Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans les œuvres littéraires, des origines à nos jours
Publié dans La Nouvelle République le 08 - 04 - 2014

Privilégier son moi pour un écrivain consiste à parler de soi dans son journal intime, ses confessions ou son autobiographie. Il parle de sa vie en insistant sur des faits importants mais en estompant ce qui lui semble le diminuer aux yeux des lecteurs.
Tout homme ou femme de plume cherche à valoriser son moi. Ceux dont on dit qu'ils ont inventé le roman à force de cultiver leur originalité pour ne pas dire leur singularité, continuent d'attirer l'attention des lecteurs qui apprécient les talents en littérature. Les plus cités sont Cervantès et Rabelais qui ont écrit des œuvres où le moi est omniprésent. Don Quichotte de Cervantès, Pantagruel ou Gargantua de Rabelais ont été considérés comme le prélude du genre romanesque. Ostentation, esprit narcissique, cultiver son moi comme on cultive des plantes, prendre à témoin les autres sur son vécu, telles sont les caractéristiques des écrivains qui ont cherché à mettre en valeur leur moi. Le moi au jour le jour C'est le moi de l'écrivain et à fortes connotations. Celui que l'on trouve dans le journal ou les carnets intimes. L'homme ou la femme de plume notent au jour le jour ce qu'ils ressentent face à des évènements importants. Ils font part à ceux qui les liront à l'avenir de leurs réflexions et méditations, de leur état d'âme, fantasmes et frustrations. Cette mise en écriture du moi, intérieur et social, chaque jour, permet de tout consigner : joie, déceptions, émotions, sentiments ; et comme disait Montaigne : le moi se polit et s'affine chaque jour. En effet, le journal ou les carnets intimes qui laissent supposer une plume facile et un esprit de discernement, peuvent être considérés comme une obligation au quotidien à un examen de conscience entraînant des effets bénéfiques à la longue comme une remise en question de soi à chaque instant. Aux yeux des lecteurs avertis, ce procédé consistant à noter chaque jour ce que sa propre personne a engrangé par les cinq sens et a éprouvé intérieurement ne peut qu'aboutir à une peinture authentique de soi. C'est pourquoi nous pouvons considérer les romans autobiographiques comme des moyens de peindre le moi, c'est-à -dire l'écrivain écrivant sur sa propre vie, dans ce qu'il a de plus personnel. Nous en avons des preuves incontestables par «Les jours» de Taha Hussein, « Le fils du pauvre» de Féraoun, «L'amant imaginaire» de Taos Amrouche qui rappelle quelque peu les confessions de Jean Jacques Rousseau, même si les objectifs et le style sont différents. Ces deux derniers romans épistolaires font à la perfection l'autobiographie des deux écrivains qui se sont peints en mettant en relief ce qu'ils ont de plus singulier ou d'original par rapport aux autres. Taos Amrouche a même réussi d'écrire à la fois un roman autobiographique et polyphonique à la 1re personne, dans lequel «je» n'indique pas la même personne et tout le long des 450 pages qui constituent ce roman assez copieux pour émerveiller les connaissances. Ecrire par désir de s'affirmer Beaucoup d'écrivains ont fait l'effort de complexifier leur écriture. C'est le cas de Gide qui se dissimule derrière un personnage qui lui sert de double dans le roman. On a beaucoup parlé du romancier et son double comme dans les «Moralités légendaires» de Laforgue qui met en scène un personnage représentatif de son moi intérieur et avec qui il établit des rapports très complexes. Ce personnage s'appelle Hamlet qui, comme chez Laforgue, connaît l'angoisse, l'incertitude, l'irrésolution. C'est un personnage qui à l'image de l'auteur souffre du moindre contact avec le monde extérieur. Cependant, il y a lieu de rappeler que l'auteur use beaucoup de l'ironie pour marquer une distance indiquant par là une forme perverse du culte du moi. Pour cela, Hamlet reçoit une troupe de comédiens à qui il donne une des œuvres qui lui procure méditation et exaltation. Pour Laforgue créer des doubles est un besoin psychologique dont il ne peut se passer. C'est comme quelqu'un qui se regarde dans un miroir pour satisfaire son éternelle convoitise d'existence. Pour l'écrivain d'envergure internationale Barrès : « Le moi découvre une harmonie universelle à mesure qu'il prend du monde une conscience plus large et plus sincère». Quant à Valéry Larbaud, il fait faire un voyage dans le temps et l'espace à son personnage Barnabooth qui dans les contes, journal intime, poésies, récits de voyages, esquisses de romans, note au jour le jour ses impressions derrière lesquelles se profile l'auteur de manière sans doute plus authentique. Ce travail de mise en scène du moi qui exige un esprit inventif, nous fait rentrer dans la littérature de fiction. Lorsque le personnage du moi extrait de « Blanc bec » par exemple, l'auteur accepte la remontrance en toute humilité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.