Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Mme Assoul doit clarifier sa position"
soutien de la présidente de l'UCP à Ali Ghediri
Publié dans Liberté le 04 - 02 - 2019

Le soutien apporté par Mme Zoubida Assoul, porte-parole du mouvement Mouwatana et présidente de l'UCP, au candidat Ali Ghediri n'est pas passé inaperçu auprès des autres animateurs de ce mouvement. Soufiane Djilali, coordinateur national de Mouwatana, a estimé, hier, qu'une réunion des animateurs du mouvement se tiendra dans les prochains jours pour décider de la suite à donner à cette nouvelle donne. "Mouwatana va se réunir et elle va tirer au clair cette situation", a-t-il dit, estimant que ce mouvement "n'a pas vocation et ne peut, en aucun cas, entrer dans une bataille électorale, au risque d'y laisser sa crédibilité". Pour Soufiane Djilali, Mouwatana "n'est pas une formation politique", mais "un espace de débat libre et de militantisme en faveur de la citoyenneté". Il a expliqué que les animateurs du mouvement "sont libres dans leurs agissements et positionnements", mais refuse, néanmoins, de cautionner une quelconque versatilité qui pourrait attenter à la cohésion de Mouwatana. "Nous n'allons pas laisser ce double discours", a-t-il dit. Une manière au coordinateur de Mouwatana d'inviter avec tact Mme Assoul à clarifier sa position et, le cas échéant, quitter le mouvement. Concernant la "relation" qu'entretient Mouwatana avec le candidat Ali Ghediri, Soufiane Djilali a considéré que sa présence à l'une des rencontres de Mouwatana a été très mal interprétée par la presse. Il a raconté que dans le cadre des pourparlers qu'a engagés le mouvement avec les partis et les personnalités, susceptibles de partager la vision de Mouwatana, Ali Ghediri, Karim Tabbou, Mustapha Bouchachi et d'autres personnalités ont été conviés à un débat. "Notre objectif en réunissant les personnalités et les partis de l'opposition était de prendre une position commune contre l'idée d'une conférence nationale du consensus proposée par Amar Ghoul, et qui ne visait, en réalité, qu'une énième violation de la Constitution pour permettre la prorogation du mandat présidentiel", a-t-il détaillé, précisant qu'"il n'a jamais été question au sein de Mouwatana de soutenir un quelconque candidat ou de s'y opposer". "Nous avons une ligne directrice qui guide nos démarches", a-t-il encore souligné, ajoutant, dans le même contexte, que Mouwatana "ne peut être un comité de soutien", mais peut, à la limite, a-t-il indiqué, "négocier sur la base d'un programme et d'un projet". Interrogé sur la candidature du général-major, Ali Ghediri, Soufiane Djilali ne veut surtout pas trancher dans le vif. Même s'il accorde le bénéfice du doute au candidat dont il dit qu'il a "des qualités", le chef de Jil Jadid ne perd pas de vue le contexte politique dans lequel se tient la présidentielle. "Si M. Bouteflika se porte officiellement candidat, ils iront jusqu'au bout pour imposer le 5e mandat avec un risque d'affrontement", a-t-il dit, considérant que Mouwatana ou Jil Jadid ne feront rien "pour gêner un quelconque candidat" qui pourrait battre le chef de l'Etat sortant. "Nous sommes là pour aider ce régime à partir", a-t-il souligné, estimant que s'il décide de sortir dans la rue, "c'est pour éveiller le peuple et lui donner la conscience et le courage pour obliger ce pouvoir à partir" et non pas "pour embarrasser quiconque qui a le même objectif". Concernant un probable soutien à Ali Ghediri, dont la candidature suscite un intérêt, Soufiane Djilali est catégorique et refuse de se laisser emporter par la vague de soutiens au général-major, mais confie, néanmoins, que l'option du boycott choisie n'est en soi qu'un outil qu'il faut utiliser pour garantir une élection libre. "Le boycott n'est pas un principe, mais un moyen pour défendre le droit des Algériens au respect de leur choix", a-t-il dit, ajoutant, dans le même sillage, que si Ali Ghediri, qui bénéficie, selon l'invité de Liberté, "de soutiens", venait à triompher, "nous irions négocier avec lui en fonction de nos principes et de notre projet". Soufiane Djilali a estimé que si M. Ghediri répond favorablement à notre quête de bâtir un Etat de droit, au respect des libertés, de l'indépendance de la justice, de la mise sur pied d'une nouvelle Constitution qui garantisse la pleine citoyenneté…, "je serai apte à travailler pour lui".
M. Mouloudj

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.