Proposition de sortie de crise    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    L'EN rejoint son camp de base au Caire    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Une bien triste leçon égyptienne    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    De l'éthique du personnel politique    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet
Jugé "utopique" par les élus du parti
Publié dans Liberté le 19 - 05 - 2019

Le conseil national du parti appelle la population et les forces "vives indépendantes" du pays à "mettre de côté nos divergences et œuvrer ensemble pour l'avènement de la IIe république".
C'est une bien singulière situation que vit le FFS. Englué dans une crise organique liée à des ambitions pour le contrôle de l'appareil, le parti du défunt Hocine Aït Ahmed, qui plaide depuis quelques années en faveur de la construction d'un consensus national, semble peiner pourtant à le réaliser au sein même du parti. Illustration de cette difficulté : vendredi, alors qu'Ali Laskri et ses partisans (79 sur 114 membres, selon une source dans l'entourage du parti) tenaient un conseil national extraordinaire à Azur-Plage, côte ouest d'Alger, de nombreux élus étaient, eux, après avoir participé à la marche plus tôt, en conclave au siège du parti. Visiblement consommé, le divorce entre les deux entités n'a pas empêché les uns et les autres de s'exprimer sur la situation politique du pays avec, en toile de fond, le même constat et les mêmes propositions de sortie de crise. Dans une résolution publiée sur le site officiel du parti, le conseil national a appelé "les Algériennes et les Algériens à poursuivre leur mobilisation unitaire et pacifique, jusqu'à la satisfaction complète de leurs revendications", et a "mis en garde les tenants du pouvoir contre toute répression ayant pour but de dévier cette révolte populaire de ses objectifs". Rejetant, comme il fallait sans doute s'y attendre, le scrutin du 4 juillet prochain qui ne sera "ni démocratique, ni libre, ni transparent", le conseil national a approuvé la récente proposition de sortie de crise présentée aux médias par Ali Laskri.
Une proposition qui détaille toutes les étapes. Dans ce contexte, le CN a instruit les instances du parti, précise le texte, à poursuivre le "dialogue" autour de cette initiative avec les acteurs politiques, les représentants de la société civile, les syndicats autonomes et les représentants du mouvement associatif et à "ouvrir un large débat" avec les citoyens dans des rencontres de proximité. Aussi appelle-t-il la population et les forces "vives indépendantes" du pays qui aspirent et luttent au quotidien pour un changement radical du régime à "mettre de côté nos divergences et œuvrer ensemble pour l'avènement de la IIe république". "Agissons vite, car le régime compte sur l'essoufflement du mouvement populaire et sur nos désaccords en tant qu'opposition à conjuguer nos efforts", note la résolution. Pour le FFS, "seule l'amorce d'un véritable processus démocratique de transition est à même de réunir les conditions d'un vrai consensus national".
Il réitère, enfin, sa disponibilité et son engagement à "construire avec d'autres énergies et d'autres acteurs un vrai rapport de force politique, éviter l'alternance clanique et permettre de construire l'alternative démocratique". Cité par l'APS, Sofiane Chioukh, un des membres de l'instance présidentielle, en conflit avec Ali Laskri, a qualifié, pour sa part, en marge de la réunion des élus, d'"utopique" le scrutin du 4 juillet prochain.

K. Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.