Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les étudiants disent "non à une élection sans transition"
Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 11 - 09 - 2019

Après les anciens étudiants qui ont ouvert, mardi dernier, le bal des marches de la rentrée sociale, les étudiants de l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou ont signé, hier, leur retour dans la rue à l'occasion du 29e mardi des marches pour un changement du système. Ils étaient des centaines d'étudiants, auxquels se sont joints de nombreux citoyens et militants, à participer à cette marche qui s'est ébranlée de l'entrée du campus Hesnaoua, à 10h, pour emprunter l'habituel itinéraire menant vers la place de L'Olivier, à l'extrémité ouest de la ville.
Sans surprise, c'est le rejet de l'élection présidentielle, que le chef d'état-major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah, veut imposer dans "les plus brefs délais", qui a constitué le principal mot d'ordre de cette marche. "Non à l'élection présidentielle sans transition", lisait-on sur une large banderole déployée en première ligne par la foule, qui a entamé la marche en scandant "Ulac l'vote ulac", "Makanch intikhabate yal îssabate".
Tout juste derrière, flottait également au-dessus des têtes un autre tissu blanc sur lequel était écrit : "Pour un Etat civil. Dawla madania." Tout autour, les manifestants scandaient tantôt "Smaâ smaâ ya El Gaïd, madania matchi âaskaria", et tantôt "Chaâb yourid el istiqlal". Pour réaffirmer leur attachement à l'une des premières et principales revendications du mouvement populaire, à savoir le départ de tous les symboles du système, les étudiants scandaient en chœur : "RND, FLN, houkouma oua el barlamen, tetnehaw gaâ, tetnehaw gaâ".
Au fur et à mesure qu'elle avançait vers le centre-ville où des citoyens continuaient à grossir ses rangs, la foule variait ses slogans, scandant ainsi : "Dégage, dégage, houkoumat bricolage", "Klitou lebled ya serrakin", "Libérez l'Algérie", "Nekni nenad atsrouhem", "Walah ma rana habssin heta terahlou", "Ya Amirouche, ya El Houès, l moudjahdine fi lehbess ; ya Krim, ya Abane, lebled dawha lkhaouana". "Djazaïr amana, klitouha ya el-khaouana". Devant la première sûreté urbaine, les manifestants invitaient les policiers en faction à les rejoindre, en scandant à leur nez : "Ya lboulici, demissioni, kheli l Gaïd wahdou".
Les étudiants, qui tenaient également à rappeler la détermination de la communauté universitaire à poursuivre le combat jusqu'à l'aboutissement de la révolution populaire, scandaient par intermittence : "Etudiant s'engage, système dégage" qui a disparu des rues de Tizi Ouzou depuis mi-juillet dernier, période durant laquelle les étudiants avaient suspendu leur action de rue.
S'agissant de cette mobilisation estudiantine qui signe son retour, certes, mais qui demeure, toutefois, assez faible, un des initiateurs, Yanis Cherrou, nous a expliqué que cette maigre présence est due aux examens qui ont retenu la plupart des étudiants. "Aujourd'hui, nous sommes là, et la détermination est toujours vivace, nous reprenons le chemin de la révolution et avec la mobilisation jusqu'au départ de tout le système au grand complet et l'instauration d'un Etat de droit", a-t-il affirmé.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.