Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    28 décès dus à la Covid-19 en 48 heures    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Session de l'APW d'Oum El Bouaghi : Radioscopie du secteur éducatif    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tentative de perturbation avortée
Festival du raï de Sidi Bel-Abbès
Publié dans Liberté le 04 - 08 - 2018

Une poignée d'opposants à la manifestation s'est rassemblée à la place Wiam et a accompli une prière.
Au final, les appels au boycott et éventuellement à l'annulation du Festival national culturel de la chanson raï de Sidi Bel-Abbès lancés sur la Toile, notamment sur les réseaux sociaux, n'ont pas eu l'effet escompté par leurs initiateurs. Ainsi, la cérémonie inaugurale de cette manifestation culturelle a eu lieu comme prévu dans la soirée de jeudi dernier, en présence des autorités locales civiles et militaires de la wilaya, et le show s'est prolongé jusqu'à une heure tardive de la nuit au grand bonheur des familles et autres adeptes de ce genre musical moderne qui ont afflué vers la salle de la maison de la culture Kateb-Yacine.
En effet, pour parer à tout débordement ou dérapage, un dispositif sécuritaire impressionnant a été dressé pour l'occasion aux alentours du lieu du spectacle pour dissuader une poignée d'opposants à la tenue de ce festival. Ces derniers, face à la vigilance et à la détermination du cordon de sécurité déployé, se sont contentés d'observer un rassemblement sur la place Wiam, où ils ont accompli la prière du maghreb sous les regards médusés des habitants de la cité des 400-Logements.
Ne pouvant provoquer le désordre et l'intervention des éléments du service d'ordre, les manifestants, dont certains ont répondu par des jets de pierre, se sont vite dispersés aux cris d'Allah Akbar. Selon la cellule de communication de la sûreté de wilaya, 6 personnes présumées, auteurs de jets de pierre, ont été interpellées, puis relâchées dans la même soirée après avoir été soumises à un examen de situation.
Concernant les vraies motivations et revendications de leur action pour lesquelles ils ont investi la place publique dans le but d'annuler le festival, les quelques manifestants approchés par nos soins ont unanimement estimé qu'elles visent essentiellement à l'amélioration des conditions socioprofessionnelles des citoyens. "Trouvez-vous normal que les pouvoirs publics gaspillent des sommes colossales pour des concerts de musique et de chants, alors que la plupart des jeunes sont sans travail et que de nombreuses familles demeurent encore sans logement et que d'autres souffrent de pénurie d'eau potable. Nous voulons que les responsables se penchent un peu sur notre état de souffrance au quotidien en allouant ces budgets au développement des communes." Et de préciser que "notre action ne s'appuie sur aucune manipulation d'ordre idéologique ou autre".
Sur le plan artistique, la soirée inaugurale a été animée par le groupe Raïna Raï de Sidi Bel-Abbès, qui a ouvert le bal et qui a égayé l'atmosphère de la salle Kateb-Yacine.
Ensuite, il a été talonné par Cheb Akil Sghir, Hadarbach Brahim, Cheikh Naâm, Mimoun El-Abbassi, Hakim Salhi, Cheikh Hattab, qui ont tous entonné leurs plus belles chansons. Arrive ensuite le tour de la star de la soirée, Chaba Kheïra, qui a allumé le feu dans la salle. Sur les airs de ses tubes raï, l'assistance et surtout les jeunes se sont longuement défoulés et ont laissé leur corps onduler et leur âme voyager avec les chansons rythmées et délassantes de la chanteuse. Lors de la deuxième soirée de cette 10e édition du Festival culturel national de la chanson raï, la qualité de l'ambiance est montée d'un cran. Plus nombreux, le public a eu droit à une prestation variée de chants et de musique fournie par les neuf chanteurs, dont deux jeunes talents de Sidi Bel-Abbès qui ont marqué leur passage sur scène.
Il s'agit, notamment, de Cheb Allam, Kadiro Khaldi et Cheb Ryad, qui ont enchanté les mélomanes présents. Quant à la deuxième partie de la soirée, elle a été assurée par Cheb Belkheir, Amine TGV, Tewfik Nedromi, Djamel Milano, Cheb Ryad, et Cheba Fati qui a tenu le haut de l'affiche.
Ainsi, dès son apparition sur scène, l'ambiance a gagné en intensité, et avec son propre style, elle a réussi à captiver l'auditoire qui a repris en chœur ses chansons, surtout celles du style "meddahate". Il n'en fallait pas plus pour faire danser joyeusement et enfiévrer toute la salle, notamment les femmes.
A. BOUSMAHA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.