Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marche sous la pluie contre les 3 B plus 1
Annaba
Publié dans Liberté le 13 - 04 - 2019

La pluie, le vent et le froid intense, qui ont sévi hier, n'ont pu dissuader les Annabis de tous les quartiers et des cités périphériques de participer à la manifestation contre le système. Vêtus chaudement et arborant l'emblème national, ils étaient, en effet, des dizaines de milliers à se rassembler, ce vendredi, dès 14h30, sur le cours de la Révolution sous leurs parapluies. C'est aux cris de "Système dégage", "Bensalah n'est pas notre président" et "Ni crainte ni peur, l'ANP aux côtés du peuple", entre autres slogans hostiles aux tenants du pouvoir, que la foule a entamé sa marche sur et autour de l'immense place publique, avant de se diriger vers le siège de la wilaya. Ainsi, comme elle le fait sans répit depuis le 22 février, la population de la ville côtière a exprimé son rejet de tout ce qui se rattache de près ou de loin au carré du président déchu et au système corrompu, que Bouteflika représente à ses yeux. Les manifestants ont, cette fois encore, exigé le départ de Bensalah, de Bedoui, de Belaïz et de Bouchareb, les 4 B, indignes à leurs yeux d'assurer la transition et suspects de détourner à leur propre profit les revendications populaires. "La nourid intikhabet taht houkm el issabat" (nous ne voulons pas d'élections dirigées par les malfaiteurs) aura été l'une des récriminations les plus reprises par les marcheurs qui sillonnaient les rues de la ville. Avant de se retirer dans le calme, la plupart d'entre ces derniers assuraient qu'ils sont déterminés à poursuivre le "hirak" et à investir la rue autant de fois qu'il le faudra jusqu'au retrait définitif des gens du système des commandes du pays.

A. Allia


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.