Manipulation de l'image par M6: l'ARAV exprime sa "totale réprobation"    Un terroriste se rend aux autorités militaires à Ouargla    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Quand le bricolage fait des siennes    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    L'Algérie prend acte de la désignation de Bah Ndaw comme président de la transition    Le contrat de Tiboutine résilié    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Le niveau de l'eau en baisse significative    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Un projet pour autonomiser les femmes en Algérie    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Opération d'enlèvement des déchets inertes    Faible taux de consommation des crédits alloués    Le directeur sous contrôle judiciaire    Investiture en catimini du président Loukachenko    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Foot Der    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    7 symptômes qui démontrent que votre cœur ne travaille pas comme il le devrait    La démocratie et ses travestissements    Pourquoi et comment faire participer le citoyen résidant à la gestion de la ville ?    L'action publique : quelques incohérences ?    Poker gagnant pour l'Histoire    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    La très lente décrue se poursuit    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tractations diplomatiques pour une sortie de crise
Alors que Haftar rejette tout dialogue avec Serraj
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2019

Sans un minimum de consensus entre les parties libyennes et sans la fin de l'ingérence étrangère dans le conflit armé à Tripoli, toute initiative politique pour sortir la Libye de la crise est vouée à l'échec.
Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a appelé hier au lancement d'une initiative tripartite avec la France et l'Italie en faveur d'un règlement politique de la crise libyenne, lors d'une visite à Rome, ont rapporté les médias italiens et allemands. "La crise migratoire est étroitement liée à la Libye, ce qui nécessite un nouvel effort européen pour éviter l'étêtement de l'Etat libyen. Et l'Italie et l'Allemagne, conjointement avec la France, peuvent préparer et lancer une initiative" politique, a déclaré M. Steinmeier, cité par l'agence de presse italienne AKI.
Cette sortie du président allemand intervient quelques jours seulement après celle de la chancelière Angela Merkel devant le Parlement allemand, concernant l'urgence d'un règlement de la crise libyenne. De même que sa visite qui coïncide avec le déplacement du président français Emmanuel Macron en Italie pour discuter entre autres de la crise libyenne avec notamment Giuseppe Conte, récemment reconduit à la tête de l'exécutif italien.
Une rencontre tripartite associant le chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Fayez al-Serraj, est prévue, dans l'espoir de relancer le dialogue, malgré le refus catégorique du controversé maréchal Khalifa Haftar (camp de l'Est libyen) de revenir à la table des discussions en l'état actuel des choses. Ce dernier croit dur comme fer qu'il pourra conquérir la capitale Tripoli, où siège le GNA qui bénéficie du soutien de la communauté internationale.
Après une période de fortes tensions entre Paris et Rome autour de plusieurs questions, dont celle de la crise libyenne, les deux capitales ont donc décidé de renouer le contact pour préparer une "conférence sur la Libye", après l'échec de l'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassane Salamé, de tenir la sienne au printemps dernier à Ghadamès, une ville du sud-ouest libyen frontalier avec l'Algérie.
L'envoyé spécial du SG de l'ONU à Tripoli reste toutefois actif et multiplie les contacts, notamment avec les pays voisins de la Libye, dont l'Algérie, où il était reçu en début de semaine par les autorités algériennes afin d'éviter un chaos régional. Aussi, le président français a eu mardi un entretien téléphonique avec son homologue égyptien Abdelfattah al-Sissi sur la Libye, a indiqué Le Caire dans un communiqué.
"Les deux parties sont convenues de conjuguer leurs efforts pour parvenir à un règlement en Libye, d'une manière qui contribue à éliminer le terrorisme, à préserver les ressources et les institutions du pays et à limiter les interventions étrangères", a déclaré le porte-parole de la présidence égyptienne Bassam Rady.
Mais Le Caire traduit mal cette ambition sur le terrain, tout comme Paris, qui affichent leur soutien à Khalifa Haftar, sous le couvert de la lutte contre le terrorisme. Les Emirats arabes unis et l'Arabie Saoudite, mais aussi la Russie ne sont pas en reste dans le soutien apporté aux autorités parallèles de l'Est libyen, alors que la Turquie et le Qatar soutiennent certaines parties libyennes pro-Frères musulmans.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.