Adoption de l'avant-projet de loi relatif à la lutte contre la discrimination et le discours de haine    Une nouvelle structure de gestion du foncier industriel au profit de l'investissement productif    L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort et à protéger la société contre les turbulences    Andy Delort répond encore à Neymar !    FC Barcelone : Messi pousse pour une prolongation de Luis Suarez    MINISTERE DU COMMERCE : Rezig reçoit une délégation du FMI    AZZEDINE MIHOUBI AFFIRME : Le Hirak a rebattu les cartes politiques en Algérie    La Cour d'Alger confirme le transfert du dossier en correctionnel    LAGHOUAT : Deux sœurs meurent asphyxiées    DEMANTELEMENT D'UN IMPORTANT RESEAU DE TRAFIC DE DROGUE : La police saisit plus d'un kilo de kif à Mostaganem    Plus de 356 kg de cannabis et plus de 162.000 comprimés psychotropes saisis à Alger en 2019    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Révolution Le nouvel élan    Gros risques sur les banques    Des potentialités inexploitées    Un samedi sur un air de vendredi à Tizi Ouzou    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Le Chabab, un leader bien fragile    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Le saviez-vous… ?    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Le Nigeria réaffirme sa position constante sur la juste cause du peuple sahraoui    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Agriculture: une convention de soutien et d'accompagnement des startups dans le Secteur    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Le Hirak boucle sa première année    Regards opposés    Tébessa: Un mort dans une collision    BARRICADES INOPERANTES    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    Victoire impérative des Verts    Samsung prépare sa DexBook : Transformer son smartphone en PC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haftar profite du double jeu des grandes puissances
L'ONU, DANS L'EMBARRAS, MET EN GARDE CONTRE L'«EMBRASEMENT» EN LIBYE
Publié dans L'Expression le 20 - 04 - 2019


Haftar sûr de lui et dominateur
En fin de compte, les cris d'alarme de Ghassan Salamé dont le Conseil de sécurité a donné le sentiment qu'ils sont inaudibles, confirment son reproche ultime. Ce sont les «divisions internationales» qui ont «encouragé» le maréchal Haftar et ses soutiens à lancer l'assaut.
En deux semaines de combats acharnés, la Libye compte, depuis le 4 avril dernier 205 personnes tuées et 913 blessées, dont de nombreux civils parmi lesquels des femmes et des enfants ainsi que 25 000 déplacés selon le bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Après le bombardement sauvage de quartiers résidentiels de Tripoli par les forces de Khalifa Haftar, le bilan s'est, en effet, alourdi, provoquant la colère du Premier ministre Fayez al Serraj qui a interpellé la communauté internationale pour dénoncer le chef de l'Armée nationale libyenne autoproclamée comme «criminel de guerre» et presser la Cour pénale internationale (CPI) de lancer un mandat d'arrêt international à son encontre.
Le parquet général de Tripoli a, d'ailleurs, lancé un mandat d'arrêt contre Haftar dont les combattants ont subi, jeudi soir, une attaque menée par une milice pro-GNA contre la base militaire de Tamenhant, au centre du pays, tuant quatre soldats. Cet incident vient étayer l'alerte lancée par l''émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, qui a mis en garde le Conseil de sécurité de l'ONU contre un «embrasement généralisé» en Libye, après l'offensive du maréchal Khalifa Haftar contre Tripoli, une offensive «encouragée», a-t-il dit, par les divisions internationales mais actuellement dans «l'impasse».
Malgré cet avertissement effectué par vidéoconférence, le Conseil de sécurité s'est, une fois de plus, illustré par son incapacité à adopter une résolution claire, réclamant le cessez-le-feu aux belligérants. Pourtant, Ghassan Salamé n'a pas caché sa vive «inquiétude» sur la dangerosité de la situation qui risque, selon lui, d'aboutir à un «embrasement» dès lors que les bombardements de l'ANL visent désormais les habitants de Tripoli et que les combats «se rapprochent des zones résidentielles». Un état de fait qui va s'aggraver, dit-il, avec les nombreux témoignages selon lesquels «des renforts arrivant des deux côtés».
Le projet de résolution soumis par le Royaume-Uni et demandant un cessez-le-feu et un accès humanitaire inconditionnel aux zones de combats est resté lettre morte du fait de l'opposition des Etats-Unis et de la Russie, pour des motifs évidemment différents. Moscou voit dans le maréchal Haftar l'opportunité d'un retour en force en Libye tandis que Washington prend en compte le soutien que lui accordent ses alliés saoudien, émirati et égyptien. Cela n'a pas empêché Tripoli de pointer du doigt le jeu ambivalent de la France, l'accusant ouvertement de parti pris en faveur de Haftar et de ses ambitions politiques. Quant à l'Italie, elle ne cache guère sa grande préoccupation et le président du Conseil Giuseppe Conte a averti que «la situation de chaos et de violence augmente fortement le risque d'une résurgence du phénomène terroriste, toujours présent en Libye. Le combat contre le terrorisme et le flux de combattants étrangers reste donc l'un des principaux défis pour le pays et toute la communauté internationale», a-t-il déclaré devant les députés italiens.
En fin de compte, les cris d'alarme de Ghassan Salamé dont le Conseil de sécurité a donné le sentiment qu'ils sont inaudibles confirment son reproche ultime.
Ce sont les «divisions internationales» qui ont «encouragé» le maréchal Haftar et ses soutiens à lancer l'assaut.
«L'unité de la communauté internationale sur la Libye, a-t-il conclu, est une unité superficielle et de circonstances», alors que les calculs sont autres qui visent les intérêts économiques dans ce pays pétrolier. «Il y a des pays qui ont auparavant investi dans M. Haftar comme un champion de la lutte antiterroriste et il est vrai que M. Haftar a été actif à leurs yeux et a réussi à Benghazi, Derna (est), ou plus récemment dans le Sud, à neutraliser des cellules terroristes. Ils ne vont pas le lâcher maintenant, même s'ils ne sont pas d'accord avec son attaque sur Tripoli», a-t-il dit sans nommer de pays.
Pour toutes ces raisons, le maréchal Haftar fait la sourde oreille aux appels plus ou moins formels, le «sommant» de mettre fin à son offensive contre Tripoli, tandis que le GNA de Fayez al Serraj conditionne toute reprise du processus politique à la proclamation du cessez-le-feu et au retrait de l'ANL sur les lignes antérieures au 4 avril dernier.
Force est de constater que Haftar a atteint au moins un de ses objectifs: il a dynamité la Conférence nationale qui devait servir de socle au processus de réconciliation et conduire à des élections transparentes et honnêtes. Un processus qui l'empêchait, apparemment, de dormir tranquille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.