Le procès de «Mme Maya» reporté    Par où commencer ?    La décision annoncée hier: Air Algérie reprendra ses vols domestiques dimanche    SNTF: Pas de date de reprise de la circulation des trains    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    Ligue des champions d'Europe: Atlético - Bayern en tête d'affiche    ES Sétif: Une Entente taille patron    O. Médéa: Déjà une flopée de problèmes    Education: Des écoles peuvent se passer de l'enseignement les samedis    Un autre cadavre repêché au large de Madagh    Des cas de Covid-19 au lycée Imam El Houari: Les enseignants en grève depuis jeudi dernier    DROITURE ET BONNE FOI    5 ans de prison fermecontreOuyahiaet Sellal    Djerad met en place deux "task force"    Les principales mesures    L'Algérie repasse sous la barredes 1.000 casen 24 heures    L'Opep examine son accord de limitationde production    Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Place au numérique    Repli historique du dinar face à l'euro    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HRW interpelle le Congrès américain
Violation des droits de l'homme par al-sissi en égypte
Publié dans Liberté le 10 - 04 - 2019

Human Rights Watch (HRW) a appelé hier le Congrès américain à ne pas "donner son feu vert à la répression en Egypte", à l'occasion de la visite du président Abdel Fattah al-Sissi à Washington. Allié des Etats-Unis au Moyen-Orient,M. Sissi a rencontré son homologue Donald Trump hier pour évoquer "la coopération militaire, économique et antiterroriste entre les deux pays", selon la Maison-Blanche. "Le président Sissi est à Washington pour obtenir un feu vert à un projet de réforme constitutionnelle qui accorde à l'armée des pouvoirs très abusifs et institutionnalise davantage l'autoritarisme", a déclaré Michael Page, directeur-adjoint de HRW pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, selon un communiqué de l'ONG. Plusieurs amendements à la Constitution égyptienne de 2014 doivent être prochainement soumis à référendum. Cette réforme permettrait de renforcer les pouvoir de l'exécutif et de l'armée, et au chef de l'Etat de se maintenir après la fin de son deuxième mandat en 2022. Les défenseurs du texte estiment que cette réforme est nécessaire à la stabilité du pays. Une autre ONG, Amnesty International, a également appelé les alliés de l'Egypte, en particulier les Etats-Unis, à ne pas "rester silencieux" face à ce projet de réforme. "S'ils étaient adoptés, ces amendements constitutionnels aggraveraient la crise dévastatrice des droits humains à laquelle les Egyptiens sont déjà confrontés", a déclaré lundi dans un communiqué Magdalena Mughrabi, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty. M. Trump a déjà reçu M. Sissi à la Maison-Blanche il y a deux ans, louant "son travail fantastique". Cette déclaration avait marqué une rupture par rapport à l'administration démocrate de Barack Obama, critique sur les violations des droits humains. Les relations entre Le Caire et Washington s'étaient considérablement refroidies après la destitution par l'armée -alors dirigée par M. Sissi- du président islamiste Mohamed Morsi en 2013, puis l'arrivée au pouvoir l'année suivante de l'actuel chef de l'Etat.
R. I./Agences

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.