Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche 1er novembre    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    L'Algérie condamne l'acte terroriste ayant ciblé un lieu de culte à Nice en France    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des mesures d'accompagnement s'imposent
Abrogation de la règle 51/49
Publié dans Liberté le 16 - 09 - 2019

De nombreux opérateurs économiques ont accueilli avec grande satisfaction la suppression de la règle 51/49 imposée il y a dix ans dans le cadre de la loi de finances complémentaire pour 2009. Ils estiment, toutefois, que cette abrogation n'aura pas un impact positif direct si les pouvoirs publics ne définissent pas une politique économique orientée vers plus d'intégration et destinée à l'exportation.
Pour attirer les IDE, il faut au préalable mettre en place un environnement favorable fondé sur, entre autres, des avantages comparatifs, une fiscalité avantageuse, la qualité des infrastructures, le niveau de ses ressources humaines, une main-d'œuvre qualifiée, un marché dynamique, etc. "Même si la décision est bonne en elle-même, il est peu possible qu'elle booste dans l'immédiat l'investissement en Algérie", avoue l'économiste Abdelhak Lamiri.
Pour lui, notre pays a commis des erreurs énormes avec cette disposition de la LFC 2009 car, elle ne devrait concerner que les secteurs et les entreprises stratégiques notamment les hydrocarbures. Auparavant, le pays attirait 2,5 milliards de dollars d'investissements, alors que, de nos jours, le montant ne dépasse guère 1 milliard de dollars. La règle a réduit de 96% le nombre de projets IDE.
Les étrangers ont voulu venir investir mais cette condition les a dissuadés. Et les investissements ont pris, par conséquent, d'autres destinations surtout vers l'Egypte (7 milliards de dollars), le Maroc (2,5 milliards de dollars), pour ne citer que ces deux exemples. "Ça peut relancer l'économie, booster les investissements, créer de l'emploi et de la richesse mais pas pour le moment.
Car, nous sommes actuellement dans une logique de règlement de problèmes politiques internes d'abord afin que cela soit un signal fort pour les étrangers", a souligné M. Lamiri, lors de son passage hier sur les ondes de la radio Chaîne III. "L'annulation de la règle c'est bien, mais il faut qu'il y ait des mesures d'accompagnement afin que l'attractivité des investissements soit suffisamment mûre pour développer le pays", indique l'expert.
Il évoque une stratégie globale qui doit prendre en considération les leçons de l'échec et donner lieu à des réformes structurelles aux fins d'améliorer le climat des affaires et attirer les investisseurs étrangers. Cela implique, suggère-t-il, la modernisation des administrations et des banques mais également le développement des ressources humaines.
Le président de l'Association nationale des exportateurs algériens (Anexal), Ali Bey Nasri, reste, pour sa part, favorable à l'abrogation de la règle 51/49 qui, selon lui, était l'une des revendications des opérateurs une dizaine d'années durant.
Cependant, nuance-t-il, il faut que les avantages liés à la fiscalité et autres aides que l'on accordera dans le cadre des IDE, aillent vers des secteurs qui privilégient la remontée des filières (l'intégration) en utilisant des matières premières algériennes tout en mettant le cap sur l'export.
L'agriculture ou l'agroalimentaire, l'industrie manufacturière, l'automobile, la sous-traitance, les mines… sont parmi les secteurs d'activité à cibler pour des projets d'investissement. M. Nasri pense que la création de zones franches (offshoring) sera également bénéfique pour l'économie nationale puisqu'elles peuvent attirer des investissements et constituer de véritables zones d'exportation à l'image de Tanger Med au Maroc.
"Les zones franches sont un espace idéal pour l'attrait des IDE et l'exportation", précise le représentant des exportateurs. "La mesure de suppression est à saluer, mais elle reste insuffisante parce qu'elle est conditionnée par l'amélioration du contexte politique, économique et social du pays", relève-t-il.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.