Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Redjaouna (Beni Douala): Le «rebelle» revient cette semaine
Publié dans Le Temps d'Algérie le 12 - 06 - 2017

A l'occasion du 19e anniversaire de l'assassinat du Rebelle, survenu à Tala Bounane le 25 juin 1998, le village Redjaouna commémorera le 24 juin prochain, l'anniversaire de l'assassinat du chantre de la chanson kabyle, le défunt Matoub Lounès. Une soirée dédiée également en hommage aux martyrs du village, dont Kherroubi Lounès, Asma Hocine, Achab Meziane, Malki Mohamed et Medani Ramdane dit le manchot.
Notons au passage que les activités de la commémoration, l'an dernier, du 18e anniversaire de l'assassinat de Matoub Lounès se sont déroulées sur fond de tension, notamment lors de la cérémonie de recueillement sur la tombe du défunt, au village Taourirt Moussa, dans la commune d'Aït Mahmoud, daïra de Beni Douala, à une vingtaine de kilomètres de Tizi Ouzou. Il était près de 11h lorsque des jeunes amassés aux alentours de la clôture du tombeau de l'artiste commençaient à scander : «Pouvoir assassin !» et «Lounès yella yella !» Quelques minutes plus tard, juste après l'apparition de Nordine Aït Hamouda, accompagné du dissident du RCD, à savoir l'ancien député Arezki Aider, les manifestants se sont déchaînés en voulant l'empêcher carrément de se recueillir sur la tombe de l'artiste. «Nordine barra !», criaient-ils à gorge déployée. Malika, la sœur du défunt, a essayé de calmer les esprits, en vain. «S'il vous plaît, vous êtes dans la maison de Lounès. Soyez calmes ! Aujourd'hui, c'est une journée de recueillement, et tous ceux qui se reconnaissent dans le combat de Lounès sont les bienvenus. Que ce soit des militants du MAK, du RCD ou du FFS, vous êtes tous les bienvenus», s'est-elle adressée à la foule qui l'a huée lors de la lecture de la déclaration de la fondation Matoub. Lounès Matoub est un chanteur, interprète et poète kabyle, engagé depuis ses débuts dans la revendication identitaire berbère. Il est né à Taourirt Moussa Ouamar, à Beni Douala, le 24 janvier 1956. Il meurt le 25 juin 1998, assassiné sur la route d'Ath Douala. Officiellement, cet assassinat est attribué au GIA, mais sa famille et quelques hypothèses accusent le pouvoir algérien d'être derrière son assassinat. Durant sa carrière artistique longue de 31 ans, Matoub Lounès acquiert un statut de martyr pour tous les militants de la cause berbère. Depuis la sortie de son premier album A Yizem anda thellidh ? (Ô, lion où es-tu ?) Matoub Lounès célèbre les combattants de l'indépendance et fustige les dirigeants de l'Algérie à qui il reproche d'avoir usurpé le pouvoir et de brider la liberté d'expression. Chef de file du combat pour la reconnaissance de la langue amazighe, Matoub Lounès est grièvement blessé par un gendarme en octobre 1988. Il raconte sa longue convalescence dans l'album L'ironie du sort (1989). Violemment opposé au terrorisme islamiste, Matoub Lounès fut enlevé le 25 septembre 1994 par un groupe armé, puis libéré au terme d'une forte mobilisation de l'opinion kabyle. La même année, il publie un ouvrage autobiographique Le Rebelle et reçoit le Prix de la mémoire des mains de Danielle Mitterrand. En 1996, Matoub Lounès participe à la marche des rameaux en Italie pour l'abolition de la peine de mort alors qu'en en mars 1995, il reçoit le prix de la liberté d'expression, au Canada.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.