Algérie-Tunisie-Portugal: le développement de la coopération commerciale examiné à Alger    CHU d'Oran: quatre employés suspendus suite à une erreur sur l'identité de deux personnes décédées    Zitounie: l'Etat déterminé à parachever l'opération de récupération des restes mortuaires des chouhada    Sport-Covid19: les pouvoirs publics rassurent les athlètes bloqués à l'étranger    Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ouverture du procès de Mahieddine Tahkout    Le général à la retraite Hocine Benhadid honoré    463 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Tizi-Ouzou: la cerisaie menacée par les maladies cryptogamiques    CONSTANTINE : Arrestation de l'auteur d'une vidéo attentatoire à l'EHU    Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Nâama: des projets pour désenclaver les zones d'ombre de Moghrar    Football / Transferts : la FAF veut "assainir" le métier d'agent de joueurs    Le Président Tebboune présidera une séance de travail sur l'élaboration du plan de relance socioéconomique    Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Infaillible mobilisation pour les libertés et la démocratie
Béjaïa
Publié dans Liberté le 04 - 05 - 2019

Indépendamment des slogans scandés et des pancartes exhibées, le même message a été transmis à l'adresse de Gaïd Salah et de l'institution militaire.
Les Béjaouis sont demeurés mobilisés, pour le 11e vendredi de la révolution en marche, au grand dam de ceux qui continuent à tabler sur l'essoufflement du mouvement. Ils étaient des centaines de milliers à battre, hier, le pavé dans les rues de Béjaïa. Les manifestants, indépendamment des slogans scandés ou des pancartes exhibées, ont transmis le même message à l'adresse du général de corps d'armée Gaïd Salah et de l'institution militaire. C'est précisément Gaïd Salah qui en a pris pour son grade. Et pour cause : il est considéré comme un élément de blocage, qui refuse la transition démocratique et l'avènement d'une nouvelle république démocratique.
Aussi, les manifestants ont insisté sur "la primauté du politique sur le militaire". Un groupe de manifestants s'est même amusé à former une équipe nationale de la bande mafieuse avec comme entraîneur Gaïd Salah et Ould Abbes en gardien de but. La photo où il est écrit "moudareb farik el watani lil issaba" a suscité beaucoup de commentaires. Un autre a porté une pancarte sur laquelle on pouvait lire : "Gaïd Salah raâs min rou'ous el issaba" (Gaïd Salah, l'une des têtes de la bande mafieuse.) Forcément, les manifestants, qui insistent beaucoup sur le caractère pacifique de leur marche, ont scandé à tue-tête : "Bensalah, rayah, rayah, edi maak Gaïd Salah" (Bensalah, puisque tu es partant, n'oublie pas de prendre avec toi Gaïd Salah) ou encore "Ulac, ulac, ulac l'vot ulac" (Non, il n'y aura pas de vote) en guise de réponse au calendrier électoral auquel le chef d'état-major semble tenir absolument. Plus encore, les manifestants promettent de poursuivre la mobilisation jusqu'à l'aboutissement de leur combat pour un changement du système où les anciennes figures du bouteflikisme n'auront pas leur place. Ils ont aussi écrit : "Voter, c'est trahir. Gaïd Salah et Bensalah dégagez", "Notre union, c'est notre force". Beaucoup se sont demandé pourquoi on n'a toujours pas arrêté le frère et conseiller de l'ancien président : "L'arrestation de Saïd Bouteflika est un devoir national." Occasion pour eux de rappeler sur des pancartes, qui témoignent, si besoin est, le degré de conscience politique atteint par les manifestants : "On veut une justice dans un Etat de droit." Mais aussi : "Magistrats, faites votre devoir", bien que l'on ait insisté aussi un peu plus loin sur : "Vos règlements de comptes ne nous intéressent pas." À signaler que les manifestants ont observé une minute de silence à la mémoire des victimes du Printemps noir de 2001 en arrivant notamment au deuxième point de ralliement, la cité Nacéria, rebaptisée depuis le début du mouvement populaire rue Matoub-Lounès. Sur place, on a exhibé une banderole sur laquelle était écrit : "Notre révolution a commencé par des fleurs, elle va continuer avec de la détermination, et on finira par arracher notre liberté." Tout est dit dans ce programme, qui se projette sur le temps long d'autant qu'à côté des jeunes, majoritaires, il y a toujours beaucoup de femmes, de personnes d'âge mûr, entourés d'enfants et d'adolescents.
M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.