Le ministre des Ressources en eau rassure    Intense activité du président Tebboune    L'Algérie dernier de la classe en Afrique    Dans le viseur de Besiktas    « Nous sommes fiers de Bennacer »    Le gouvernement appelle à "s'éloigner de toute forme d'alarmisme"    "Les sujets de moins de 10 ans ne tombent pas beaucoup malades"    Vers le remboursement des frais par la Cnas    L'art du Goul populaire menacé de disparition à El Bayadh    DGSN: la salle omisports de Kouba baptisée du nom de Hacène Lalmas    Rencontre nationale sur les coopératives théâtrales les 28 et 29 mars    Plan d'urgence en cours d'élaboration pour relancer le sport d'élite en Algérie    La résilience du régime algérien    Appel au parachèvement du processus de mutation démocratique pour l'édification de la nouvelle Algérie    Sahara occidental: Brahim Ghali réitère son appel à l'ONU à assumer ses responsabilités    Mokri appelle à prévenir les "conflits d'intérêt" et à œuvrer à édifier un Etat de droit    FORMATION AU METIER D'AVOCAT : Le concours d'accès au CAPA relève de l'UNOA    Le procès Hamel et Tayeb Louh reporté au 19 mars    APRES UNE VISITE D'ETAT EN ARABIE SAOUDITE : Le Président Tebboune regagne Alger    Djerad félicite le nouveau chef du gouvernement tunisien pour sa prise de fonctions    Parti FFS : Démission collective de membres de l'Instance Présidentielle    CORONAVIRUS : L'Algérie n'a enregistré aucun autre cas positif    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Kamel Chikhi condamné à 8 ans de prison ferme    POUR NON-CONFORMITE DE LA POUDRE DE LAIT UTILISEE : Fermeture d'une laiterie privée à Mostaganem    Les locaux de Logitrans auraient été perquisitionnés    SANS SALAIRE DEPUIS 7 MOIS : Les journalistes de ‘'Temps d'Algérie'' interpellent le Président    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Arsenal: l'immense déception d'Arteta    LOGEMENTS SOCIO-LOCATIFS DE FRENDA (TIARET) : La liste des 1183 logements sera connue le 16 avril    Le hirak entame sa 2e année en force    CRISE DU LAIT EN SACHET : La spéculation perdure à Oran    Des enfants inventeurs reçus par les ministres Sid Ali Khaldi et Yacine Djeridane    Décès d'Idriss El Djazairi : une carrière vouée aux bonnes causes    Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    L'Espagne et la France fustigées    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La croissance économique de l'Algérie ne suit pas
Malgré une augmentation substantielle du budget de l'Etat en 2018
Publié dans Liberté le 23 - 04 - 2019

Malgré une forte progression des autres secteurs favorisée par une expansion budgétaire substantielle due aux hausses du prix du pétrole, le ralentissement marqué de la production d'hydrocarbures a entravé la reprise de la croissance en 2018.
Selon les données de l'ONS, reprises par l'APS, la croissance économique de l'Algérie a atteint 1,5% en 2018 en volume, contre 1,4% en 2017. Même si elle a gagné 0,1 point de pourcentage par rapport aux réalisations de l'année 2017, la croissance du produit intérieur brut (PIB) est loin des projections de la loi de finances 2018, qui tablaient sur un taux de 4%.
Ce qui représente une progression anémique pour un pays à revenu intermédiaire comptant une très forte proportion de jeunes. Hors hydrocarbures, le PIB a progressé de 3,4% l'année dernière, contre 2,2% l'année d'avant. Ce taux de croissance a été essentiellement tiré par les secteurs d'activité de l'agriculture, du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique (BTPH), y compris les services et travaux publics pétroliers (STPP), ainsi que par les services marchands et l'industrie. Ainsi, le secteur de l'agriculture, de la sylviculture et de la pêche a enregistré un taux de croissance annuel de +6% l'année dernière, contre 1% en 2017. Durant les quatre trimestres 2018, le secteur agricole a connu des taux de croissance soutenus, mais le plus important a été enregistré au 2e trimestre (+8,2%), détaille l'Office. Soutenue par les dépenses publiques, l'expansion de l'activité dans le secteur du BTPH s'est poursuivie à un rythme de +5,6% l'année écoulée, contre +4,6% l'année d'avant. Le taux de croissance des services marchands a été de +4,5% en 2018, contre +4,1% en 2017. L'année dernière, le secteur de l'industrie a connu un recul de la croissance de 0,8 point de pourcentage, affichant un taux de croissance de 3,7%, contre +4,5% en 2017. Après la forte expansion en volume enregistrée en 2016 (7,7 %), l'activité économique dans le secteur des hydrocarbures renoue avec les baisses de production enregistrées durant les années 2006 à 2014. L'année passée, le secteur a enregistré une croissance négative de la valeur ajoutée (-6,2 %) contre -2,4% en 2017. Dans son rapport de suivi de la situation économique de l'Algérie, publié au début du mois en cours, la Banque mondiale indique que le rééquilibrage budgétaire pourra reprendre au second semestre de 2019. Il devrait s'ensuivre un léger ralentissement des secteurs hors hydrocarbures sur l'année 2019, neutralisant une légère augmentation de la production d'hydrocarbures. Ce ralentissement va concerner en premier lieu le BTPH. Ce compromis entre maîtrise des dépenses et accroissement des recettes débouchera sur une croissance amorphe de 1,7% en 2020 et 1,4% en 2021. Le principal défi pour l'économie est de renforcer sa résilience à la volatilité des prix des hydrocarbures, à la fois en atténuant l'impact de cette volatilité sur le budget et en diversifiant les sources de croissance. Pour ce faire, il faudra engager d'ambitieuses réformes. La situation sera certainement plus difficile, d'autant que la transition politique limite l'action du gouvernement.
Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.