Vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice    Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mobilisation à toute épreuve
Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 04 - 05 - 2019

La manifestation d'hier dans la ville des Genêts offrait un décor quasi routinier. Une espèce de déjà-vu plusieurs fois depuis le 22 février, n'était ce glissement dans l'horaire du début de la marche qui a été retardé jusqu'à 14h pour un deuxième vendredi consécutif. Dans la marche, les habituels carrés des avocats, des syndicats des comités de quartiers et d'autres encore étaient toujours au rendez-vous. Il y avait aussi un carré des journalistes qui ont tenu à marquer la Journée internationale de la liberté de la presse en descendant dans la rue, encore une fois, avec le peuple pour réclamer la "libération de la presse, des jeux claniques et de la logique des règlements de comptes entre les clans du pouvoir". Dès l'entame de la marche, un autre changement était également perceptible, hier, à savoir la focalisation de plus en plus de la foule sur la personne du chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, dont le départ est désormais le plus réclamé par les manifestants. En témoigne le nombre impressionnant de banderoles et de pancartes portant des messages à destination de celui-ci. "Gaïd Salah dégage", "Gaïd Salah, la honte de l'ANP", "Gaïd, où sont les articles 7 et 8 ?", "El-Djeïch mina chaâb, El-Gaïd mina el îssaba", "La Bensalah, la Gaïd Salah, la âdalat el-massalih" (qui signifie : ni Bensalah, ni Gaïd Salah, ni la justice des intérêts), "Non à Gaïd Salah, non à la division du peuple", "Gaïd Salah, Bensalah : ouahed fikoum ma yeslah", lit-on sur quelques-unes des pancartes ciblant le chef d'état-major de l'armée dont tout le monde voit en lui, le seul détenteur du pouvoir. Dans la plupart des carrés de la marche, on scandait également à tue-tête : "Djoumhouria machi caserna", un slogan adapté à Gaïd Salah après avoir été longtemps utilisé contre les Bouteflika sous la forme : "Djoumhouria machi mamlaka". Tout comme le vendredi précédent, un imposant carré a déployé en première ligne une large banderole réclamant la libération d'Issad Rebrab et l'arrestation de Saïd Bouteflika.
Samir LESLOUS

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.