Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale
Tunisie
Publié dans Liberté le 22 - 07 - 2019

Âgé et malade, le président tunisien est au cœur de violentes charges politiques en Tunisie, à la veille d'élections générales déterminantes pour ce pays.
Le refus du président tunisien Béji Caïd Essebsi de ratifier la nouvelle loi électorale a provoqué un tollé à Tunis, où des partis et personnalités politiques ont dénoncé sa décision, à la veille du triple scrutin présidentiel, législatif et local, prévu en automne. Pour eux, le chef d'Etat est otage des rivalités et conflits qui secouent son propre parti, Nidaa Tounès, et au sein du palais de la Kasbah (gouvernement).
Pour le porte-parole du Front populaire, Hamma Hammami, la lutte des clans au sommet de l'Etat motive la décision du président. "Le président de la République, dans sa guerre avec la Kasbah, sait que ce projet de loi (électorale) ne touchera pas ses amis ou alliés politiques, notamment les candidats indépendants, que le chef du gouvernement Youssef Chahed voient d'un mauvais œil et comme un danger pour la jeune démocratie tunisienne. Ce pourquoi il ne l'a pas ratifié", a-t-il déclaré sur les ondes de la radio tunisienne Mosaïque FM, accusant ouvertement Essebsi d'être "le principal responsable de l'état dans lequel se trouve aujourd'hui le pays".
Emboîtant le pas à M. Hammami, le président du mouvement Machrou Tounès, Mohsen Marzouk, a sévèrement critique la démarche du chef de l'Etat. Dans un post publié à chaud samedi soir sur les réseaux sociaux, M. Marzouk a affirmé que "Béji Caïd Essebsi n'a pas le droit de ne pas sceller la loi électorale", expliquant que "le président avait le choix de le renvoyer au Parlement ou d'organiser un référendum, si le texte ne lui plaisait pas". Mais "le président n'a rien fait de cela. Ce pourquoi, constitutionnellement parlant, il était de son devoir de le ratifier.
Et aujourd'hui, il s'est mis dans l'illégalité et en dehors de la Constitution", a-t-il ajouté sur son compte facebook. Mohsen Marzouk a accusé le président de la République de s'aligner sur des choix familiaux et claniques au lieu de privilégier celui de la sauvegarde de l'Etat. "Lorsque nous faisons un choix entre l'Etat et la mafia familiale, notre choix est clair et simple. Sans calculs, nous avons été les premiers à rejeter cette confusion, et aujourd'hui nous n'allons pas changer d'avis", a-t-il affirmé sans détour dans son post.
Alors que le pays s'apprête à organiser d'importantes élections présidentielles, en automne prochain, la Tunisie est contrainte de s'appuyer sur l'ancien texte, très contesté. Mais le nouveau texte soulève aussi beaucoup de controverses et a été au cœur d'une bataille houleuse au Parlement tunisien. Certains amendements votés à l'assemblée nationale éliminent de fait certains partis et dirigeants politiques de la course électorale.
Le projet de modification de cette loi avait été proposé par la nouvelle coalition parlementaire pro-Youssef Chahed, l'actuel chef du gouvernement qui s'est allié avec le parti islamiste Ennahdha, après son départ du parti au pouvoir Nidaa Tounès. Par ailleurs, le leader du parti islamiste, Rached Ghannouchi (78 ans), sera officiellement le candidat d'Ennahdha aux législatives du 6 octobre prochain à Tunis, a annoncé son porte-parole, cité par Reuters.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.