JO-2020: "les athlètes d'élite ont besoin d'un suivi physique et mental individualisé"    Deux employés morts et un autre blessé dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Procès Khaled Drareni au tribunal de Sidi M'hamed : «Je n'ai fait que mon métier de journaliste»    Le général Gouasmia nouveau commandant de la gendarmerie nationale    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    La chambre d'accusation statuera demain    10 000 da d'amende pour les 40 participants à une excursion en mer    Ce qui pousse des citoyens à braver l'interdit !    8 décès et 507 nouveaux cas en 24 heures    Accident de la route : 23 morts et 1311 blessés en une semaine    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Redjaouna (Beni Douala): Le «rebelle» revient cette semaine
Publié dans Le Temps d'Algérie le 12 - 06 - 2017

A l'occasion du 19e anniversaire de l'assassinat du Rebelle, survenu à Tala Bounane le 25 juin 1998, le village Redjaouna commémorera le 24 juin prochain, l'anniversaire de l'assassinat du chantre de la chanson kabyle, le défunt Matoub Lounès. Une soirée dédiée également en hommage aux martyrs du village, dont Kherroubi Lounès, Asma Hocine, Achab Meziane, Malki Mohamed et Medani Ramdane dit le manchot.
Notons au passage que les activités de la commémoration, l'an dernier, du 18e anniversaire de l'assassinat de Matoub Lounès se sont déroulées sur fond de tension, notamment lors de la cérémonie de recueillement sur la tombe du défunt, au village Taourirt Moussa, dans la commune d'Aït Mahmoud, daïra de Beni Douala, à une vingtaine de kilomètres de Tizi Ouzou. Il était près de 11h lorsque des jeunes amassés aux alentours de la clôture du tombeau de l'artiste commençaient à scander : «Pouvoir assassin !» et «Lounès yella yella !» Quelques minutes plus tard, juste après l'apparition de Nordine Aït Hamouda, accompagné du dissident du RCD, à savoir l'ancien député Arezki Aider, les manifestants se sont déchaînés en voulant l'empêcher carrément de se recueillir sur la tombe de l'artiste. «Nordine barra !», criaient-ils à gorge déployée. Malika, la sœur du défunt, a essayé de calmer les esprits, en vain. «S'il vous plaît, vous êtes dans la maison de Lounès. Soyez calmes ! Aujourd'hui, c'est une journée de recueillement, et tous ceux qui se reconnaissent dans le combat de Lounès sont les bienvenus. Que ce soit des militants du MAK, du RCD ou du FFS, vous êtes tous les bienvenus», s'est-elle adressée à la foule qui l'a huée lors de la lecture de la déclaration de la fondation Matoub. Lounès Matoub est un chanteur, interprète et poète kabyle, engagé depuis ses débuts dans la revendication identitaire berbère. Il est né à Taourirt Moussa Ouamar, à Beni Douala, le 24 janvier 1956. Il meurt le 25 juin 1998, assassiné sur la route d'Ath Douala. Officiellement, cet assassinat est attribué au GIA, mais sa famille et quelques hypothèses accusent le pouvoir algérien d'être derrière son assassinat. Durant sa carrière artistique longue de 31 ans, Matoub Lounès acquiert un statut de martyr pour tous les militants de la cause berbère. Depuis la sortie de son premier album A Yizem anda thellidh ? (Ô, lion où es-tu ?) Matoub Lounès célèbre les combattants de l'indépendance et fustige les dirigeants de l'Algérie à qui il reproche d'avoir usurpé le pouvoir et de brider la liberté d'expression. Chef de file du combat pour la reconnaissance de la langue amazighe, Matoub Lounès est grièvement blessé par un gendarme en octobre 1988. Il raconte sa longue convalescence dans l'album L'ironie du sort (1989). Violemment opposé au terrorisme islamiste, Matoub Lounès fut enlevé le 25 septembre 1994 par un groupe armé, puis libéré au terme d'une forte mobilisation de l'opinion kabyle. La même année, il publie un ouvrage autobiographique Le Rebelle et reçoit le Prix de la mémoire des mains de Danielle Mitterrand. En 1996, Matoub Lounès participe à la marche des rameaux en Italie pour l'abolition de la peine de mort alors qu'en en mars 1995, il reçoit le prix de la liberté d'expression, au Canada.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.