicales", soutiendra-t-il, avant de rappeler que "le service des UMC regroupe plusieurs spécialités médicales et chirurgicales, telles que l'orthopédie-traumatologie, la neurochirurgie, la chirurgie générale et la chirurgie thoracique". Cependant, M. Bennana ne s'inquiète pas, semble-t-il, outre mesure, des activités des autres services. Des activités de froid, selon le jargon médical, sont reléguées au second plan. La situation dans laquelle s'empêtrent les patients dans les urgences est totalement différente par rapport au nombre de consultations recencées par la direction des activités médicales. En effet, les 1 223 résidents en grève, qui représentent 62% des effectifs, sont remplacés par 236 médecins (généralistes et spécialistes). Autrement dit, l'essentiel des prestations est assuré par les résidents. Ce constat n'est pas spécifique à l'hôpital Mustapha, puisque le système national de santé est basé sur les résidents dans les CHU. Un petit tour dans certains services suffit pour battre en brèche l'argumentaire du DG. L'impact de la grève a beaucoup influé sur plusieurs services. Les spécialistes affectés aux urgences ont laissé un vide dans les autres services de soins. "La prestation médicale et chirurgicale est réduite de plus de la moitié", reconnaissent-ils. L'on ne donne d'ailleurs pas de rendez-vous pour les consultations ni pour les opérations. "Les assistants sont dépassés par le flux incessant de malades", fulminera un résident, qui conclut que la direction générale a préféré s'investir dans la "médecine populiste".
Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.