PLF 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Juventus : Ronaldo ne sera pas sanctionné    Para-athlétisme/Mondial-2019 (Lancer du poids F32): Mounia Gasmi décroche le bronze    Les programmes de logements réalisés par des entreprises algériennes    L'Algérie souhaite installer une industrie locale des énergies renouvelables    Sit-in des professeurs d'enseignement primaire à Alger    Procès en cours de 42 militants du Hirak (Vidéo)    JUSTICE : Vers le recrutement de 274 magistrats    CORRUPTION : Le procès d'Ouyahia, Sellal et 3 ex-ministres fin novembre !    Crimes contre les civils sahraouis: l'Association des juristes démocrates condamne    De fortes pluies continueront d'affecter plusieurs wilayas de l'Est    RECEPTIONNES EN 2013 : 120 logements sociaux non encore attribués à El-Kerma    De nouvelles élections dans un climat crispé    Marche contre l'islamophobie à Paris    La filière de l'Europe de l'Est se prépare    L'offensive de Benmessaoud    Est-ce le déclic pour la JSMB ?    "Le pouvoir est pris de panique"    Un budget 2020 déséquilibré    La communauté internationale appelée à faire pression sur le Maroc pour éliminer son «mur de la honte»    4 morts et 2 blessés à Djelfa    Hassen Ferhani présente "La reine du Sahara" à Alger    Une fatwa ratée pour une reine répudiée    Timide présence du livre algérien en l'absence de ses éditeurs    ACTUCULT    Liban: des milliers de manifestants dans la rue    Festival de danse contemporaine: prestations diverses sur "la recherche et la compréhension de soi"    Transport maritime : Report et annulation de plusieurs rotations vers Marseille    Tunisie : Ghannouchi et les islamistes veulent la présidence de l'Assemblée    Benlamri offre la qualification à Al Shabab Essaoudi    Les Prix du concours de récitation du Coran et des Hadiths remis vendredi    Benflis s'engage à satisfaire les demandes du Hirak    Ligue 2: Du retour du RCR à la déception du WAT    Présidentielle: Une campagne électorale pas comme les autres    Lancement hier de la vaccination contre la grippe saisonnière: Plus de 60.000 doses et plus de 200 médecins et infirmiers mobilisés     Constantine - Caravane de sensibilisation sur les dangers du monoxyde de carbone    Bouira - Collision sur l'autoroute : 3 blessés    Algérie-Zambie et Algérie Botswana : Liste des 23 joueurs convoqués    Ligue 1 (10e journée) : Le CRB chute à Constantine, l'ESS et le CABBA renouent avec la victoire    Bouira: 70 exposants participent à la foire locale de l'artisanat traditionnel    CAF Awards 2019 : Dix Algériens parmi les nominés pour le Onze-type de l'année    Jeunes porteurs de projets économiques: Le ministère de Travail annonce une bonne nouvelle    Présidentielle du 12 décembre prochain: Benflis prévoit des réformes politiques, économiques et sociales dans son programme électoral    Le porte-parole du candidat à la présidentielle, Abdelaziz Belaid Il est venu le temps de remplacer la légitimité révolutionnaire par la légitimité ...    Présentation du projet de loi modifiant le Code de procédure pénale: Zeghmati dévoile les grandes lignes du plan judiciaire    Morales lance un appel au dialogue    Parution : "Medghacen, histoires secrètes", regards croisés sur le plus ancien mausolée royal    24e SILA: L'édition africaine commune "très faible"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Fakou, fakou Gaïd Salah !"
Les oranais répondent au chef d'état-major
Publié dans Liberté le 04 - 05 - 2019

Ce vendredi encore, des milliers d'Oranais sont descendus dans la rue pour exprimer leur rejet des propositions du pouvoir dont ils continuent d'exiger le départ.
Le chef d'état-major a été le principal symbole du pouvoir à être vilipendé par les vagues humaines qui ont déferlé sur les artères d'Oran. Entre "Fakou, fakou Gaïd Salah", "Le peuple ne veut ni Gaïd ni Saïd (Bouteflika)" et "La décision revient au peuple, pas à la Constitution ni à l'armée", les manifestants ont réagi à l'attachement du vice-ministre de la Défense à l'organisation de la présidentielle de juillet prochain. "Cet homme est un militaire, il n'a pas sa place dans le champ politique", s'est insurgé un manifestant en appelant Gaïd Salah à se conformer à la volonté du peuple de décider, seul, de son avenir. "Et son avenir passe par le départ de l'ensemble du système en place", a-t-il conclu. Le président de l'Etat par intérim a eu droit à son lot de slogans hostiles scandés par des manifestants qui disent ne lui reconnaître aucun pouvoir, aucune légitimité. "Il doit également dégager. C'est un homme du système dont la seule mission est de protéger les intérêts du pouvoir en place", ont encore estimé les Oranais en rejetant le scrutin que le duo Bensalah-Bedoui continue de préparer. "Ya el-îssabat, makanch intikhabate", a-t-on encore entendu lors de la marche.
Les manifestants s'en sont également pris nommément à Saïd Bouteflika, à Ahmed Ouyahia, aux frères Kouninef…, "Voleurs et prédateurs" qui doivent rendre des comptes devant la justice. L'élection de Mohamed Djemaï, nouveau secrétaire général du FLN — formation politique invectivée chaque vendredi —, a également été commentée par les manifestants qui y voient une tentative de sauver un "symbole de la corruption". "Le FLN doit dégager avec le reste des voleurs qui ont pillé l'Algérie et poussé les jeunes au suicide dans la Méditerranée", a jugé un manifestant qui a dit faire la distinction entre le "FLN des chouhada" et celui des faux moudjahidine, falsificateurs de la mémoire révolutionnaire. S'ils rejettent catégoriquement les "propositions piégées" du duo Gaïd-Bensalah, les manifestants oranais n'en estiment pas moins que la situation doit évoluer. "Il faut qu'ils se résignent à se plier à la volonté du peuple. Nous voulons une période de transition, mais qui soit menée par des personnalités civiles que nous choisirons. Les compétences ne manquent pas, nous avons l'embarras du choix. Mais avant tout, le pouvoir doit laisser la place", a indiqué un des animateurs de la manifestation en appelant à une Constituante. "Nous en sommes au 11e vendredi, des solutions doivent maintenant être trouvées", a-t-il conclu.
Pour autant, les Oranais ne comptent pas baisser les bras : "Manach habsine, koul djemaâ khardjine", ont-ils scandé tout au long de la marche, promettant un "Ramadhan du hirak" même si les modalités de fonctionnement n'ont pas encore été arrêtées. "Les marches et manifestations vont continuer et nous allons également organiser des conférences et des débats pour sensibiliser sur la nécessité de soutenir le mouvement jusqu'à la satisfaction des revendications", a assuré un organisateur.
S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.