Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Accord de normalisation Emirat-Israël: plusieurs pays expriment leur rejet et indignation    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après sa déclaration sur l'Algérie : Des Algériens s'insurgent et demandent audience à Emmanuel Macron
Publié dans El Watan le 13 - 03 - 2019

Un collectif d'élus franco-algériens et des membres de la société civile algérienne vivant en France se sont associés pour publier une lettre ouverte au président français Emmanuel Macron pour dénoncer les propos prononcés hier depuis Djibouti sur l'annulation de l'élection présidentielle.
Les signataires écrivent : « Monsieur le Président de la République, l'Algérie connait depuis plusieurs semaines, une vague historique de contestation du régime en place. Des millions d'Algériennes et d'Algériens sont sortis dans la rue et défilent pacifiquement depuis le 22 février, dans chaque ville et village, pour exprimer leur volonté de prendre en main leur destin et construire les bases d'une Algérie nouvelle.
Nous, élus de la République et représentants de la société civile, souhaitons fortement attirer votre attention sur la situation actuelle, porteuse de tant d'espoirs et susceptible d'engendrer de grandes désillusions. Le message du peuple algérien est très clair : il ne veut plus que son avenir lui soit confisqué. La merveilleuse et diverse jeunesse algérienne qui s'est déployée depuis plusieurs semaines dans les rues d'Alger, Oran, Annaba, Bejaïa ou Batna et le peuple algérien dans son ensemble, ne laisseront personne leur voler une première victoire conquise pacifiquement mais avec une détermination exemplaire.
La mobilisation des Algériennes et des Algériens, corporation par corporation, étudiants, lycéens, magistrats, avocats, médecins, travailleurs, y compris du secteur pétrolier, démontre, s'il en était besoin, une maturité politique incroyable. Les Algériens ont pris acte du recul de M. Bouteflika mais ne se laisseront pas bernés pas une énième ruse du pouvoir.
La « décision » du Président Bouteflika d'interrompre le processus électoral et de prolonger son mandat est, au plan de la légalité, une violation flagrante de la constitution algérienne. Le choix de la France de saluer cette « décision » – sans faire cas de l'environnement juridique algérien – est désormais considérépar la majorité des Algériens comme un soutien de la France au coup de force du pouvoir en place, contre la constitution algérienne et, par conséquent, contre le peuple algérien. Nous, élus de la République et représentants de la société civile, attachés à l'amitié entre nos deux pays et nos deux peuples, liés au peuple algérien, par des liens familiaux étroits et indéfectibles, regrettons ce quitus, donné si précocement au président algérien, qui fait fi du rejet absolu de ce pouvoir par le peuple algérien.
Nous, élus de la République et représentants de la société civile, affirmons sans équivoque aucune, être aux côtés des Algériennes et des Algériens dans leur lutte pacifique pour l'avènement d'un Etat de droit.
Monsieur le président de la République, nous avons l'honneur de solliciter de votre bienveillance, de bien vouloir nous accorder une audience, afin de vous faire part de nos inquiétudes légitimes quant au devenir des relations entre nos deux peuples et nos deux pays et de trouver avec vous les conditions d'un retour à la confiance entre le peuple algérien et la France. La date du 19 mars pour ce rendez-vous, serait symboliquement forte. Vous en remerciant, nous vous prions de croire, Monsieur le président de la République, en notre très respectueuse considération.
Premiers signataires :
Selima SAADI, conseillère départementale de Moselle, Akli MELLOULI, adjoint au maire de Bonneuil-sur-Marne et conseiller territorial, Abdallah ZEKRI, président de l'association des Mozabites en Europe, Samira BRAHMIA, auteure-compositrice-interprète, Hakim ALLIK, président espace franco-algérien,Nora CHEDDAD, responsable espace franco-berbère de Créteil et présidente du Conseil national des Amazighs de France,Hamid KERMANI, adjoint au maire d'Orly, Nora BOURAZI, pharmacienne, Angelo BELKACEM, espace franco-algérien Bourgogne-Champagne, Hanifa GUERMITI, conseillère territoriale, Karim DJERMANI, architecte dplg, Nadia SALEM, auteure-journaliste, Salah BELARBI, responsable associatif, Djima KETTANE, dirigeante, Sofiane GHOZELANE, adjoint au maire de Pontault-Combault, Saliha GUEDJA, responsable logistique,Nadia BELAALA, chargée de mission, Noël BOUSSAHA, journaliste-rédacteur web,Farida SABRA, militante associative, Hassan MEBARKI, scénariste-producteur, Saïd CHABANE, gérant de société, Lila BIOT, militante associative, Atmane MAMERI, responsable syndical, Tayeb REGAZ, responsable associatif


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.