Sûreté d'Alger: une sortie pour s'assurer du respect des mesures préventives à Tamaris    Wilaya d'Alger : fin de quarantaine pour 100 Algériens rapatriés de France    Renault Algérie lance un plan de départ volontaire    ACCORD ENTRE LES EMIRATS ET L'ENTITE SIONISTE : Des partis politiques algériens dénoncent    FACTURES IMPAYEES DEPUIS LE DEBUT DE 2020 : Sonelgaz révèle un montant 7000 milliards de centimes    MDN : Rencontre prochaine avec les représentants des retraités de l'ANP    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : La reprise universitaire est prévue pour le 23 août    SIDI BEL ABBES : Six arrestations et saisie de 3kg de kif traité    Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    Installation du président et du procureur général de la cour    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Fin prêt pour les examens et la prochaine rentrée scolaire    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    Un Etat à décongestionner    L'Union européenne se dit "préoccupée"    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    La direction du RCD chez Tabbou    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale
Tunisie
Publié dans Liberté le 22 - 07 - 2019

Âgé et malade, le président tunisien est au cœur de violentes charges politiques en Tunisie, à la veille d'élections générales déterminantes pour ce pays.
Le refus du président tunisien Béji Caïd Essebsi de ratifier la nouvelle loi électorale a provoqué un tollé à Tunis, où des partis et personnalités politiques ont dénoncé sa décision, à la veille du triple scrutin présidentiel, législatif et local, prévu en automne. Pour eux, le chef d'Etat est otage des rivalités et conflits qui secouent son propre parti, Nidaa Tounès, et au sein du palais de la Kasbah (gouvernement).
Pour le porte-parole du Front populaire, Hamma Hammami, la lutte des clans au sommet de l'Etat motive la décision du président. "Le président de la République, dans sa guerre avec la Kasbah, sait que ce projet de loi (électorale) ne touchera pas ses amis ou alliés politiques, notamment les candidats indépendants, que le chef du gouvernement Youssef Chahed voient d'un mauvais œil et comme un danger pour la jeune démocratie tunisienne. Ce pourquoi il ne l'a pas ratifié", a-t-il déclaré sur les ondes de la radio tunisienne Mosaïque FM, accusant ouvertement Essebsi d'être "le principal responsable de l'état dans lequel se trouve aujourd'hui le pays".
Emboîtant le pas à M. Hammami, le président du mouvement Machrou Tounès, Mohsen Marzouk, a sévèrement critique la démarche du chef de l'Etat. Dans un post publié à chaud samedi soir sur les réseaux sociaux, M. Marzouk a affirmé que "Béji Caïd Essebsi n'a pas le droit de ne pas sceller la loi électorale", expliquant que "le président avait le choix de le renvoyer au Parlement ou d'organiser un référendum, si le texte ne lui plaisait pas". Mais "le président n'a rien fait de cela. Ce pourquoi, constitutionnellement parlant, il était de son devoir de le ratifier.
Et aujourd'hui, il s'est mis dans l'illégalité et en dehors de la Constitution", a-t-il ajouté sur son compte facebook. Mohsen Marzouk a accusé le président de la République de s'aligner sur des choix familiaux et claniques au lieu de privilégier celui de la sauvegarde de l'Etat. "Lorsque nous faisons un choix entre l'Etat et la mafia familiale, notre choix est clair et simple. Sans calculs, nous avons été les premiers à rejeter cette confusion, et aujourd'hui nous n'allons pas changer d'avis", a-t-il affirmé sans détour dans son post.
Alors que le pays s'apprête à organiser d'importantes élections présidentielles, en automne prochain, la Tunisie est contrainte de s'appuyer sur l'ancien texte, très contesté. Mais le nouveau texte soulève aussi beaucoup de controverses et a été au cœur d'une bataille houleuse au Parlement tunisien. Certains amendements votés à l'assemblée nationale éliminent de fait certains partis et dirigeants politiques de la course électorale.
Le projet de modification de cette loi avait été proposé par la nouvelle coalition parlementaire pro-Youssef Chahed, l'actuel chef du gouvernement qui s'est allié avec le parti islamiste Ennahdha, après son départ du parti au pouvoir Nidaa Tounès. Par ailleurs, le leader du parti islamiste, Rached Ghannouchi (78 ans), sera officiellement le candidat d'Ennahdha aux législatives du 6 octobre prochain à Tunis, a annoncé son porte-parole, cité par Reuters.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.