TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    Coronavirus: 119 nouveaux cas, 146 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    CONSEIL DES MINISTRES : Reprise "progressive" du secteur des travaux publics    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Boukadoum: la diplomatie algérienne accorde un intérêt particulier à l'Afrique, surtout le Sahel et son environnement immédiat    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Mahrez victime d'un cambriolage    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    La Conservation des forêts se mobilise    Les habitants réclament leur réouverture    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Téhéran dénonce la surenchère américaine
Moyen-Orient
Publié dans Liberté le 26 - 05 - 2019

Les Etats-Unis exacerbent la tension au Moyen-Orient en y renforçant leur présence militaire et en livrant des armes à leurs alliés contre l'Iran.
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a dénoncé hier comme une "menace" pour la paix internationale l'envoi de nouveaux renforts militaires américains au Moyen-Orient, dans un contexte d'escalade entre les deux pays ennemis. "L'accroissement de la présence américaine dans notre région est très dangereux et constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales. Il faut y faire face", a déclaré le chef de la diplomatie iranienne à l'agence Irna avant son départ du Pakistan. Faisant allusion aux affirmations américaines mentionnant des "menaces iraniennes" pour expliquer les renforts, Javad Zarif a estimé que "les Américains font de telles allégations pour justifier leurs politiques hostiles et créer des tensions dans le Golfe persique". Cette réaction iranienne fait suite aux annonces du président américain Donald Trump de l'envoi de 1 500 soldats supplémentaires au Moyen-Orient de manière "préventive", après avoir multiplié ces dernières semaines les déploiements militaires, dépêchant dans le Golfe un porte-avions, des bombardiers B-52, un navire de guerre et des missiles Patriot. Ce déploiement inclut un bataillon de 600 hommes en charge de quatre batteries antimissiles Patriot qui se trouvaient déjà dans la région, mais devaient être redéployées ailleurs. "Nous allons envoyer un nombre relativement faible de troupes, pour la plupart préventives, et certaines personnes très talentueuses se rendent au Moyen-Orient en ce moment", a déclaré Donald Trump depuis la Maison-Blanche. "Ce sera environ 1 500 personnes", a-t-il précisé avant de s'envoler vers le Japon. Ceci étant, le commandement central américain (Centcom), en charge du Moyen-Orient et d'une partie de l'Asie centrale dispose de 70 000 militaires, dont 14 000 sont déployés en Afghanistan, 5 200 en Irak et moins de 2 000 en Syrie. Les effectifs supplémentaires seront dont envoyés sur les bases dont les Etats-Unis disposent au Moyen-Orient, mais pas sur les zones de conflit. De son côté, le chef du Pentagone Patrick Shanahan affirme dans un communiqué que les renforts américains sont destinés à "améliorer la protection et la sécurité des forces américaines, compte tenu de menaces persistantes de la part de l'Iran, y compris des Gardiens de la Révolution et de leurs soutiens". Il a même ajouté que "ceci est une réponse prudente à des menaces crédibles de la part de l'Iran". Dans le même ordre d'idées, l'administration Trump a également informé vendredi le Congrès de nouvelles ventes d'armes à l'Arabie Saoudite, grand ennemi régional de l'Iran, et aux Emirats arabes unis, en invoquant la "menace iranienne" pour contourner la possibilité dont disposent les parlementaires de bloquer ce type de contrats. Confirmant le recours à "une procédure d'urgence" pour débloquer 22 contrats d'armement en souffrance, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo a indiqué que le montant total s'élevait à environ 8,1 milliards de dollars. Il dira que cela va "soutenir nos alliés, renforcer la stabilité du Moyen-Orient et aider ces nations à faire de la dissuasion et à se défendre de la République islamique d'Iran".
Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.