LES CAFES POPULAIRES ALGERIENS : DES MOULINS A PAROLES    Farid le Boucher et les bijoux    Louh plaide pour la révision de la Constitution    Le journaliste Ahmed Ibari est décédé    Industrie textile : La société algéro-turque Tayal réalise sa première exportation    9ème réunion du JMMC : Guitouni y prendra part jeudi à Vienne    PLFC 2018 : Présentation et débat du projet de loi en plénière à l'APN L'Assemblée populaire nationale (APN) qui a repris ses travaux en plénière ...    Djellab doit mettre la main à la pâte    Ces pays de l'UE boudés par les Algériens    L'eau des puits sera payante    USA-Iran: la "machine à remonter le temps" de Donald Trump    Un face-à-face continu    Aphrodisiaque, le sport-roi!    Le "bourreau" arrêté à Oran    Selon Trump : "La Crimée est russe"...    Mondial terminé pour Kvist    Projection de Comme des garçons    Tremblement de terre de bonheur au Mexique    Ramadhan : Kaouane dénonce la violence des programmes TV    Le stress monte d'un cran    Un candidat au bac poignardé par son ami    Des Algériens et des Marocains arrêtés    Projection de Le jeune Karl Marx    Concert avec Orange Blossom    Signature du livre "Quatre nuances de France, quatre passions d'Algérie"    Vers un choc terrible dès les 8es de finale !    Ould Abbès acculé    Messahel en Norvège, les 19 et 20 juin    Arrivée à Parisd'une - marchesolidaire avec les migrants    Nouvel attentatsuicide de BokoHaram à la frontière nigériane    Les filles font mieux que les garçons    Le premier instigateur incarcéré    Explosion d'uneconduite principale d'eau    Houda-Imane Faraoun promet une amélioration avant fin 2018    Pas de politique, pas de grève et pas d'activités syndicales !    Egypte : Salah confirme qu'il est d'attaque pour la Russie    La Russie est prête à stopper Mohamed Salah    La journée des penalties    Soufiane Djilali : "Ce n'est pas une fissure dans le groupe des 14"    Google souligne la dimension mondiale de M'hamed Issiakhem    "La poésie porte les combats"    Mondial-2018 - Groupe G : Tunisie - Angleterre, aujourd'hui à 19h00 - Les Aigles de Carthage au défi des Trois Lions    Trois personnes décédées dans 12 accidents de la circulation en trois jours    BAC 2018 Mobilisation accrue pour le bon déroulement des épreuves    Marquer leur présence par l'acte culturel    La déportation des anarchistes français à la ferme de Tazrout à Ténès    Ahmed Ouyahia occupera la scène politique    Tiken Jah Fakoly en concert à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG du CHU Mustapha minimise l'impact
Boycott des gardes par les médecins résidents
Publié dans Liberté le 20 - 05 - 2018

Un petit tour dans certains services suffit pour battre en brèche l'argumentaire du DG. L'impact de la grève a influé sur plusieurs services.
L'hôpital Mustapha-Pacha ne semble pas être trop perturbé par le mouvement de grève des médecins résidents. À entendre le directeur général du CHU, le débrayage des futurs spécialistes, qui dure depuis sept mois, et la suspension des gardes n'ont aucunement influé sur "les performances" de l'établissement. Ces "performances" sont vérifiables, selon lui, au niveau des urgences médicales et médicochirurgicales. Pour lui, ce ne sont pas tous les médecins résidents qui sont en grève ou qui ont arrêté d'assurer les gardes. "Il n'y a que 45% des résidents de l'hôpital qui ont répondu au mot d'ordre du Camra. Les gardes n'ont pas été totalement abandonnées. Nombreux sont ceux qui continuent de les assurer", indiquera Bennana Abdeslam, directeur général de l'hôpital Mustapha-Pacha.
La direction générale a pris, dit-il, au lendemain du début de la grève, les mesures "idoines" pour pallier l'absence des résidents au niveau des UMC. C'est dire que la direction s'est uniquement inquiétée de la vitrine de l'hôpital : "Les urgences médicales et médicochirurgicales". "L'urgence ne pardonne pas, on a ainsi mis le paquet au niveau des UMC. Alors, on a pensé à renforcer nos effectifs par 35 médecins. On a, d'ailleurs,
recruté 17 généralistes", précisera-t-il. Des médecins généralistes sont "mobilisés" pour assurer les urgences. "Plus de 20 000 consultations ont été assurées durant le mois de mars au niveau des urgences médicales et plus de 9 000 autres consultations au niveau des urgences chirurgicales", soutiendra-t-il, avant de rappeler que "le service des UMC regroupe plusieurs spécialités médicales et chirurgicales, telles que l'orthopédie-traumatologie, la neurochirurgie, la chirurgie générale et la chirurgie thoracique". Cependant, M. Bennana ne s'inquiète pas, semble-t-il, outre mesure, des activités des autres services. Des activités de froid, selon le jargon médical, sont reléguées au second plan. La situation dans laquelle s'empêtrent les patients dans les urgences est totalement différente par rapport au nombre de consultations recencées par la direction des activités médicales. En effet, les 1 223 résidents en grève, qui représentent 62% des effectifs, sont remplacés par 236 médecins (généralistes et spécialistes). Autrement dit, l'essentiel des prestations est assuré par les résidents. Ce constat n'est pas spécifique à l'hôpital Mustapha, puisque le système national de santé est basé sur les résidents dans les CHU. Un petit tour dans certains services suffit pour battre en brèche l'argumentaire du DG. L'impact de la grève a beaucoup influé sur plusieurs services. Les spécialistes affectés aux urgences ont laissé un vide dans les autres services de soins. "La prestation médicale et chirurgicale est réduite de plus de la moitié", reconnaissent-ils. L'on ne donne d'ailleurs pas de rendez-vous pour les consultations ni pour les opérations. "Les assistants sont dépassés par le flux incessant de malades", fulminera un résident, qui conclut que la direction générale a préféré s'investir dans la "médecine populiste".
Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.