Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Infaillible mobilisation pour les libertés et la démocratie
Béjaïa
Publié dans Liberté le 04 - 05 - 2019

Indépendamment des slogans scandés et des pancartes exhibées, le même message a été transmis à l'adresse de Gaïd Salah et de l'institution militaire.
Les Béjaouis sont demeurés mobilisés, pour le 11e vendredi de la révolution en marche, au grand dam de ceux qui continuent à tabler sur l'essoufflement du mouvement. Ils étaient des centaines de milliers à battre, hier, le pavé dans les rues de Béjaïa. Les manifestants, indépendamment des slogans scandés ou des pancartes exhibées, ont transmis le même message à l'adresse du général de corps d'armée Gaïd Salah et de l'institution militaire. C'est précisément Gaïd Salah qui en a pris pour son grade. Et pour cause : il est considéré comme un élément de blocage, qui refuse la transition démocratique et l'avènement d'une nouvelle république démocratique.
Aussi, les manifestants ont insisté sur "la primauté du politique sur le militaire". Un groupe de manifestants s'est même amusé à former une équipe nationale de la bande mafieuse avec comme entraîneur Gaïd Salah et Ould Abbes en gardien de but. La photo où il est écrit "moudareb farik el watani lil issaba" a suscité beaucoup de commentaires. Un autre a porté une pancarte sur laquelle on pouvait lire : "Gaïd Salah raâs min rou'ous el issaba" (Gaïd Salah, l'une des têtes de la bande mafieuse.) Forcément, les manifestants, qui insistent beaucoup sur le caractère pacifique de leur marche, ont scandé à tue-tête : "Bensalah, rayah, rayah, edi maak Gaïd Salah" (Bensalah, puisque tu es partant, n'oublie pas de prendre avec toi Gaïd Salah) ou encore "Ulac, ulac, ulac l'vot ulac" (Non, il n'y aura pas de vote) en guise de réponse au calendrier électoral auquel le chef d'état-major semble tenir absolument. Plus encore, les manifestants promettent de poursuivre la mobilisation jusqu'à l'aboutissement de leur combat pour un changement du système où les anciennes figures du bouteflikisme n'auront pas leur place. Ils ont aussi écrit : "Voter, c'est trahir. Gaïd Salah et Bensalah dégagez", "Notre union, c'est notre force". Beaucoup se sont demandé pourquoi on n'a toujours pas arrêté le frère et conseiller de l'ancien président : "L'arrestation de Saïd Bouteflika est un devoir national." Occasion pour eux de rappeler sur des pancartes, qui témoignent, si besoin est, le degré de conscience politique atteint par les manifestants : "On veut une justice dans un Etat de droit." Mais aussi : "Magistrats, faites votre devoir", bien que l'on ait insisté aussi un peu plus loin sur : "Vos règlements de comptes ne nous intéressent pas." À signaler que les manifestants ont observé une minute de silence à la mémoire des victimes du Printemps noir de 2001 en arrivant notamment au deuxième point de ralliement, la cité Nacéria, rebaptisée depuis le début du mouvement populaire rue Matoub-Lounès. Sur place, on a exhibé une banderole sur laquelle était écrit : "Notre révolution a commencé par des fleurs, elle va continuer avec de la détermination, et on finira par arracher notre liberté." Tout est dit dans ce programme, qui se projette sur le temps long d'autant qu'à côté des jeunes, majoritaires, il y a toujours beaucoup de femmes, de personnes d'âge mûr, entourés d'enfants et d'adolescents.
M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.