Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue face aux contradictions du système
Demain, 14e vendredi de protestation et de mobilisation
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2019

C'est demain que le soulèvement citoyen contre le système enregistrera sa 14e semaine de mobilisation et de contestation. Ce 14e vendredi est décisif. Il l'est d'autant plus que la réplique attendue de la rue déterminera, inéluctablement, la suite que prendra la mobilisation dans les jours à venir, compte-tenu de l'évolution de la situation. La rue est certainement contrainte de réaffirmer sa position vis-à-vis, notamment, du scrutin présidentiel que les tenants du pouvoir s'entêtent à maintenir dans ses délais de rigueur. Comme à l'accoutumée, le dialogue entre la rue et le pouvoir aura indirectement lieu. Les manifestants auront leur temps de parole et s'exprimeront demain. Le discours du chef d'état-major, les initiatives politiques lancées ici et là seront, entre autres, examinées par une rue qui n'a pas manqué, du moins jusque-là, de mettre à jour ses slogans et ses revendications.
Le ton a été donné par la marche, avant-hier, des étudiants, qui ont exprimé leur rejet massif de la présidentielle. Cela dit, la mobilisation du vendredi ira, selon toute vraisemblance, dans le même sens et réaffirmera sans ambages son opposition à ce qu'elle a qualifié de rafistolage et de fuite en avant. La mobilisation, qui a su surmonter tous les obstacles et écueils depuis le 22 février, notamment celui du mois de Ramadhan, que d'aucuns ont pensé qu'il allait causer l'essoufflement du mouvement, a promis d'être encore plus forte et plus intense ce vendredi. Ni les barrages filtrants ni la contre-révolution sur les réseaux sociaux et encore moins la fermeture des lieux symboliques du soulèvement, la Grande-Poste à Alger et le "Palais du peuple" à BBA par exemple, ne sauraient affaiblir une mobilisation décidée à changer le régime de fond en comble.
Le 14e vendredi de protestation citoyenne ne sera pas une simple halte qui permettra de mesurer l'étendue de la mobilisation. La rue a fait ses preuves et n'a pas à mesurer sa force. Les millions de citoyennes et de citoyens qui occupent les rues des villes aux quatre coins du pays sortiront encore ce vendredi pour rappeler, une fois de plus, qu'ils restent inflexibles face aux manœuvres dilatoires des résidus du système. L'exigence d'une solution politique à la crise que vit le pays depuis des mois, résultat inévitable de la non-gestion qui a caractérisé le long règne de ce système, ne peut être que réaffirmée et rappelée à l'occasion de la 14e manifestation citoyenne de ce vendredi.
Cette solution politique que prône la rue, depuis trois mois de manifestations pacifiques, ne pourra se concrétiser sans le départ des hommes et autres symboles du système, notamment ceux restés accrochés aux leviers de la décision en vertu de l'application de l'article 102 de la Constitution. Le départ de Bensalah et de Bedoui, respectivement chef d'Etat intérimaire et Premier ministre, reste une revendication non encore satisfaite, même si les acquis arrachés jusque-là sont nombreux, à commencer par le départ de Bouteflika, le recul sur le 5e mandat, mais aussi la libération de la parole. Paisible, mais surtout mûre, la mobilisation citoyenne contre le système ne manquera pas de maintenir la pression sur un régime agonisant, mais surtout à révéler ses contradictions.

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.