Groupe parlementaire FLN : la résolution du Parlement européen dépourvue du moindre fondement diplomatique    15 ans de prison requis contre Abdelkader Zoukh    Energie: le gouvernement déterminé à instaurer un modèle énergétique durable    Lutte contre l'Islamophobie: L'Algérie réaffirme sa position "immuable"    Foot/Ligue des champions d'Afrique : l'Algérien Karim Aribi termine meilleur buteur    Décès de Aissa Megari : le Premier ministre présente ses condoléances    PSG : Les mots forts de Neymar en hommage à Diego Maradona    Accidents de la route : Six décès et 253 blessés durant les dernières 48 heures    Averses orageuses sur le Centre et l'Est du pays à partir de ce samedi    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    La dernière de Trump    L'affaire de l'automobile sera rejugée    Des membres du COA convoqués par la justice    La LFP ouvre un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    La société civile espagnole renforce son soutien aux populations sahraouies    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Saisie de 100 grammes de kif traité    7 personnes arrêtées pour des violences dans les quartiers    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Le Mouloudia d'Alger vise la victoire    Nul sur toute la ligne    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    L'OAIC confirme et précise    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    L'armée s'implique dans la lutte anti-Covid    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    La main de l'étranger à géométrie variable    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Acquisition du vaccin anti-Covid: L'Algérie prudente    Budget primitif 2021 de la wilaya: Plus de 30 milliards pour la réhabilitation du réseau de voirie    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    Le foot est mort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les craintes d'un conflit toujours vives
ZARIV RETORQUE À TRUMP QU'IL NE METTRA «PAS FIN À L'IRAN»
Publié dans L'Expression le 21 - 05 - 2019

Mohamed Javad Zariv, ministre iranien des Affaires étrangères
Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif, a répondu hier aux dernières menaces de Donald Trump à l'encontre de son pays, en affirmant que les «railleries génocidaires» du président américain «ne mettraient pas fin à l'Iran». L'hôte de la Maison-Blanche «espère réussir là où Alexandre (le Grand), Gengis (Khan) et les autres agresseurs ont échoué», a écrit M. Zarif sur son compte Twitter en faisant référence à deux conquérants étrangers ayant dominé la Perse (l'ancien nom de l'Iran) à une période donnée de son histoire plurimillénaire.» «Les Iraniens sont restés debouts pendant des millénaires, alors que leurs agresseurs sont tous partis. Le Terrorisme économique et les railleries génocidaires ne mettront pas 'fin à l'Iran''», a ajouté M. Zarif dans une réponse au dernier message contre l'Iran, publié par M. Trump, la veille, sur le même réseau social.»Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran. Plus jamais de menaces à l'encontre des Etats-Unis», avait écrit DonaldTrump.»Ne Jamais Menacer Un Iranien. Essayez le guerre-ça marche», a ainsi rétorqué M. Zarif au président américain. Les tensions entre Washington et Téhéran connaissent un nouvel accès depuis une dizaine de jours, après l'annonce d'un renforcement de la présence militaire américaine au Moyen-Orient pour faire face à de présumées «menaces» iraniennes. Elles ont réveillé les craintes d'un affrontement entre l'Iran et les Etats-Unis ou certains des alliés régionaux de Washington comme l'Arabie saoudite ou les Emirats arabes unis, que M. Zarif accuse de pousser M. Trump à adopter une ligne dure contre la République islamique. Face au déploiement de forces américaines dans la région, Téhéran ne cesse de répéter qu'elle ne veut pas la guerre, tout en prédisant une «défaite» à l'Amérique, si celle-ci décide de céder à l'»illusion» de vouloir attaquer l'Iran. Alors que la communauté internationale s'inquiète de ces tensions croissantes, le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, qui s'exprimait à Genève, a, lui, donné un conseil «aux Iraniens: ne sous-estimez pas la résolution de la partie américaine». «Les Américains ne cherchent pas le conflit, ils ne veulent pas la guerre avec l'Iran, mais si des intérêts américains sont attaqués, ils riposteront et c'est une chose à laquelle les Iraniens doivent réfléchir très, très attentivement», a ajouté le secrétaire au Foreign Office.»Nous sommes inquiets bien évidemment (...) et voulons éviter une désescalade», a-t-il encore dit, en faisant porter la responsabilité de la situation actuelle aux «activités déstabilisatrices» de l'Iran. Historiquement mauvaises, les relations entre la République islamique et les Etats-Unis se sont nettement détériorées depuis que M. Trump a décidé, en mai 2018, de dénoncer unilatéralement l'accord international sur le nucléaire iranien, conclu à Vienne en 2015. Engagé dans une politique de «pression maximale» vis-à-vis de Téhéran, M. Trump entend amener l'Iran à négocier un accord «meilleur» que celui de Vienne. Excluant toute négociation «avec le gouvernement américain actuel», l'Iran menace de se désengager progressivement de l'accord de Vienne si ses partenaires de l'accord (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) ne lui permettent pas de contourner les sanctions américaines.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.