Ligue Europa: les premiers résultats de la soirée    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Imposante marche à Tizi Ouzou
LA LIBERATION DES DETENUS D'OPINION EXIGEE
Publié dans Liberté le 10 - 07 - 2019

Pour marquer la fin de la légitimité constitutionnelle mise en avant par le pouvoir jusqu'à ce 9 juillet, les manifestants scandaient "Ça y est, ça y est, echaâb houa erraïs."

Une imposante marche, précédée par un rassemblement dans l'enceinte même de la cité administrative de Tizi Ouzou, a été organisée, hier, à l'appel du groupe d'élus RCD à l'APW, pour, à la fois, exiger la libération des détenus d'opinion et faire de cette journée du 9 juillet, qui marque l'entrée officielle dans le vide constitutionnel, une journée de mobilisation. Le rassemblement a débuté à 10h devant l'entrée du bâtiment abritant le cabinet du wali, où les manifestants commençaient à se rassembler dès 9h. Parmi ces derniers, on distinguait des élus du FFS, du RCD, du FLN, du RND et des indépendants, auxquels se sont joints également des militants politiques comme ceux du RPK, des avocats, des syndicalistes, des journalistes, des militants des droits de l'Homme, des étudiants et les familles des manifestants jetés en prison pour port du drapeau amazigh.
En main, des banderoles et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire, entre autres "Libérez les détenus d'opinion", "Halte aux poursuites judiciaires", "Libérez Samira Messouci et tous les autres détenus d'opinion", "Libérez Chami, Acherfouch, Bacha et Ould Taleb", "Libérez Louisa Hanoune", "Gaïd Salah dégage", "Non à la criminalisation des opinions", "Tilleli iymehbas", "Non aux condamnations sans loi", "Etat civil", "Primauté du civil sur le militaire".
Des dizaines d'emblèmes amazighs et de drapeaux nationaux, de portraits de Samira Messouci et de plusieurs autres détenus ont été brandis par les manifestants qui scandaient en chœur, sous les fenêtres du premier magistrat de la wilaya, des slogans en faveur de leur libération. "Libérez les détenus", "Mazalagh d Imazighen", "Djazaïr hourra democratia", "Telgou weladna ya lkhawana", "Ya Amirouche ya El-Houès, echabab âamrou lehbès", "Ulac smah ulac", "Y en a marre des généraux".
Pour marquer la fin de la légitimité constitutionnelle mise en avant par le pouvoir jusqu'à ce 9 juillet, les manifestants scandaient également : "Ça y est, ça y est, echaâb houa erraïs." À 11h, la foule devient imposante puis la marche s'ébranle et quitte le siège de la wilaya par l'entrée officielle pour se diriger vers le tribunal, au centre-ville.
Les militants du RCD, du FFS, du FLN et du RND avancent côte à côte et scandent des slogans hostiles au système en général et à Gaïd Salah en particulier. Du jamais vu jusque-là. Une preuve tangible, si besoin est, que l'affaire des détenus n'a fait qu'unir davantage le peuple contre le pouvoir qui, lui, espérait le diviser. Tout au long de cet itinéraire menant vers le tribunal, des centaines de citoyens anonymes, parfois tirant un drapeau de leur poche, se joignaient à la marche. Devant le tribunal, la foule scandait encore : "Libérez la justice", "Libérez les détenus", "Madania, machi âaskaria", "Errahil obligatoire", "Adalat el issabat, tassfiat el îssabat", "Nekni nennad atsrouhem". Une prise de parole a été ensuite improvisée et les intervenants ont, chacun à sa manière, condamné ces arrestations "arbitraires", qualifié l'emprisonnement pour port du drapeau amazigh de "racisme d'Etat" et appelé à la poursuite de la mobilisation jusqu'à la libération du dernier détenu d'opinion et au départ du système tout entier.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.