Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fodil Lounnas, entre tradition et modernité
Son recueil de poésie "Tiqit n'tafat" sera présenté au 23e SILA
Publié dans Liberté le 27 - 10 - 2018

Fodil Lounnas est un auteur en herbe né le 15 août 1990 à Sanana (commune de Draâ El-Mizan). En dépit de son handicap de non-voyant, le jeune Fodil, alias Amar Ouali, inspiré du nom de son arch ancestral Ath Amar Ouali, s'accrochera à la vie et ne cédera pas face à la fatalité.
Prochainement, son recueil de poésie en tamazight, Tiqit n'tafat (une goutte de lumière), édité au compte du Haut-Commissariat pour l'amazighité, sera présent au 23e Salon international du livre d'Alger (Sila). "C'est un recueil de poèmes en vers", dira-t-il. "Je citerai par exemple Ahulfu n udarghal (les complaintes de l'aveugle), Yir Dunit (le mauvais sort), Taqsit iw (mon histoire) et deux hommages à deux grands chanteurs amazighs, en l'occurrence les regrettés Slimane Azem et Lounès Matoub. Je serai présent au Sila pour une vente-dédicace de mes deux premiers ouvrages. Quant au troisième ouvrage, il sera offert gratuitement aux lecteurs", nous a confié le jeune poète qui, en dépit des difficultés qu'il rencontre au quotidien, table aussi sur d'autres projets d'écriture, car, a-t-il estimé, c'est la meilleure thérapie pour se soigner. Par ailleurs, l'auteur compte à son actif plusieurs ouvrages en tamazight, Tajegigt n'tezgui (la rose du maquis), et tout récemment Tudert d assirem (la vie, c'est l'espoir), un recueil de quatre nouvelles, édité par la maison d'édition El-Amel de Tizi Ouzou. "Si j'écris en tamazight, expliquera-t-il, c'est parce que je réfléchis dans cette langue et c'est parce que j'ai vécu aussi dans une famille de militants de la cause berbère." Tajmaât (la djemaâ), organisation ancestrale kabyle, Tamheqranit akked ndama (le mépris et le regret), ou encore Heddadi Muhend Amuqqran (l'écrivain Haddadi Mohand Amokrane, originaire de Laâziv n'Cheikh, à Draâ El-Mizan) sont des nouvelles de son recueil dans lesquelles il revient sur l'organisation ancestrale de la société kabyle. "Je suis séduit par nos valeurs ancestrales bien que j'adopte aussi les nouvelles technologies", écrit-il au sujet de Tajmaât. Il a rendu aussi un vibrant hommage à Mohand Amokrane Haddadi, l'auteur de nombreux ouvrages tels que L'accent grave, La Tour du feu, et bien d'autres écrits dignes d'intérêt. "Mohand Amokrane Haddadi était humble, engagé dans le combat amazigh et l'alphabétisation de la population. C'était un grand humaniste, un nationaliste d'exception et un démocrate de tous les combats. Il ne ratait aucune occasion pour s'exprimer et prendre position par exemple par rapport à l'assassinat de Mouloud Feraoun et de ses compagnons le 15 mars 1962, à l'assassinat de Lounès Matoub le 25 juin 1998, et aux événements du printemps noir", a-t-il expliqué. Après avoir intégré l'école des non-voyants de Boukhalfa, Fodil Lounnas décroche son baccalauréat en 2013. Il poursuit alors des études à l'institut du journalisme de Ben Aknoun où il obtint une licence en journalisme spécialité "audiovisuel" complétée par un master en 2018.
O. Ghilès


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.