Oran: l'opération d'installation des coordinateurs communaux de la délégation de l'ANIE touche à sa fin    "Coalition Internationale", une autre voie pour exiger un référendum au Sahara Occidental    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 127 guérisons et 10 décès    Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Enseignement supérieur: les conditions de reprise des activités pédagogiques acceptables    Zones d'ombre: la prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Quelle chance pour la paix ?    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Les articles de la discorde    Naceri à la Cour constitutionnelle    Rassemblement et marche de soutien aux travailleurs de Numilog    Danger du futur tramway pour les habitants de la cité Chara    L'espoir renaît chez les agriculteurs suite aux dernières averses    Un autre décès par strangulation    Lutte contre les gangs de rues à Blida: arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Alger tente de reprendre la main au Sahel    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    Un pari difficile    3 morts dans un accident de la route    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Distribution de plus de 4000 unités avant la fin de l'année    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    Enfin un gouverneur !    Benkhelifa signe pour trois ans    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    Flagrant délit !    7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    «Khayrek sbaq»    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le régime va-t-il revoir sa copie ?
Après la démonstration de force du mouvement populaire De vendredi
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2019

L'obstination du pouvoir à continuer à tourner le dos aux aspirations des Algériens est porteuse de périls pour le pays. Va-t-il persister dans la voie qu'il a empruntée, celle qui risque de se révéler sans issue ?
Les titres de la presse qui continuent encore à couvrir les marches et les réseaux sociaux rivalisaient samedi d'ingéniosité pour décrire les manifestations du 31e vendredi. "Tsunami humain", "Gigantesque", "Impressionnant", "Démonstration de force", "Forte mobilisation", "Le second souffle du hirak" ou encore "Pari réussi" sont autant de qualificatifs utilisés pour tenter de restituer le degré de mobilisation qui a marqué les manifestations de ce 20 septembre.
Peu avaient prédit un tel sursaut d'orgueil des Algériens, surtout après le discours au ton "belliqueux", aux yeux de certains, du chef d'état-major de l'armée prononcé mercredi dernier à Tamanrasset. "(…) Nous avons constaté sur le terrain que certaines parties, parmi les relais de la bande, aux intentions malveillantes, font de la liberté de déplacement un prétexte pour justifier leur dangereux comportement, qui consiste à créer tous les facteurs qui perturbent la quiétude des citoyens, en drainant chaque semaine des citoyens venus de différentes wilayas du pays vers la capitale, afin d'amplifier les flux humains, dans les places publiques, avec des slogans tendancieux qui n'ont rien d'innocent que ces parties revendiquent.
Leur véritable objectif est d'induire l'opinion publique nationale en erreur avec ces moyens trompeurs pour s'autoproclamer fallacieusement comme les porte-voix du peuple algérien. À cet effet, j'ai donné des instructions à la Gendarmerie nationale pour faire face avec fermeté à ces agissements, à travers l'application rigoureuse des réglementations en vigueur, y compris l'interpellation des véhicules et des autocars utilisés à ces fins, en les saisissant et en infligeant des amendes à leurs propriétaires", avait, en effet, déclaré Gaïd Salah.
Du coup, beaucoup redoutaient un fléchissement du mouvement, voire d'éventuels dérapages. Mais c'était compter sans la détermination des citoyens à maintenir la flamme du mouvement et à en découdre avec un régime plus que jamais sourd aux cris des millions d'Algériens, d'ici et d'ailleurs, et irrémédiablement réfractaire à toute idée de changement. Non seulement les barrages dressés aux portes d'entrée à Alger se sont révélés inopérants, mais le discours semble avoir joué un rôle catalyseur. Pas moins de quarante wilayas du pays ont ainsi pris part aux manifestations.
C'est que la tentative d'empêcher des Algériens d'aller à Alger est vécue comme une nouvelle offense et un nouvel affront, comme en témoignent ces traits d'esprit qui ont foisonné sur la Toile. Comme pour signifier aux tenants du pouvoir que la ligne ferme choisie est rejetée, les citoyens ont scandé des slogans qui ne laissent guère de doute sur leur intention à bouder le prochain scrutin. Gaïd Salah, qui incarne le pouvoir réel, va-t-il consentir à changer son "plan de bataille", maintenant que toutes les recettes essayées se sont révélées vaines ?
Ni l'incarcération de ce qu'il désigne par le vocable de "îssaba", dont les membres ne sont pas tous identifiés, ni le pari sur l'essoufflement du mouvement, ni le contrôle des médias et, plus récemment encore, la mise sous les verrous d'activistes politiques n'ont eu raison de la détermination du mouvement à faire aboutir sa principale revendication : le changement de système à travers l'organisation d'une transition.
Va-t-il concéder à reporter l'élection, comme le préconise Soufiane Djilali, en retournant à un véritable dialogue "global et inclusif pour une solution consensuelle", selon une formule du FFS, et en prenant des mesures d'apaisement ? "Les Algériens attendent la libération des détenus politiques et d'opinion, l'ouverture des médias, le départ du gouvernement actuel. Maintenant, il ne s'agit pas de l'avenir d'un homme, mais de l'Etat algérien", estime le président de Jil Jadid.
Ou, à l'inverse, va-t-il persister dans la même démarche ? Si les contradictions au sein du régime, conjuguées aux pressions étrangères, déterminent dans une large mesure les choix politiques pour tenter de sauver un système en déliquescence avancée, comme le traduit la situation du FLN, dont des responsables sont sous les verrous en attendant d'autres, l'obstination du régime à continuer à tourner le dos aux aspirations des Algériens est porteuse de périls dont le pays ferait bien l'économie. En tout cas, ce vendredi aura montré que la peur a changé de camp.

Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.