Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Secousses telluriques à Mila : la mosquée "Sidi Ghanem n'a subi aucun dégât    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    FIFA : L'hommage d'Infantino à Saïd Amara...    Ouverture graduelle des plages : Les estivants impatients !    Tipaza: tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Les grands commerces à Rouiba : Les commerçants ne respectent pas les mesures sanitaires    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Le réalisateur Meziane Yaala n'est plus    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    A partir de samedi prochain: 161 mosquées concernées par la réouverture    L'heure est aux expertises: La population de Mila encore sous le choc    A partir d'aujourd'hui: Confinement allégé et interdiction de circulation entre wilayas levée    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    Agence des produits pharmaceutiques: Le SNAPO en appelle à Tebboune    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    538 ` nouveaux cas confirmés et 8 autres décès    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Les 4 samedis    Les mains de l'intérieur !    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants en grève d'une semaine
Ils exigent le départ de tout le système
Publié dans Liberté le 15 - 04 - 2019

Les étudiants ont répondu massivement hier à l'appel à des manifestations dans l'enceinte des universités à travers le pays, lancé par les diverses organisations estudiantines pour soutenir le "hirak" et exiger le départ du système.
Les étudiants de l'Université des sciences et technologies de Bab Ezzouar (USTHB) et ceux des facultés, centrale à Alger et de médecine à Ben Aknoun, ont entamé effectivement depuis hier une grève générale d'une semaine et organisé des marches dans les campus. À l'USTHB, pendant leur marche, les étudiants ont brandi des banderoles géantes et des pancartes contre les "4B" (Bensalah, Belaïz, Bedoui et Bouchareb). Ils ont scandé des slogans contre le pouvoir en place et ses symboles. Les revendications des milliers d'étudiants sont celles des millions d'Algériens qui exigent le départ de tout le "régime corrompu et malfrat qui a ruiné le pays", lance tout de go un étudiant gréviste rencontré devant l'enceinte de l'USTHB. À la Fac centrale, des centaines d'étudiants ont tenu un sit-in sur les lieux. Ils ont appelé à l'application de l'article 7 de la Constitution qui stipule que "le peuple est la source de tout pouvoir". Des cris séditieux ont été poussés par les manifestants demandant au président par intérim de partir. "Bensalah dégage", crient-ils. Dans ce vaste rassemblement, des chants patriotiques sont merveilleusement interprétés par les étudiants. "Talaba ghadhiboune, li nidhami rafidhoune" (les étudiants sont en colère et refusent ce système), entonnent-ils dans une ambiance empreinte à la fois de liesse pour ce début de liberté d'expression retrouvée et de mécontentement pour l'obstination du pouvoir en place à ne pas répondre aux revendications légitimes des Algériens qui battent le pavé depuis 50 jours. Et l'inéluctable slogan "Klitou le bled ya sarakine" (vous avez dilapidé les deniers publics espèces de voleurs) a été également repris en chœur par les jeunes contestataires.
Une forte mobilisation estudiantine a été par ailleurs observée à l'intérieur de la faculté de médecine Benyoucef-Benkhedda à Ben Aknoun. Les étudiants des trois départements, médecine, chirurgie dentaire et pharmacie, se sont, eux-aussi, joints au mouvement de protestation en opposition au système en place et confirment le début de leur débrayage d'une semaine renouvelable. "Système dégage, les étudiants s'engagent" est l'une des expressions qui reviennent tel un leitmotiv dans la bouche de ces milliers d'étudiants qui décident de tenir des sit-in quotidiens dans leurs campus et des réunions de concertation afin d'arrêter les actions de protestation à organiser pour les jours à venir. Leurs copains de l'université M'hamed-Bougara de Boumerdès (UMBB) ont enclenché un mouvement de grève depuis samedi, affirment des sources sûres. Leurs revendications s'alignent sur celles du "hirak" et aspirent à en finir définitivement avec le système.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.