Défilé de VIP devant les juges    Que dira Gaïd Salah ?    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Le FLN réitère sa revendication de la démission de Bouchareb de la présidence de l'APN    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    Jeux africains de plage: trois nouvelles médailles dont deux en vermeil pour l'Algérie    CAT: l'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    Schizophrénie: la difficulté de la prise en charge face à la complexité de la pathologie (conférenciers)    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous sommes dans une impasse politico-institutionnelle"
Rencontre-débat d'Abdelaziz Rahabi à Oran
Publié dans Liberté le 31 - 03 - 2019

Dans une rencontre-débat organisée hier après-midi à Oran, l'ancien ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi, a affirmé que les Algériens, qui ont fait leur transition démocratique, ne peuvent, cependant, continuer indéfiniment à battre le pavé et doivent impérativement s'organiser afin de proposer une alternative. Les jeunes, a-t-il soutenu en substance, doivent aujourd'hui "entrer dans le fait politique" pour que la transition puisse s'opérer et que l'Algérie construise sa 2e République, l'urne étant la seule voie possible pour l'exercice démocratique. "Tout le processus de transition démocratique repose sur la crédibilité des élections", a-t-il ajouté pour souligner la nécessité qui est désormais faite aux Algériens de s'organiser, afin de se faire représenter.
Devant une assistance composée de médecins, d'avocats mais aussi d'universitaires, de jeunes étudiants partageant tous la même aversion pour le système en place et militant pour son départ, Abdelaziz Rahabi a constaté l'absence de mécanismes de règlement des problèmes dans la Constitution. "C'est une Constitution présidentielle qui détaille tous les pouvoirs du Président, mais pas les contre-pouvoirs. Alors, nous sommes bloqués", a-t-il dit en reconnaissant que "nous n'avons aucune idée de la façon de sortir de la crise". Une situation d'autant plus inquiétante, a-t-il insisté, qu'il n'existe "aucun pacte de gouvernabilité pendant les crises", outil indispensable dans les transitions démocratiques, et aucun mécanisme pour mettre tous les acteurs en contact. Abdelaziz Rahabi n'a pas caché son inquiétude pour l'avenir immédiat du pays. "Nous sommes dans une impasse politico-institutionnelle. Si des solutions ne sont pas trouvées dans des délais raisonnables, cette impasse risque de nous conduire vers la plus importante crise depuis l'indépendance", a-t-il averti. L'ex-diplomate a, par ailleurs, exposé sa défiance pour l'organisation de l'élection présidentielle dans un délai de 45 jours ou 3 mois : "Techniquement impossible et politiquement porteur de périls en raison du risque d'un vote sanction qui conduirait à l'élection d'un président très faible." Rahabi s'est également inquiété de l'absence de réaction du pouvoir. "L'absence de réponse politique radicalise et le peuple écoutera les voix les plus
radicales (….)", dira-t-il.
S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.