Secousses telluriques à Mila: les familles sinistrées évacuées et hébergées sous des tentes et dans des structures pour jeunes    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les horaires de confinement partiel adaptés de 23h00 à 06h00 pour 29 wilayas    Pas de compensations financières pour les agriculteurs    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Plus de 17 000 consultations effectuées à l'EHU d'Oran    L'alimentation en eau potable perturbée    19 morts et 53 000 sinistrés    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    El Tarf: Deux morts par noyade    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols
Exposition "Cinéma de la transition en 20 affiches" à Alger
Publié dans Liberté le 23 - 07 - 2019

"Cinéma de la transition en 20 affiches", telle est la thématique d'une exposition fort intéressante qu'abrite la Cinémathèque algérienne depuis le 16 juillet. Organisée par l'Institut Cervantès d'Alger, cette manifestation ne célèbre pas seulement le 7e art espagnol, mais se veut une ode à la liberté, celle de ces réalisateurs tels qu'Almodovar ou Saura, qui ont bravé la dictature militaire pour raconter les travers de la société franquiste. Les affiches exposées sont celles notamment des œuvres Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier ou encore Canciones para después de una guerra, un documentaire de Basilio Martín Patino, sur l'Espagne de l'après-guerre réalisé en 1971, et sorti en 1976, après la mort de Francisco Franco. Présent au vernissage, le directeur de l'Institut Cervantès, Antonio Gil de Carrasco, a indiqué au sujet du cinéma de transition que "c'est un cinéma de liberté. Il y a 40 ans, les cinéastes ont commencé à contourner la censure dans leurs œuvres. Tous les films de cette époque exprimaient l'atmosphère lourde dans laquelle vivait l'Espagne sous la dictature de Franco". Tout en précisant : "Au temps de la dictature franquiste, il était impossible de réaliser des films qui traitent de politique ou de violence. Le cinéma de transition est passé d'un cinéma dédié à la chanson populaire et religieuse, à une tribune qui aborde les courants de liberté qui commençaient à traverser la société espagnole." À cet effet, il a cité pour exemple Anna et les loups (1973) de Carlos Saura. "Cette œuvre réalisée il y a 45 ans reste encore aujourd'hui très forte et intense. Saura démontre qu'en Espagne (des années 1970), il y a une certaine démocratie et une liberté d'expression pour aborder des sujets lourds de sens. Alors que peu d'années auparavant, il était impossible de faire un film avec cette liberté de ton." Afin de rehausser le vernissage, Anna et les loups a été projeté en version 35 mm, au bonheur des cinéphiles présents. Poignant, ce long métrage n'a pas pris une ride et reste d'actualité. C'est l'histoire d'Anna (Geraldine Chaplin), une gouvernante qui débarque chez une famille bourgeoise. Sur place, elle découvre les trois frères : Fernando l'ermite, Juan père de famille et coureur de jupons, ainsi que Jose le militaire. Séduits par la jeune fille, chacun d'eux tente à sa manière de la charmer comme des loups affamés. Entre situations rocambolesques quasi irréelles, Saura dépeint avec finesse l'Espagne franquiste, et ce, avec beaucoup d'humour, de violence et d'érotisme ; des ingrédients fort interdits à cette époque-là. Pour rappel, "Cinéma de la transition en 20 affiches" est visible à la cinémathèque jusqu'au 31 juillet.

R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.