Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Vendredi de la mobilisation    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La croissance économique de l'Algérie ne suit pas
Malgré une augmentation substantielle du budget de l'Etat en 2018
Publié dans Liberté le 23 - 04 - 2019

Malgré une forte progression des autres secteurs favorisée par une expansion budgétaire substantielle due aux hausses du prix du pétrole, le ralentissement marqué de la production d'hydrocarbures a entravé la reprise de la croissance en 2018.
Selon les données de l'ONS, reprises par l'APS, la croissance économique de l'Algérie a atteint 1,5% en 2018 en volume, contre 1,4% en 2017. Même si elle a gagné 0,1 point de pourcentage par rapport aux réalisations de l'année 2017, la croissance du produit intérieur brut (PIB) est loin des projections de la loi de finances 2018, qui tablaient sur un taux de 4%.
Ce qui représente une progression anémique pour un pays à revenu intermédiaire comptant une très forte proportion de jeunes. Hors hydrocarbures, le PIB a progressé de 3,4% l'année dernière, contre 2,2% l'année d'avant. Ce taux de croissance a été essentiellement tiré par les secteurs d'activité de l'agriculture, du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique (BTPH), y compris les services et travaux publics pétroliers (STPP), ainsi que par les services marchands et l'industrie. Ainsi, le secteur de l'agriculture, de la sylviculture et de la pêche a enregistré un taux de croissance annuel de +6% l'année dernière, contre 1% en 2017. Durant les quatre trimestres 2018, le secteur agricole a connu des taux de croissance soutenus, mais le plus important a été enregistré au 2e trimestre (+8,2%), détaille l'Office. Soutenue par les dépenses publiques, l'expansion de l'activité dans le secteur du BTPH s'est poursuivie à un rythme de +5,6% l'année écoulée, contre +4,6% l'année d'avant. Le taux de croissance des services marchands a été de +4,5% en 2018, contre +4,1% en 2017. L'année dernière, le secteur de l'industrie a connu un recul de la croissance de 0,8 point de pourcentage, affichant un taux de croissance de 3,7%, contre +4,5% en 2017. Après la forte expansion en volume enregistrée en 2016 (7,7 %), l'activité économique dans le secteur des hydrocarbures renoue avec les baisses de production enregistrées durant les années 2006 à 2014. L'année passée, le secteur a enregistré une croissance négative de la valeur ajoutée (-6,2 %) contre -2,4% en 2017. Dans son rapport de suivi de la situation économique de l'Algérie, publié au début du mois en cours, la Banque mondiale indique que le rééquilibrage budgétaire pourra reprendre au second semestre de 2019. Il devrait s'ensuivre un léger ralentissement des secteurs hors hydrocarbures sur l'année 2019, neutralisant une légère augmentation de la production d'hydrocarbures. Ce ralentissement va concerner en premier lieu le BTPH. Ce compromis entre maîtrise des dépenses et accroissement des recettes débouchera sur une croissance amorphe de 1,7% en 2020 et 1,4% en 2021. Le principal défi pour l'économie est de renforcer sa résilience à la volatilité des prix des hydrocarbures, à la fois en atténuant l'impact de cette volatilité sur le budget et en diversifiant les sources de croissance. Pour ce faire, il faudra engager d'ambitieuses réformes. La situation sera certainement plus difficile, d'autant que la transition politique limite l'action du gouvernement.
Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.