Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Soudan se dote de nouvelles institutions
Le Conseil souverain devant mener la transition a été nommé
Publié dans Liberté le 22 - 08 - 2019

Selon les termes de l'accord, le général Burhane sera aux manettes du Conseil pendant 21 mois et un civil lui succédera pour le reste des 39 mois de transition prévus.
Le Soudan a entamé officiellement sa période de transition en se dotant de nouvelles institutions notamment à travers l'intronisation hier, du Conseil souverain. Issu de l'accord historique entre les militaires et la contestation, le Conseil souverain, composé de 11 membres, 6 civils et 5 militaires, devra mener cette transition sur une période de 39 mois qui déboucheront sur une élection présidentielle. Le chef du Conseil militaire sortant, le général Abdel Fattah al-Burhane, a prêté serment comme président du nouveau Conseil souverain hier, en fin de matinée. Il a été intronisé lors d'une courte cérémonie. Les autres membres de la nouvelle instance ont prêté serment peu après.
Le Premier ministre choisi par la contestation, Abdallah Hamdok, a été à son tour nommé plus tard dans la journée. Le Conseil souverain remplace le "Conseil militaire de transition", au pouvoir depuis la destitution du président Omar Al-Béchir, le 11 avril. Pour la première fois depuis des décennies, des civils soudanais président aux destinées de leur pays. Ce pays n'est désormais plus exclusivement dirigé par des militaires même si l'armée doit, dans un premier temps, conserver la tête de la nouvelle instance. Selon les termes de l'accord officiellement signé samedi, le général Burhane sera aux manettes du Conseil pendant 21 mois et un civil lui succédera pour le reste des 39 mois de transition prévus. La formation de cette instance survient après des mois de manifestations des Soudanais qui réclamaient un pouvoir civil et une démocratisation de leur pays. Le Conseil souverain, qui comprend deux femmes, dont l'une est issue de la minorité chrétienne, devra superviser la formation du gouvernement dont l'annonce est prévue le 28 août. Conclu à la faveur d'une médiation de l'Ethiopie et de l'Union africaine, l'accord sur la transition entre les militaires et la contestation a été signé, samedi, lors d'une cérémonie à laquelle ont assisté de nombreux responsables étrangers, signe que le Soudan pourrait perdre son statut de paria sur la scène internationale. Le pays a souffert notamment de dizaines d'années de sanctions économiques appliquées par les Etats-Unis, qui continuent de le maintenir sur la liste noire des "Etats soutenant le terrorisme".
Le Conseil souverain cherchera par ailleurs à convaincre l'Union africaine d'obtenir la levée de la suspension du Soudan de l'UA, décidée en juin quelques jours après la dispersion meurtrière d'un sit-in des protestataires à Khartoum. Lors d'une conférence de presse, à l'issue de la cérémonie de signature, l'émissaire africain, Mahmoud Dreir, a déclaré que "le retrait du Soudan de la liste des Etats soutenant le terrorisme et l'exonération des dettes extérieures constitueraient l'une des premières priorités de la prochaine étape". Sur le plan intérieur, le Conseil souverain et le gouvernement auront la lourde tâche de redresser une économie exsangue et de pacifier un pays marqué encore par des conflits. Les nouvelles institutions se mettent en place en même temps que le début du procès du président déchu Omar al-Béchir, porté au pouvoir par un coup d'Etat et qui a dirigé le pays pendant près de 30 ans. L'ancien homme fort du pays est apparu, lundi, dans une cage en métal dans la salle d'un tribunal de Khartoum, pour répondre d'accusations de corruption. Selon des enquêteurs, il a reconnu avoir perçu 90 millions de dollars en espèces de l'Arabie Saoudite, hors budget de l'Etat.

K. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.