Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fodil Lounès, un auteur clairvoyant
Littérature en tamazight
Publié dans El Watan le 04 - 02 - 2018

Il y a des humains qui filent des complexes aux autres, donnant une belle leçon de vie à méditer.
Fodil Lounès est de cette envergure. Non-voyant, il s'est déplacé à la rédaction d'El Watan pour nous remettre un exemplaire de son ouvrage. Il est auteur.
Fodil Lounès, 2e année en master de journalisme (spécialité audiovisuel), vient de publier un livre intitulé Amalou'n'tirth (la Forêt d'Amalou). Un conte en tamazight, qui sera traduit en arabe et en français.
C'est l'histoire de Da Meziane. Une histoire d'eau, de vie, d'exode forcé. Une histoire ancestrale, du temps où il y avait de l'abondance. Le troc du blé contre du sucre. Et puis, une plaie, la sécheresse.
110 pages d'un conte puisant sa trame dans la morphologie de Vladimir Propp. Cette structure issue du merveilleux, avec ses situations, ses opposants et autres adjuvants. Ce déracinement engendrera de la vie dans une autre dechra (hameau). Une fleur dans un nouveau terreau. Une nouvelle vie, de nouveaux espoirs.
Fodil Lounès, alias Amar Ouali, 28 ans, originaire de Sanana (Draâ El Mizan, wilaya de Tizi Ouzou), à l'issue d'un accident de la route, alors qu'il avait 5 ans, perdra la vue, et son grand-père, la vie. «Je dormais quand cela est arrivé.
Dans la localité de Adjiba. En me réveillant à l'hôpital, écran noir. Je ne voyais plus. On a accusé un retard pour une éventuelle opération».
Azirem (espoir)
C'était une hémorragie qui en est la cause. Les veines n'étaient pas irriguées. C'est une négligence médicale. Ce n'est qu'à 9 ans que j'ai fréquenté l'Ecole des non-voyants, à Boukhalfa, (Tizi Ouzou).
La première année primaire, le BEM… Apprendre le braille, au début, c'était difficile. Puis, c'est parti tout seul. J'ai persévéré. J'ai beaucoup appris en écoutant les émissions radiophoniques portant sur la culture, la littérature, l'histoire…
J'ai écouté des livres audio. Le Fils du pauvre, de Mouloud Feraoun, la Colline oubliée, de Mouloud Mammeri, du Tahar Djaout…Le braille en tamazight est un problème.
Pour moi, il faudrait écrire tamazight en latin mais pas en tifinagh. C'est un message pour le peuple algérien. C'est comme cela que l'on va avancer… », commentera Fodil Lounès.
Des projets, il en a plein la tête. La fin mars, il publiera un recueil de nouvelles, Azirem (espoir), un mois après, un recueil de poésie Une goutte. De la prose philosophique. Et puis, un poème sur le grand chanteur Matoub Lounès.
«Ce livre est un espoir, mais je ne connais pas les couleurs…», conclura-t-il. Fodil Lounès est clair, clairvoyant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.