«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols
Exposition "Cinéma de la transition en 20 affiches" à Alger
Publié dans Liberté le 23 - 07 - 2019

"Cinéma de la transition en 20 affiches", telle est la thématique d'une exposition fort intéressante qu'abrite la Cinémathèque algérienne depuis le 16 juillet. Organisée par l'Institut Cervantès d'Alger, cette manifestation ne célèbre pas seulement le 7e art espagnol, mais se veut une ode à la liberté, celle de ces réalisateurs tels qu'Almodovar ou Saura, qui ont bravé la dictature militaire pour raconter les travers de la société franquiste. Les affiches exposées sont celles notamment des œuvres Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier ou encore Canciones para después de una guerra, un documentaire de Basilio Martín Patino, sur l'Espagne de l'après-guerre réalisé en 1971, et sorti en 1976, après la mort de Francisco Franco. Présent au vernissage, le directeur de l'Institut Cervantès, Antonio Gil de Carrasco, a indiqué au sujet du cinéma de transition que "c'est un cinéma de liberté. Il y a 40 ans, les cinéastes ont commencé à contourner la censure dans leurs œuvres. Tous les films de cette époque exprimaient l'atmosphère lourde dans laquelle vivait l'Espagne sous la dictature de Franco". Tout en précisant : "Au temps de la dictature franquiste, il était impossible de réaliser des films qui traitent de politique ou de violence. Le cinéma de transition est passé d'un cinéma dédié à la chanson populaire et religieuse, à une tribune qui aborde les courants de liberté qui commençaient à traverser la société espagnole." À cet effet, il a cité pour exemple Anna et les loups (1973) de Carlos Saura. "Cette œuvre réalisée il y a 45 ans reste encore aujourd'hui très forte et intense. Saura démontre qu'en Espagne (des années 1970), il y a une certaine démocratie et une liberté d'expression pour aborder des sujets lourds de sens. Alors que peu d'années auparavant, il était impossible de faire un film avec cette liberté de ton." Afin de rehausser le vernissage, Anna et les loups a été projeté en version 35 mm, au bonheur des cinéphiles présents. Poignant, ce long métrage n'a pas pris une ride et reste d'actualité. C'est l'histoire d'Anna (Geraldine Chaplin), une gouvernante qui débarque chez une famille bourgeoise. Sur place, elle découvre les trois frères : Fernando l'ermite, Juan père de famille et coureur de jupons, ainsi que Jose le militaire. Séduits par la jeune fille, chacun d'eux tente à sa manière de la charmer comme des loups affamés. Entre situations rocambolesques quasi irréelles, Saura dépeint avec finesse l'Espagne franquiste, et ce, avec beaucoup d'humour, de violence et d'érotisme ; des ingrédients fort interdits à cette époque-là. Pour rappel, "Cinéma de la transition en 20 affiches" est visible à la cinémathèque jusqu'au 31 juillet.

R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.