Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le front de l'opposition s'élargit
Après la tenue du congrès de l'UGTA
Publié dans Liberté le 23 - 06 - 2019

Toutes ces dissensions engendrées par l'ancien secrétariat national risquent de porter préjudice à la Centrale et d'hypothéquer son avenir en tant que syndicat.
La manière avec laquelle a été organisé le 13e congrès de l'UGTA et les résolutions qui ont sanctionné ses travaux ont suscité l'ire des syndicalistes de base. Comme première réaction à ce qu'ils qualifient de "mascarade", ils décident de ne jamais reconnaître cette nouvelle direction à sa tête le fraîchement "élu", Salim Labatcha, ainsi que les décisions qui ont été prises. De prime abord, les représentants de la dizaine de wilayas ayant boycotté ces assises ainsi que les nombreux dissidents expriment leur soutien pour les secrétaires généraux des 5 Unions de wilaya suspendus par le staff de Sidi-Saïd. Il s'agit des structures des wilayas de Saïda, de Béjaïa, de Tizi Ouzou, de Tlemcen et d'Alger. Pour avoir dénoncé la démarche "anti-statutaire" de la direction sortante pour organiser le congrès, les responsables UGTA de ces 5 wilayas ont été aussitôt exclus du syndicat.
Une mesure jugée arbitraire puisqu'il s'agit de syndicalistes qui ont exprimé un avis au sein de l'organisation. "Jamais pareilles sanctions sont décidées lors d'un congrès qui est plutôt un rendez-vous d'évaluation et de perspectives pour un syndicat", déplore Amar Takjout, SG de l'Union de wilaya d'Alger, une des victimes de cette sanction. "Ce n'est pas dans l'intérêt de ce SG de commencer son travail à la tête de l'UGTA par une exclusion de syndicalistes élus par la base", indique M. Takjout. Cela dénote, affirme-t-il, qu'il n'y a point de changement au sein de l'UGTA et que les pratiques démocratiques ne sont pas adoptées dans cette organisation. Il soutient mordicus que personne ne peut l'exclure sauf les travailleurs et les syndicalistes de base de la wilaya d'Alger.
L'on ne peut aucunement déloger les SG des Unions de wilaya contestatrices parce qu'ils sont élus par la base. Au contraire, les agissements de la direction ne feront que renforcer davantage les liens entre tous les syndicalistes frondeurs. Une chose est certaine, toutes ces dissensions engendrées par l'ancien secrétariat national risquent de porter préjudice à l'UGTA et d'hypothéquer son avenir en tant que syndicat. Car, tous les frondeurs commencent, à partir d'aujourd'hui, à s'organiser, à tenir des réunions à travers lesquelles ils lancent des réflexions profondes sur le devenir du syndicat. Ce sera, selon d'autres cadres syndicaux, l'occasion pour la réappropriation de l'UGTA par les travailleurs. Cette question est, selon Noureddine Bouderba, un ancien responsable au sein de l'UGTA, plus que jamais à l'ordre du jour. "Après ce congrès, les travailleurs n'abdiqueront pas.
Le congrès national extraordinaire de réappropriation de l'UGTA par les travailleurs est plus que jamais à l'ordre du jour", indique-t-il. M. Bouderba souligne que rien ne peut remplacer l'implication des travailleurs qui doivent être les premiers et les derniers à décider de tout ce qui touche à la refondation de l'UGTA. "Sinon on aura un remake du passé avec un ‘changement dans la continuité' et une organisation qui continuera à être parrainée par le système et les forces de l'argent et à défendre leur cause", avertit-il.À propos du nouveau SG, M. Bouderba estime qu'il a été "parachuté" à la tête de l'UGTA puisqu'il n'a jamais été élu par la base. Noureddine Bouderba déclare que ce SG n'a pas fait ses preuves à la tête de la Fédération agroalimentaire. Par conséquent, relève-t-il, il ne va pas apporter du sang neuf à la Centrale. "Il continuera à faire le travail de Sidi-Saïd sans la présence de Sidi-Saïd", conclut-il.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.