Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une seule option, le démantèlement du système
Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 17 - 08 - 2019

Une marée humaine a déferlé, hier, dans les rues de Tizi Ouzou pour réaffirmer la détermination du peuple à poursuivre la révolution pacifique jusqu'à l'instauration d'un véritable Etat démocratique, et son rejet de tout dialogue, de toute élection et autre offre sans le départ de tous ceux qui incarnent le système. Ils étaient, en effet, des dizaines de milliers, en tout cas beaucoup plus nombreux que vendredi dernier, à braver la chaleur suffocante d'hier pour prendre part à cette 26e démonstration populaire de rue qui donne déjà un avant-goût de ce que sera la mobilisation à la rentrée sociale qui approche à grands pas. Comme lors du 25e vendredi, et même ceux d'avant, c'est aux cris de "La hiwar la chiwar, erahil obligatoire", "Makach intikhabat ya el-îssabate" que le premier noyau a entamé la marche, à 13h30, depuis l'entrée de l'université Mouloud-Mammeri pour arpenter la montée du stade du 1er-Novembre où le gros de la foule attendait pour le rejoindre.
Des carrés commençaient alors à se former le long de la rue Lamali-Ahmed qui longe le CHU de Tizi Ouzou et, aussitôt, des slogans fusaient. "Madania matchi âaskaria" scande-t-on par-ci, "Ya men âach, ya men âach, Gaïd Salah fi El-Harrach", scande-t-on par-là. Des banderoles commencent également, aussitôt, à faire leur apparition. Par centaines. Sur deux de ces banderoles jumelées pour occuper entièrement la largeur de la route de l'hôpital on pouvait lire : "La li houkm el âaskar. La intikhabate mâa Bedoui oua Bensalah. La hiwar mâa bakaya enidham. Karim Younès à la poubelle" et, sur l'autre : "Ibn Khaldoun a dit : la base de la gouvernance c'est la justice. Où êtes-vous juges honnêtes ? Nous voulons un Etat de droit, de justice et d'équité. Civile et non militaire". Deux banderoles qui résument clairement tout l'esprit de la révolution populaire qui a entamé son sixième mois sans faiblir ni dévier de sa trajectoire. "Non au panel de la honte et de la compromission", "Appliquer l'article 7 ou dégagez", lit-on sur d'autres pancartes brandies dans un carré où les manifestants scandaient à tue-tête : "Karim Younès chiatt el-îssabate."
Sur le boulevard Abane-Ramdane, appelé communément la Grand'rue, la foule, comme tous les vendredis, ne cesse de grossir. Beaucoup préfèrent se joindre à la marche sur ce large boulevard. Là encore de nouvelles banderoles et pancartes apparaissent. "On ne s'est pas révolté pour le pain mais pour la dignité", lit-on sur l'une d'entre elles. "Une élection présidentielle avec la Constitution actuelle c'est la régénération du système de prédateurs et l'intronisation d'un nouveau roi avec d'autres courtisans. Libérez les détenus et ensuite, de grâce, dégagez", lit-on sur une autre. "Non aux élections truquées d'avance. Oui à la décision souveraine du peuple algérien", lit-on sur une autre.
Comme à l'accoutumée, depuis le mois de juin, de nombreuses pancartes appelaient également à la libération des détenus d'opinion, de Louisa Hanoune et de Rebrab. D'autres appellent à maintenir la mobilisation et à poursuivre la révolution. "Sa nassir, sa nassir hata yahdouth etaghyir" (on va marcher et marcher jusqu'au changement), et encore "Samidoun, samidoun, maranache habssine", scandait-on.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.