Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"
Saïd Sadi a animé une conférence à Montréal
Publié dans Liberté le 22 - 07 - 2019

"Celles et ceux qui rejettent la phase de transition au profit de l'élection présidentielle sont la feuille de vigne des turpitudes de l'état-major", a estimé Saïd Sadi, samedi, dans une conférence animée à Montréal (Canada). Dans une salle archicomble où l'on pouvait distinguer beaucoup de cadres, notamment des femmes et des jeunes, l'ancien président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) n'a pas mâché ses mots pour dénoncer la contre-révolution "managée" par le pouvoir de fait, non sans livrer son analyse sur la révolution du 22 février avec toujours la pédagogie qui caractérise ses interventions publiques. "Toutes les annonces lancées avec la bénédiction de l'état-major réfutent la transition préparant le changement pour aller vers une élection présidentielle avec les prérogatives constitutionnelles actuelles, ce qui revient à désigner un nouveau dictateur", a martelé le conférencier, saluant au passage le refus de la rue de céder sur l'avènement d'un Etat civil, un rêve des pères fondateurs de la Révolution du 1er Novembre 1954. Pour lui, l'histoire bégaie. "Quand des affidés autoproclamés ‘représentants de la société civile' condamnent la transition démocratique pour appliquer la feuille de route des militaires qui veut régénérer le système par une présidentielle qui a vocation à désigner un autre potentat, je revois les organisations de masse du FLN lancées derrière nos revendications pour en déformer la nature et la portée", a-t-il dénoncé. La révolution en cours aura à affronter les mêmes problèmes qui ont fait avorter le projet démocratique de la Soummam renié en 1957 au Caire, a anticipé l'orateur, pour qui c'est le même courant militaro-populiste et quasiment les mêmes soutiens extérieurs qui "étaient en opposition de l'Etat soummamien qui sont vent debout contre la révolution démocratique de 2019", avant d'oser ce questionnement : "La révolution de 2019 est-elle un moment orphelin dans notre Histoire ou est-elle la résonance de ses rêves étouffés ?" Pour étayer son propos, Sadi a rappelé cette image de la sœur de Larbi Ben M'hidi manifestant dans les rues d'Alger avec cette pancarte qui résume l'impasse historique algérienne : "Retour à la Soummam. Primauté du politique sur le militaire". Une revendication phare qui fédère tout le peuple algérien. "Depuis maintenant cinq mois, les Algériens (…) manifestent pacifiquement pour exiger un Etat civil et non militaire avec comme préalable le départ du système qui sévit depuis 1962", a-t-il ajouté, précisant que ce rejet, "préalable à toute solution, est inlassablement martelé par un vigoureux et constant ‘Système dégage'." Pour l'ancien leader de l'opposition démocratique, s'il y a une leçon à tirer de la révolution du 22 février, c'est qu'"un peuple qui honore sa mémoire ne sort jamais de l'Histoire". D'où cette conviction chevillée au corps chez Saïd Sadi que la révolution du 22 février n'est pas tombée du ciel.
"Elle est la résonance massive et nationale des audaces de 1949, de la ferveur de 1954, de la vision républicaine de 1956, de l'insoumission de 1963, de l'innovation d'Avril 1980, du cri d'Octobre de 1988, du sacrifice de 2001 et tous les murmures des humbles trop faibles pour se faire voir mais trop fiers pour renoncer", a conclu l'invité du Congrès des Kabyles du Canada (CKC).


Sadi salue la position d'Ottawa
Profitant de son passage dans le pays de l'Erable, Saïd Sadi a salué la position du Canada relative à la révolution du sourire.
"Mon remerciement s'adresse aux autorités canadiennes qui ont été les seules à délivrer un message de soutien à la révolution que mène le peuple algérien", a soutenu le Dr Sadi pour qui la position d'Ottawa ne fait que prolonger "une vieille tradition de solidarité avec les causes justes inaugurée par René Lévesque pendant la guerre de Libération nationale". L'étendue du territoire, la composante sociologique et les ressources premières du Canada ne sont pas sans rappeler la physionomie et le potentiel algériens. Ce qui a suscité un intérêt et une réflexion chez la génération d'Avril 1980 soucieuse, selon l'intervenant, d'avoir d'autres repères que le modèle jacobin français. Et à Sadi de conclure : "C'est la refondation nationale qui est posée par la révolution du 22 février." Saïd Sadi devait animer, hier, à Ottawa, une seconde conférence sur les perspectives de l'insurrection citoyenne.

Correspondance particulière :
Salah Amrane


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.