L'occupant israélien veut vider El Qods de ses habitants et de ses repères    Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    Bouira : Les hauteurs et la station climatique de Tikjda sous la neige    Man City fixe son prix pour Ferran Torres    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Vous serez relogés après le vote"    Il sera bientôt mis en service    Une secousse tellurique de magnitude 4.0 enregistrée à Bejaia    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Les Aigles du Sahara prêts pour l'attaque !    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Faible participation, pas d'incidents    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Ethiopie risque de se diriger vers un génocide    Renforcer la recherche scientifique    Souriez, nous allons tous mourir !    Sachez que...    3,420 kg de kif saisis    Modeste engouement    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Chômage, prix et impératif civisme    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    MC Alger: Un gros chantier pour Ben Yahia    Alger: L'affluence entre faible et «habituelle»    Le culte fécond ou stérile du passé    Un stage et 2 matchs au Qatar    L'enjeu des locales    La caution d'un «pacte»    Depuis le front, Abiy Ahmed promet «d'enterrer l'ennemi»    L'assaillant est un islamiste extrémiste    Les Algériens offusqués    L'oeil vigilant de la Présidence    Tebboune plaide le patriotisme économique    L'escroc des réseaux sociaux arrêté    Une ambiance bon enfant à Alger    Les élections locales par les chiffres    Relative affluence    «Ils veulent casser l'équipe nationale»    Giroud absent 3 semaines    Un album pour préserver Tabelbala    Vendu 2,66 millions d'euros aux enchères    La classe au bout des doigts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Imposante marche, hier, à Kherrata
dénonciation de l'agenda électoral du pouvoir
Publié dans Liberté le 08 - 09 - 2019

À l'appel du mouvement associatif local, des milliers de citoyens de la région sont sortis dans la rue pour réaffirmer leur détermination à poursuivre leur révolution pacifique jusqu'à la chute définitive du système.
C'est l'histoire qui se répète. La ville historique de Kherrata, qui a vu naître un certain 16 février 2019 le mouvement révolutionnaire du 22 février, a vibré de nouveau, hier, au rythme d'une imposante marche citoyenne contre la feuille de route du pouvoir en place qui veut imposer une élection présidentielle rejetée par la majorité du peuple algérien. À l'appel du mouvement associatif local, des milliers de Kherratis sont sortis, hier matin, dans la rue pour réaffirmer leur détermination à poursuivre leur révolution pacifique jusqu'à la chute définitive du système, tout en dénonçant l'entêtement du chef d'état-major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah, à aller vers une présidentielle avant la fin de l'année en cours. Le point de départ de la manifestation a été le stade communal de Kherrata, où les manifestants se sont donné rendez-vous, avant de parcourir un itinéraire de deux kilomètres environ, pour se retrouver, en fin de course, devant le siège de la daïra. "Ulac, ulac, ulac l'vote ulac" (Pas de vote), "Makanch el-intikhabat, ya el-îssabate" (Pas d'élections, le gang), "La hiwar, la chiwar, errahil obligatoire" (Pas de dialogue, ni de consultation, le départ du système est obligatoire), "Système dégage" sont là les principaux slogans scandés à tue-tête, hier, par la procession humaine qui brandissait, outre le drapeau national et l'emblème amazigh, des fanions et cartons rouges en signe d'avertissement et de mise en garde contre les velléités des tenants du pouvoir.
Exprimant ouvertement leur rejet massif et catégorique de l'agenda électoral fixé par le vice-ministre de la Défense nationale, les manifestants ont brandi la menace de recourir à la "désobéissance civile" à partir du 15 septembre prochain, date à laquelle le pouvoir en place compte convoquer le corps électoral dans la perspective d'organiser une élection présidentielle dans les 90 jours qui suivront. Par ailleurs, les marcheurs, qui ont sillonné les principales artères de la ville du 8-Mai-1945, ont tenu à mettre en avant la revendication du hirak qui consiste à exiger "la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus d'opinion", notamment le moudjahid Lakhdar Bouregâa et les porteurs de l'emblème amazigh.
Les portraits de certains prisonniers, considérés comme des "otages du pouvoir" par les animateurs du mouvement populaire du 22 février, ont, d'ailleurs, été arborés par plusieurs manifestants. Enfin, il est à signaler que le collectif des citoyens de la daïra d'Ifri-Ouzellaguen appelle, de son côté, à une autre marche pacifique pour demain, lundi 9 septembre, à Ighzer Amokrane, pour réitérer l'exigence du hirak, à savoir la libération de tous les détenus d'opinion, et exprimer le rejet de toute élection avant le départ définitif du système.
KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.