Salah Goudjil confirmé    Les avocats obtiennent gain de cause    «La pensée libre» à la barre    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune    "Je veux une République sans haine"    Ould Kaddour dans le collimateur    Un site hautement sécurisé    Signature d'une convention pour la promotion des PME    Mohamed Bazoum Président    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Benchaïra indisponible pour une semaine    Le Mouloudia ne fait plus le poids    Un clasico sans âme    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Périple dans une cité reconquise
"Voyage d'Alger" de Maya Boutaghou
Publié dans Liberté le 28 - 07 - 2019

Le livre Voyage d'Alger (éd. Aframed) se doit d'avoir comme avant-propos le refrain : "Fais du feu dans la cheminée. Je reviens chez nous" (1968) et à l'auteure Maya Boutaghou de répliquer au ténor et soliste Fred Mella des Compagnons de la chanson : "S'il fait du soleil à Alger. Il en fait partout." L'esprit rassérénée, l'auteure de retour de Toulouse (France), confie à "Lamia Mohend" (personnage du roman), la mission de réconcilier le lecteur avec une cité-mère pacifiée qu'elle a dû quitter la mort dans l'âme, eu égard à la colère de la foi que le djihadisme religieux a érigé en dogme. Notamment à une période où la situation du pays était au sauve-qui-peut et où l'Alger meurtrie se vidait de sa sève d'intellos et de sa verve filiale. Alors, et pour s'affilier dans l'environnant charivari où s'invective le bruit et s'injurient les odeurs des choses, l'auteure s'applique à l'exercice de mémoire. Studieuse, Lamia Mohend s'exerce pour y rencontrer son "moi" qu'elle a ensemencé toute jeune, sur l'itinéraire de sa vie qui ne fait pourtant qu'éclore. Soucieuse du détail, Lamia envisage d'y repérer ce signe ou ce jalon qui éveillent en elle le souvenir qui gît sous ce pavé qu'elle sait chancelant. Se voulant une globe-trotter jusqu'au bout de ses sabots, Voyage d'Alger évoque l'almanach d'un circuit à Alger où sont notées, au jour le jour, les pérégrinations où l'errance de cette jeune femme dans les rues d'une ville où elle a laissé un peu du sien, à savoir l'amour ! L'amour où ce qu'il en reste pour Sofiene Hocine qu'elle tente de recoller les morceaux, qu'elle cueille un à un sur l'allée du Marabout ou à la taverne du Corsaire à Sidi-Fredj : "Il faut un peu de nostalgie pour voir encore dans ce paysage ce qui semble mort pour tout le monde", lit Maya Boutaghou entre deux signatures à la librairie Kalimat (les mots). En ce sens, l'auteure y insuffle l'air de vie qui enjolive le temps libre d'un esprit voyageur. Au demeurant, le roman Voyage d'Alger se feuillette d'abord par l'esthétique phonétique de son titre, où l'on devine aussi cet indice de séduction à l'égard de la dame blanche : "Le titre s'est modelé tel le ‘khit errouh' (fil de l'âme) autour de l'esprit nomade de l'audacieux personnage de Lamia Mohend", a déclarée l'auteure de l'essai Occidentalismes, romans historiques postcoloniaux et identités nationales au XIXe siècle (2016). D'où l'envie de Lamia Mohend d'identifier sa ville et de s'attarder sur le "darbouz" (rampe) de sa baie, histoire de s'éclairer l'âme de la splendeur de ses calanques. Alors, autobiographique ou fictionnel ? Disons que la pléiade de personnages, Lamia, Sabrina, Zina, Aïda et les autres ont leur quote-part d'autobiographie mêlée à l'imaginaire. Seulement, on n'en dira pas plus, si ce n'est d'authentifier pour nos lecteurs le sceau méditerranéen qui est présent au fil des pages, eu égard à un zeste de verbe haut et d'une pincée de gestes si spécifique au terroir d'Alger !
Louhal Nourreddine

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.