Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Benabderrahmane donne le coup de starter    Sahara occidental: une délégation sahraouie appelle le Gouvernement britannique à amener le Maroc à respecter les résolutions onusiennes    Sonatrach: deux contrats EPC et un mémorandum d'entente signés à Alger    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    ENTMV: une consultation internationale pour l'acquisition d'un nouveau système de réservation électronique    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Belani se félicite des bonnes conditions du déroulement du concours d'accès aux grades d'attachés et secrétaire des AE    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    LA VIE... ET LE RESTE    Maguire, c'est désastreux    Brèves    Tensions accrues au Sahel    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Moscou juge «stupides» les soupçons occidentaux    Du bon et du moins bon    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    Le ministère de la Culture et des Arts prend part à la 21e édition du SITEV    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Imposante marche à Tizi Ouzou
LA LIBERATION DES DETENUS D'OPINION EXIGEE
Publié dans Liberté le 10 - 07 - 2019

Pour marquer la fin de la légitimité constitutionnelle mise en avant par le pouvoir jusqu'à ce 9 juillet, les manifestants scandaient "Ça y est, ça y est, echaâb houa erraïs."

Une imposante marche, précédée par un rassemblement dans l'enceinte même de la cité administrative de Tizi Ouzou, a été organisée, hier, à l'appel du groupe d'élus RCD à l'APW, pour, à la fois, exiger la libération des détenus d'opinion et faire de cette journée du 9 juillet, qui marque l'entrée officielle dans le vide constitutionnel, une journée de mobilisation. Le rassemblement a débuté à 10h devant l'entrée du bâtiment abritant le cabinet du wali, où les manifestants commençaient à se rassembler dès 9h. Parmi ces derniers, on distinguait des élus du FFS, du RCD, du FLN, du RND et des indépendants, auxquels se sont joints également des militants politiques comme ceux du RPK, des avocats, des syndicalistes, des journalistes, des militants des droits de l'Homme, des étudiants et les familles des manifestants jetés en prison pour port du drapeau amazigh.
En main, des banderoles et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire, entre autres "Libérez les détenus d'opinion", "Halte aux poursuites judiciaires", "Libérez Samira Messouci et tous les autres détenus d'opinion", "Libérez Chami, Acherfouch, Bacha et Ould Taleb", "Libérez Louisa Hanoune", "Gaïd Salah dégage", "Non à la criminalisation des opinions", "Tilleli iymehbas", "Non aux condamnations sans loi", "Etat civil", "Primauté du civil sur le militaire".
Des dizaines d'emblèmes amazighs et de drapeaux nationaux, de portraits de Samira Messouci et de plusieurs autres détenus ont été brandis par les manifestants qui scandaient en chœur, sous les fenêtres du premier magistrat de la wilaya, des slogans en faveur de leur libération. "Libérez les détenus", "Mazalagh d Imazighen", "Djazaïr hourra democratia", "Telgou weladna ya lkhawana", "Ya Amirouche ya El-Houès, echabab âamrou lehbès", "Ulac smah ulac", "Y en a marre des généraux".
Pour marquer la fin de la légitimité constitutionnelle mise en avant par le pouvoir jusqu'à ce 9 juillet, les manifestants scandaient également : "Ça y est, ça y est, echaâb houa erraïs." À 11h, la foule devient imposante puis la marche s'ébranle et quitte le siège de la wilaya par l'entrée officielle pour se diriger vers le tribunal, au centre-ville.
Les militants du RCD, du FFS, du FLN et du RND avancent côte à côte et scandent des slogans hostiles au système en général et à Gaïd Salah en particulier. Du jamais vu jusque-là. Une preuve tangible, si besoin est, que l'affaire des détenus n'a fait qu'unir davantage le peuple contre le pouvoir qui, lui, espérait le diviser. Tout au long de cet itinéraire menant vers le tribunal, des centaines de citoyens anonymes, parfois tirant un drapeau de leur poche, se joignaient à la marche. Devant le tribunal, la foule scandait encore : "Libérez la justice", "Libérez les détenus", "Madania, machi âaskaria", "Errahil obligatoire", "Adalat el issabat, tassfiat el îssabat", "Nekni nennad atsrouhem". Une prise de parole a été ensuite improvisée et les intervenants ont, chacun à sa manière, condamné ces arrestations "arbitraires", qualifié l'emprisonnement pour port du drapeau amazigh de "racisme d'Etat" et appelé à la poursuite de la mobilisation jusqu'à la libération du dernier détenu d'opinion et au départ du système tout entier.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.