Lieux Saints: Aissa rencontre les chefs des sections de la Mission algérienne du hadj    Mali: report à jeudi de l'annonce des résultats de la présidentielle    Pas de résidence surveillée au du pasteur américain    Ghaza : réouverture d'un point de passage vital pour marchandises fermé depuis début juillet    Accidents de la route : 7 morts et 16 blessés ces dernières 24 heures    Ligue des champions d'Afrique (5e j) : l'ESS pour rester en vie, le MCA en conquérant au Maroc    AS Monaco : L'avis de Courbis sur la piste Brahimi    CRB : Chettouf «Le CSA a trouvé un accord avec Medouar»    JSK : Hamroune et Amaouche d'attaque face au MOB    Tout le programme LPA lancé    Usine de montage de Peugeot à Oran: Le projet délocalisé    Bouira - Université : plus de 3.450 nouveaux inscrits et 102 postes pour les doctorants    Italie: 30 morts dans l'effondrement d'un pont à Gênes    Constantine - Risque de propagation de la fièvre aphteuse: Les marchés à bestiaux fermés juste après l'Aïd El Adha    Egalité, dites-vous!    Transport durant L'Aïd: Un programme spécial pour les trains voyageurs de grandes lignes    Skikda : La sensibilisation sur les dangers de la mauvaise utilisation d'internet, cheval de bataille de la Sûreté nationale    Yémen : Le bilan de l'attaque contre un bus d'enfants s'alourdit    L'Algérienne Boukholda admise dans le tableau final    A quelques jours de l'Aïd El Adha : Qui oserait acheter avec cette flambée des prix ?    Rentrée professionnelle 2018 : 7 nouvelles spécialités pour une inscription en Technicien supérieur    Permanence durant l'Aïd El Adha : Réquisition de près de 51 000 commerçants    De Rousseau à Taos Amrouche    «Les artistes algériens ont besoin d'appui, de soutien et de parrainage»    Alger à l'heure du Gharnati et du Malouf    Le MCA veut se racheter au Maroc    "Je n'imaginais pas inscrire 7 buts en un seul match"    Lancement de la 78ème édition des Portes ouvertes sur la Sûreté Nationale    La bureaucratie au mois d'août et à Bouira    Les vigiles de la République    Des archives témoignent que le Sahara occidental n'est pas marocain    Le rapport de l'ONU qui fait peur    Les médications de Benkhelfa    Un défi à relever pour le tourisme    La crise de l'eau persiste    Les "vagues" de la rentrée    Une cache contenant un fusil mitrailleur et des munitions découverte à Bordj Badji Mokhtar    Début en mode derby pour Lopetegui    Le film "En Eaux troubles" en tête    Réouverture du musée d'Idleb    Lila Borsali ressuscite Grenade    Un jeune estivantpoignardé à mort    Damas révèle combien les pays arabes ont payé pour "détruire la Syrie"    Les Journées d'El Bahia du court métrage du 18 au 20 août    Changement de stratégie    Malaise dans les rangs    Le divorce au prix fort    La LADDH appelle à lever les contraintes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG du CHU Mustapha minimise l'impact
Boycott des gardes par les médecins résidents
Publié dans Liberté le 20 - 05 - 2018

Un petit tour dans certains services suffit pour battre en brèche l'argumentaire du DG. L'impact de la grève a influé sur plusieurs services.
L'hôpital Mustapha-Pacha ne semble pas être trop perturbé par le mouvement de grève des médecins résidents. À entendre le directeur général du CHU, le débrayage des futurs spécialistes, qui dure depuis sept mois, et la suspension des gardes n'ont aucunement influé sur "les performances" de l'établissement. Ces "performances" sont vérifiables, selon lui, au niveau des urgences médicales et médicochirurgicales. Pour lui, ce ne sont pas tous les médecins résidents qui sont en grève ou qui ont arrêté d'assurer les gardes. "Il n'y a que 45% des résidents de l'hôpital qui ont répondu au mot d'ordre du Camra. Les gardes n'ont pas été totalement abandonnées. Nombreux sont ceux qui continuent de les assurer", indiquera Bennana Abdeslam, directeur général de l'hôpital Mustapha-Pacha.
La direction générale a pris, dit-il, au lendemain du début de la grève, les mesures "idoines" pour pallier l'absence des résidents au niveau des UMC. C'est dire que la direction s'est uniquement inquiétée de la vitrine de l'hôpital : "Les urgences médicales et médicochirurgicales". "L'urgence ne pardonne pas, on a ainsi mis le paquet au niveau des UMC. Alors, on a pensé à renforcer nos effectifs par 35 médecins. On a, d'ailleurs,
recruté 17 généralistes", précisera-t-il. Des médecins généralistes sont "mobilisés" pour assurer les urgences. "Plus de 20 000 consultations ont été assurées durant le mois de mars au niveau des urgences médicales et plus de 9 000 autres consultations au niveau des urgences chirurgicales", soutiendra-t-il, avant de rappeler que "le service des UMC regroupe plusieurs spécialités médicales et chirurgicales, telles que l'orthopédie-traumatologie, la neurochirurgie, la chirurgie générale et la chirurgie thoracique". Cependant, M. Bennana ne s'inquiète pas, semble-t-il, outre mesure, des activités des autres services. Des activités de froid, selon le jargon médical, sont reléguées au second plan. La situation dans laquelle s'empêtrent les patients dans les urgences est totalement différente par rapport au nombre de consultations recencées par la direction des activités médicales. En effet, les 1 223 résidents en grève, qui représentent 62% des effectifs, sont remplacés par 236 médecins (généralistes et spécialistes). Autrement dit, l'essentiel des prestations est assuré par les résidents. Ce constat n'est pas spécifique à l'hôpital Mustapha, puisque le système national de santé est basé sur les résidents dans les CHU. Un petit tour dans certains services suffit pour battre en brèche l'argumentaire du DG. L'impact de la grève a beaucoup influé sur plusieurs services. Les spécialistes affectés aux urgences ont laissé un vide dans les autres services de soins. "La prestation médicale et chirurgicale est réduite de plus de la moitié", reconnaissent-ils. L'on ne donne d'ailleurs pas de rendez-vous pour les consultations ni pour les opérations. "Les assistants sont dépassés par le flux incessant de malades", fulminera un résident, qui conclut que la direction générale a préféré s'investir dans la "médecine populiste".
Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.