Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès
à l'occasion de la Commémoration du 21e anniversaire de son assassinat
Publié dans Liberté le 26 - 06 - 2019

Des milliers de citoyens venus des quatre coins de l'Algérie ont afflué, hier, à Taourirt Moussa, pour prendre part à l'habituel pèlerinage sur la tombe du chanteur et chantre de l'amazighité et de la liberté.
Très tôt le matin, les citoyens commençaient à converger, en premier lieu, vers l'endroit de son assassinat, à Thala Bounane, où ils s'arrêtaient par petits groupes pour prendre des photos de ce lieu qui garde encore le secret d'un meurtre qui n'est toujours pas élucidé puisque la famille du Rebelle demande toujours la vérité sur la mort de son fils. Au chef-lieu d'Ath Douala, les élus locaux, en collaboration avec la fondation portant le nom du Rebelle et l'association culturelle Imache-Ammar, ont procédé à la pose de la première pierre pour la réalisation de deux stèles à l'effigie de deux figures de la lutte identitaire, tous deux natifs de la région, en l'occurrence Lounès Matoub et Imache Ammar. La cérémonie s'est déroulée en présence de plusieurs présidents d'APC, de figures politiques, d'anciens joueurs de la JSK et de nombreux citoyens de la région. S'exprimant à l'ouverture de la cérémonie, le président de l'APC d'Ath Douala, Fekhar Ammar, a rappelé le rôle de ces deux personnes dans la lutte identitaire et l'importance d'un tel projet dans la réhabilitation de leurs images notamment Imache Ammar qui demeure encore oublié et méconnu de la nouvelle génération. Présent à cette cérémonie, le maire de Tizi Ouzou, Ouahab Aït Menguellet, néanmoins fils d'un autre militant de la cause identitaire M'barek Aït Menguellet, a profité de l'occasion pour dénoncer "l'interdiction du drapeau amazigh et l'arrestation des jeunes porteurs de drapeaux lors de la marche de vendredi dernier" estimant que "c'est une décision aberrante". Le président de l'APW, Youcef Aouchiche, a, quant à lui, déclaré : "Nous sommes là pour nous recueillir à la mémoire du chanteur Lounès Matoub et dire que nous sommes toujours là pour continuer son combat, et exiger que justice soit faite quant à son assassinat." Et d'ajouter : "Une occasion aussi pour poser la première pierre pour la réalisation d'une stèle à l'effigie de cet artiste, mais aussi d'un autre qui a marqué le mouvement nationaliste algérien, en l'occurrence Ammar Imache, et ce, tout en témoignant notre reconnaissance pour le combat, qu'ils ont mené, chacun à son époque". À Taourirt Moussa, il était très difficile de se frayer un chemin afin d'accéder à la tombe de Lounès Matoub ainsi qu'au siège de la fondation qui abrite un musée dédié à sa mémoire. Moment intense de la journée, celui du recueillement et du dépôt d'une gerbe de fleurs sur la tombe du Rebelle. À cet instant, des milliers de voix fusent et scandent :"Pouvoir assassin", "Ulac smah ulac", et ce, sur un fond infini et bariolé de drapeaux amazighs. Lors de la prise de parole, la sœur du Rebelle, Malika Matoub, a expliqué que la justice n'a toujours pas fait toute la lumière sur l'assassinat de son frère ni d'ailleurs sur celle des jeunes tués lors des émeutes qui ont suivi la mort du chantre de la chanson kabyle, à savoir Aït Idir Rachid, Salhi Redouane et Ouali Hemza, mais aussi sur les victimes des événements du Printemps noir de 2001. Tout en dénonçant l'arrestation des jeunes porteurs de drapeaux amazighs lors de la marche de vendredi dernier, Malika Matoub a également appelé à continuer la lutte pacifiquement et à rejoindre massivement la marche du 19e vendredi afin de demander la vérité sur l'assassinat de Lounès. Par ailleurs et dans la même dynamique de rendre hommage à Lounès Matoub, l'association Tarwa n'Gaya d'Ardjaouna devait inaugurer hier soir une grande fresque représentant le portrait du Rebelle. La cérémonie d'inauguration devait être suivie par des activités artistiques alors qu'à l'université Mouloud-Mammeri, le mouvement des artistes Révolte'Arts compte célébrer aujourd'hui cette date par une série d'activités dont des chants, de la poésie, du théâtre, une exposition de photos, un débat ouvert et la réalisation d'un portrait de Lounès Matoub par des tagueurs.

K.Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.